En anglais svp

« Montréal est bilingue ; parlez-nous en anglais. » Cette réponse surprenante nous attend dans un restaurant de Saint-Laurent ! Aucune serveuse ne parle français. Bilingue ? Nous sommes tous deux bilingues ; nous lisons et comprenons même d’autres langues ! Voilà que les employés nous regardent de travers, devenus antipathiques. Il y a méprise. Au contraire, pour nous, parler plusieurs langues, c’est super, ça ouvre à toutes les cultures : nous sommes preneurs. Mais attention : il y a toute une différence entre le bilinguisme personnel et le bilinguisme de service. En ce qui concerne les services destinés au public au Québec, que signifie le bilinguisme montréalais ? Parce que nous sommes bilingues, nous devons parler anglais ? Bien voyons donc ! Le bilinguisme, c’est offrir le service dans les deux langues, et particulièrement en français ici, puisque c’est la langue et la culture communes de 80 %-85 % des Québécoises et Québécois. On se retrouve dans le même faux bilinguisme qui nous a tant horripilés à Ottawa : « Vous êtes bilingues, alors parlez-nous en anglais, sinon on ne comprend pas ! »  Misère de misère… Dans leur regard, nous voilà alors jugés comme des intolérants. C’est entièrement faux. N’est-ce pas simplement notre droit d’être servis en français ? Soyons positifs, cherchons des solutions. Par exemple, tout commerce pourrait en principe annoncer en vitrine : « ici, on parle français et anglais ». Ce serait plus respectueux pour la société d’accueil, et plus payant pour les affaires, non ? Ou bien, en mention honnête à l’entrée : « nos serveuses et serveurs sont en apprentissage du français ». Bravo ! Nous accepterons leurs efforts avec beaucoup de bienveillance et les aiderons même à être plus à l’aise. « Acceptez-nous », nous a-t-on sèchement lancé, laissant supposer que nous étions racistes. C’est bien le contraire : nous serions heureux de participer à l’entrée des nouveaux arrivants dans notre culture commune. Encore faut-il qu’il y ait au départ volonté de nous accueillir en français…

À voir en vidéo