À quel âge commence la pauvreté chez les personnes âgées?

Lors de la présentation du budget fédéral, lundi dernier, nous apprenions qu’il recelait une mesure pour les aînés. Ce cadeau prendra la forme d’un chèque au montant de 500 $, expédié au cours de l’été à toute personne de 75 ans et plus, quel que soit son revenu. Ces personnes verront leur chèque mensuel majoré de 10 % à compter de juillet 2022.

Bien que je fasse partie des gens concernés par cette mesure, je ne suis pas d’accord avec cette disposition, car j’y vois une injustice sociale et, surtout, une occasion de racoler les 75 ans et plus afin d’obtenir leurs votes aux prochaines élections.

D’abord, une injustice sociale. Parmi les aînés, qui sont les plus démunis ? Les gens de plus de 75 ans ou les gens de 65 ans et plus qui n’ont pour tout revenu que la pension de la sécurité de la vieillesse (PSV) et le supplément de revenu garanti ? Je crois que c’est évident que c’est la deuxième catégorie de personnes. Si le gouvernement voulait aider les aînés démunis, il n’avait qu’à augmenter le supplément de revenu garanti pour toute personne qui y a droit. La pauvreté chez les personnes âgées, ce n’est pas une question d’âge, c’est une question de revenu. Une personne qui n’a que la PSV et le supplément de revenu garanti dispose de moins de 20 000 $ par année pour vivre. C’est en deçà du seuil de pauvreté. Et ce sont majoritairement des femmes (mères au foyer) qui se retrouvent dans cette situation. Ce sont ces personnes que le gouvernement aurait dû cibler dans son budget.

Si on croyait acheter des votes pour les prochaines élections en courtisant les gens de 75 ans et plus, j’ignore quelle sera l’influence de cette décision sur le vote, mais en ce qui me concerne, mon vote n’est pas à vendre et mon chèque de 500 $ sera partagé entre des organismes communautaires qui s’occupent des plus pauvres de notre société.

À voir en vidéo

4 commentaires
  • Serge Pelletier - Abonné 24 avril 2021 02 h 45

    Félicitations Mme Lise.

    Félicitations Mme Lise. Vous avez parfaitement résumer la situation. Mais, il y a quelques omissions dont si la prestation de retraite monte, le surplus de revenu garanti va en tenir compte, et la prestation de celui-ci descendra... Donc, les personnes pauvres seront encore plus pauvres... Mais la chanson parait fort bien auprès de la majorité de la population du Canada (et du Québec): "Le Trudeau fils sort de la pauvreté les pauvres vieux"... Ce qui est d'une fausseté grotesque... Mais bon, rares, très rares les personnes comme vous qui "savent" la réalité des choses.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 24 avril 2021 10 h 10

    Lettre plus que pertinente. Bravo !

    Un bonbon électoral que cet argent, mais l'attrape-nigaud marchera chez la majorité des gens.

  • Christian Roy - Abonné 24 avril 2021 16 h 11

    Tout est là !

    "La pauvreté chez les personnes âgées, ce n’est pas une question d’âge, c’est une question de revenu." - Mme Labelle

    Merci, madame, de nous ramener à cette évidence. Merci de votre appel à plus de justice. Merci de dénoncer les tactiques électoralistes. Votre lettre, bien que courte, frappe fort.

    Un appel à plus de conscience !

  • Christian Montmarquette - Abonné 24 avril 2021 17 h 15

    Le régime de pension est à revoir

    Une personne qui n'a que sa pension de vieillesse et son supplément de revenu garanti ne dispose que de 1,491$ par mois pour vivre, en dessous du seuil de pauvreté.

    Pire encore, si jamais elle a accumulé un petit REER pour essayer d'améliorer son sort à la fin de sa vie, l'impôt lui coupe 30% à la sortie et le supplément de revenu garanti lui prend 50% du reste.

    Autrement dit, l'État lui retire pour ainsi dire tous ses efforts d'une vie d'économie.

    Une honte.