Les droits ont-ils éliminé les obligations?

Depuis un demi-siècle, les citoyens ont été continuellement nourris d’une propagande centrée sur les droits individuels mettant sous le boisseau les références aux obligations de l’individu envers la collectivité. Jadis, dans les établissements d’enseignement, on insistait sur l’importance des responsabilités de l’individu pour la promotion du bien commun de la communauté en rappelant aux privilégiés jouissant de l’accès à une éducation supérieure leur obligation de rendre à la société ce qu’ils ont reçu par un engagement à l’amélioration du sort de leurs concitoyens.

Quand j’observe la réaction presque hystérique des opposants à la vaccination et aux contraintes du passeport vaccinal, je comprends que pour ces personnes, la préservation de leur droit de refuser toute contrainte à leurs activités doit l’emporter sur le droit de l’ensemble de leurs concitoyens d’être protégés efficacement contre les dangers de contamination. Pour la petite minorité de soignants qui refusent le vaccin gratuit, la liberté des personnes vulnérables obligées de se présenter à l’hôpital en urgence — surtout lorsqu’il s’agit d’enfants qui ne peuvent en raison de leur âge avoir la protection du vaccin — doit être écartée pour donner la primauté à leurs préjugés à l’égard des supposés inconvénients de la petite injection.

La majorité silencieuse préfère éviter les dangers de contamination et s’abstient de manifester pour réclamer elle aussi son droit inaliénable à la sécurité dans la lutte contre la contamination. Voilà ce qui m’inquiète bien plus que l’absence de consultation des gérants d’estrade de certains milieux dits intellectuels. Tous les jours, je rencontre des gens de gros bon sens qui souhaitent un effort collectif pour mettre fin à la vague, même si c’est contraignant et même si aucun vaccin n’offre une protection totale. La vaccination de masse n’a-t-elle pas éradiqué la variole et la poliomyélite dans le passé ? En tant que parents, nous considérions que c’était un devoir d’offrir cette protection à nos enfants.

À voir en vidéo