Nous sommes soumis

La Barbade a annoncé l’abolition de la monarchie dans ce pays. Élisabeth II perd ainsi l’un de ses trônes. Le Canada n’a nulle intention d’en faire autant.

Il reste maintenant 15 États membres du Commonwealth sur 53 qui ont la reine pour chef d’État. Au train où vont les choses, le Canada sera le dernier aux côtés du Royaume-Uni. Au Québec, nous n’avons pas la fierté collective de demander l’abolition de la monarchie, ce symbole par excellence du colonialisme et de la Conquête.

Nous sommes un peuple soumis.

9 commentaires
  • Claude Bariteau - Abonné 26 septembre 2020 07 h 24

    Le Canada n'est pas le Québec. Une bataille québécoise menant à l'abolition de la monarchie canadienne est une bataille canadienne. En faire la promotion au Québec implique de vouloir changer le Canada pour s'y sentir bien alors que le Canada s'est construit après 1931 indépendamment du Québec et a tout fait, après 1964, pour ramener le Québec à sont statut de province canadienne avec quelques spécificités qui furent atténuées en 1982 dont les constructions des années 1960 à 1980 furent banalisées.

    La seule bataille qui s'impose est de créer un État indépendant hors du giron monarchiste canadien. Cette bataille est celle de la liberté et ne pas la faire c'est refuser de quitter la soumission au sein du Canada, une soumission qui concerne tous les Québécois et toutes les Québécoises de toutes origines. Pour la quitter, il importe de promouvoir un État différent de celui du Canada dans lequel les décisions se prendront démocratiquement, notamment dans un système politique républicain où les législateurs votent des lois sur la base d'une majorité d'entre eux détenant un appui majoritaire des citoyens et des citoyennes et dans le respects des droits des citoyens et des citoyennes du Québec.

  • Claude Gélinas - Abonné 26 septembre 2020 10 h 36

    Rompre les liens avec la royauté.

    Il est raisonnable de penser que face au Canada anglais le PM canadien n'est pas la personne de la situation pour rompre le lieu avec la royauté. Cette royauté qui empêche le Canada sur la scène internationale de démonter son indépendance en se débarassant notamment des 11 potiches royales et de leur rites moyennageux et obsolètes précédent la lecture du Trône.

    Merci à Monsieur Binette de nous rappeler cette soumission et cette dépendance du peuple canadien.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 26 septembre 2020 11 h 19

    … ÉTRANGÈRE ?

    « Nous sommes un peuple soumis. » (André Binette, Mtl)

    De ce genre de soumission, une question :

    Bien que plusieurs aiment la Monarchie, Québec est-il en mesure d’exiger d’Ottawa de Le libérer de quelque chose qui, effleurant à peine sa pensée dite « nationaliste », lui est et demeure …

    … ÉTRANGÈRE ? - 26 sept 2020 –

    Ps. : À quand le Réveil du Québec ???

  • Christian Roy - Abonné 26 septembre 2020 14 h 50

    Paix aux Hommes de bonne volonté !

    Que la reine reste au ROC ce que le Bonhomme Carnaval reste au Québécois.

  • Sylvain Auclair - Abonné 27 septembre 2020 10 h 39

    La constitution à Trudeau

    Et ce n'est pas demain la veille. La constitution de 1982 exige l'unanimité des onze parlement et assemblées pour un tel changement, et certaines provinces exigent un référendum. Comme il faut proposer quelque chose pour la remplacer (toutes les démocraties parlementaires ont un chef d'État en plus du chef du gouvernement), ça complique encore plus les choses.