L’idéalisation de la violence

L’Halloween arrive à grands pas, et il est certain que, comme Harry Potter ou la Reine des Neiges ont autrefois marqué la conscience collective, la nouvelle série Squid Game sera malheureusement la vedette des rues le 31 octobre.

Quelle surprise de constater que tous les magasins d’Halloween sont en rupture de stock des costumes de Squid Game représentant soit des tueurs, soit des victimes allumées par l’argent ! Quelle originalité stupéfiante de remarquer que, en ce jour de fête macabre, vagabonderont des millions d’enfants à travers le monde, tels des jumeaux, croyant que leur costume est le plus « original » ! De nos jours, la mode, c’est se démarquer… Il faut croire que le nouveau mouvement tendance est de suivre le troupeau. Car ce désir d’être spécial, si c’est ce que tous désirent, n’est à ce point aucunement pertinent.

Et peut-on parler de ce que ce déguisement représente pour celui qui le porte ? En se vêtant d’un suit rouge, puis d’une cagoule noire où figure un triangle, un carré ou un cercle, l’individu se voit interpréter un personnage armé jusqu’aux dents, prêt à tirer à tout moment sur de pauvres gens misérables. Et ces pauvres gens ? Certains les incarneront en s’habillant d’un simple chandail blanc et d’une veste verte numérotée. Seulement, il ne faut pas oublier que ces derniers sont des personnes follement endettées qui sont également prêtes, pour la majorité, à égorger le premier venu pour toucher une plus grosse somme d’argent. Finalement, on fait comme lorsque nous étions jeunes et innocents : on joue à la guerre, mais aujourd’hui, nous en sommes pleinement conscients. Cela démontre que nous serions fiers de blesser violemment autrui pour améliorer notre sort. Et si tel est réellement le cas, nous sommes rendus extrêmement bas.

Aveuglé par la valeur que notre monde a donnée à de minables morceaux de papiers cirés, chacun d’entre nous a développé un égoïsme totalitaire et a laissé la solidarité pour morte.

Lorsque votre enfant enfilera sa tenue pour l’Halloween, il sera important de vous rappeler que son personnage n’appartient pas au monde magique d’Harry Potter ou à l’univers irréel de la Reine des Neiges, mais qu’il provient d’une triste représentation de notre réalité teintée par l’idéalisation d’un monde de pouvoir, assoiffé de cruauté et affamé de violence.

À voir en vidéo