Dire «non, merci»

On assiste depuis plusieurs jours à une dénonciation des pratiques politiques consistant à recourir à une forme de népotisme, à la suite de la nomination de Marie Grégoire à la tête de BAnQ. Cette pratique n’est pas nouvelle et se perpétue malheureusement. Dans tous ces cas, et en l’occurrence celui de Mme Grégoire, force est de constater que ces personnes ainsi nommées y voient leur ego gonflé à bloc. Elles oublient ainsi de dire « non, merci, bien que cette proposition flatte mon ego, je ne détiens pas les compétences ni l’expérience appropriées ». Ainsi flattées, elles font fi des compétences fondées sur des formations solides et sur l’expérience, et envoient le message que la gestion de services publics de haut niveau d’expertise n’en est rien.

À voir en vidéo