Recul du français chez les fonctionnaires

La traduction est un bon baromètre de l’évolution des rapports entre l’anglais et le français au pays. Les chiffres suivants ont été obtenus en vertu de la Loi sur l’accès à l’information. Depuis 2002, le pourcentage de la traduction du français vers l’anglais a reculé de 11,2 % à 7,6 %, ce qui laisse penser qu’il se fait de moins en moins de travail en français dans la fonction publique. Au cours de la même période, la traduction multilingue a plus que doublé, grimpant de 4,2 % à 8,6 %. Le volume de traduction multilingue est désormais plus important que celui de la traduction du français vers l’anglais ! Trouverait-on quelque consolation du côté du Nouveau-Brunswick, seule province officiellement bilingue au Canada, où le tiers de la population est francophone ? Hélas ! non, la tendance observée suit la même pente descendante : le volume de traduction du français à l’anglais est en recul constant depuis une douzaine d’années et se situe actuellement autour de 10 %. Ces chiffres sont éloquents. Y aurait-il là matière à réflexion pour la ministre Mélanie Joly ?

À voir en vidéo