Passeport électoral

Quelle mascarade que cette loi fédérale prévoyant des élections à date fixe ! Le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau aurait pu être renversé par une motion de censure des oppositions, mais ces dernières se sont abstenues compte tenu du contexte pandémique. Faisant fi de la COVID et de son variant Delta, Trudeau, à la recherche d’une majorité, a décidé de se renverser lui-même en déclenchant des élections. Ce faisant, il met en place un processus qui entraînera la tenue de rassemblement la journée du vote. Même si le virus n’a pas accès au vote, il sera bien présent dans chacun des lieux de scrutin.

[...]

En agissant ainsi, Trudeau a choisi son parti avant la patrie. Les Canadiens, et en particulier les Québécois, ne sont pas d’accord avec cette initiative en pleine pandémie. Même s’ils jugent que le gouvernement a bien géré la crise sanitaire, le déclenchement d’une élection maintenant est mal perçu par eux et ils y voient un geste opportuniste qu’ils déplorent et condamnent. Si le pouvoir est grisant, l’abus de pouvoir l’est beaucoup moins. Le pari de Trudeau est risqué, tout dépendra de l’évolution de la pandémie. Si le passeport électoral lui a permis de lancer son bateau avant les autres, son embarcation saura-t-elle affronter la quatrième vague qui semble gagner en force de jour en jour ?

À voir en vidéo