D’incendiaires vertueux à pyromanes

La liberté est cruciale dans notre démocratie. C’est pourquoi les incendiaires idéologiques à la COVID-19 se drapent de la vertu libertaire. Qui est contre la vertu ? Toutefois, trop, c’est comme pas assez : le pyromane a-t-il le droit de mettre le feu aux maisons des citoyens pour apaiser son vice incendiaire ? Plusieurs vecteurs, plusieurs vectrices de la COVID-19 sèment à tout vent les coronavirus. Or cette liberté de leurs postillons à me contaminer avec la COVID-19 se termine où commence la liberté de mon nez à ne pas vouloir recevoir ces mêmes postillons infectés. Contaminer des gens en risquant de les affliger d’un déficit neurologique chronique affectant le goût et l’odorat et même les condamner à une agonie pénible en soins intensifs avant la mort, c’est grave, hypergrave. Prôner de ne pas porter le masque, même si c’est fait de façon inconsciente, même si c’est fait par conviction antiréglementaire, que ce soit fait de façon plus ou moins volontaire, le résultat est le même. Il faut démasquer ces prétendus porteurs de la lutte antiréglementaire : le Mal se cache sous la Vertu. J’en appelle à tous les citoyens jeunes ou plus vieux qui sont bernés par ces porteurs de brandons, de torches enflammées de la COVID-19, par ces pyromanes antisociaux, somme toute. Trop de jeunes adultes se croient invincibles et nient le risque sanitaire de la COVID-19. De fait, la COVID-19, c’est trop souvent handicapant quand ce n’est pas létal. Parfois, le bon monde doit se réveiller de sa torpeur et, pour ma part, je crois qu’aujourd’hui il faut dire aux propagateurs de la maladie polymorphe qu’est la COVID-19 : « Crois ce que tu veux, mais porte ton masque pour nous protéger, toi et moi, mets ton masque et garde tes distances. Moi, je veux vivre et, mieux, je veux que toi aussi tu vives. »

5 commentaires
  • Pierre Rousseau - Abonné 28 septembre 2020 08 h 59

    Le droit à la vie

    Le droit à la vie est certainement le droit fondamental le plus important et ce qu'on sait actuellement c'est que la menace de la Covid19 est bien réelle. Donc, les anti-masques menacent le droit à la vie des autres et il y a une solution bien simple à ce dillemme : Ceux qui ne veulent pas porter de masques on le droit de le faire... chez eux. Alors qu'ils restent à la maison et cessent de menacer la vie des autres.

  • Cyril Dionne - Abonné 28 septembre 2020 09 h 11

    Il faudrait le dire

    Évidemment comme l’auteur de cette lettre est médecin, on nous parlera du droit inaliénable de ne pas avoir à subir les postillons des autres. Cela se comprend. On ne peut être plus d’accord avec lui puisqu’on peut se demander elle s’arrête où la liberté des uns.

    Mais il faudrait le dire aussi que le masque ne protège réellement personne contre le virus à part de diminuer la charge virale qu’on reçoit. Certains chercheurs ont suggéré dans un article dans le New England Journal of Medicine qu’en réduisant la quantité de virus provoquant une éventuelle infection, le masque pourrait contribuer à des formes moins sévères de la maladie. Ce processus appelé variolisation, forme primaire de vaccin, peut permettre une infection de déclencher une réponse immunitaire timide. Si cette théorie est confirmée, le masquage à l'échelle de la population pourrait contribuer à augmenter l'immunité collective et bonjour les pays asiatiques.

    Autre chose, pourquoi la réponse individuelle à l’infection par le coronavirus varie-t-elle autant d’une personne à l’autre? Eh bien, des chercheurs, Jean-Laurent Casanova et Laurent Abel ont identifié les premières causes génétiques et immunologiques expliquant 15% des formes graves de Covid-19. Ces malades ont un point commun : un défaut d’activité des interférons de type I, molécules du système immunitaire qui ont normalement une activité antivirale puissante. C’est la prévalence d’auto-anticorps contre l’IFN de type 1 dans la population générale, soit une prévalence 15 fois inférieure à celle observée chez les patients atteints de formes sévères. Ces résultats laissent penser qu’il faut donc dépister la population générale afin de détecter ces anticorps. Par ailleurs, la moitié des patients qui ont testés positif pour ces anticorps avaient plus de 65 ans, contre 38% pour la population en générale, ce qui laisse également supposer que la fréquence de ces anticorps augmente avec l’âge. Et voilà pourquoi les CHSLD sont plus à risque.

    • André Labelle - Abonné 28 septembre 2020 17 h 12

      M. Dionne même enmettant des gants blancs jusqu'au coude votre intervention a des allures de sabotage. Votre texte, sans doute bien intentionné, du moins je l'espère, est celui d'un saboteur naïf.
      Ce sont tous ces petits actes des saboteurs qui mettent à mal les efforts réels d'aider la société à s'en sortir.
      Les saboteurs, même les gentils comme vous, doivent être dénoncés et identifiés comme des éléments négatifs dans la lutte contre la Covid-19.
      «Les gens sont trop bien élevés, les méchants peuvent s'en donner à coeur joie.»
      [Dan Powell]

    • Serge Pelletier - Abonné 28 septembre 2020 21 h 43

      Ben oui M. Chose...Le masque ne sert à absolument rien, la preuve est faite n'est-ce pas M. Chose. C'est le bonimenteur Arruda qui l'a dit pendant plus de 4 mois, et vous M. Chose vous croyez dur comme fer le bonimenteur Arruda... C'est très bien ainsi, l'on ne peut forcer quelqu'un à croire ou ne pas croire. Conséquemment, M. Chose, allez vitement au party du Tam Tam sans masque, ils seront très heureux de vous recevoir en vous donnant "l'accolade à la russe", et ils s'écrirons en hurlant en coeur "tu es des nôtres, tu es des nôtres".

      Oups! n'oubliez surtout pas qu'un article de la Loi régissant l'Assurance maladie du Québec (la même chose pour l'équivalent de la Loi en Ontario) mentionne que les frais, en fait tous les frais hospitaliers sont entièrement à la charge de la personne négligente, de même que des recours juridiques peuvent être intentés contre une personne négligente qui entraîne des préjudices à autrui. Cela aussi, M. Chose, vous pouvez le croire ou pas.

  • André Labelle - Abonné 28 septembre 2020 17 h 22

    DES SABOTEURS

    Soyons clairs, les personnes dont parle l'auteur du texte qu'il qualifie de pyromane, moi je les nomme des SABOTEURS. Il faut les reconnaître comme des saboteurs même s'ils s'en offusquent et même s'ils n'en sont pas conscients.
    Quand les propriétaires de bars ou de restaurants déclareront-ils la guerre à ces saboteurs qui deviendront les responsables de la disparition, de la faillite, de leurs entreprises ? Au lieu de cela, ces tenanciers crient haro sur le baudet comme dans la fable de La Fontaine.
    Il faut contrer les saboteurs et non les encourager.
    «Gouverner ne consiste pas à aider les grenouilles à administrer leur mare!»
    [Michel Audiard]