Agissons d’abord, réfléchissons ensuite

Mon père, féru de rénovation et de bricolage, m’a toujours dit: « Le calcul vaut le travail », insistant sur l’importance de bien réfléchir avant d’agir, a fortiori lorsque l’action sera irréversible. Le gouvernement Legault ne nous a hélas pas habitués à pareille prudence, agissant plutôt dans la précipitation et l’impréparation, improvisant au gré des appuis, réels ou présumés, reculant parfois avec perte et fracas selon les réactions.

Le projet de loi 61 ne fait pas exception, s’inscrivant par ailleurs dans la droite ligne d’un gouvernement d’idéologie néolibérale souhaitant faire fi de toutes les règles, jugées encombrantes pour la bonne marche des affaires. Les gens d’affaires sont « de bonnes personnes », comme nous le rappelle régulièrement M. Legault, pourquoi faudrait-il alors ralentir leurs projets avec des broutilles comme l’environnement ou l’acceptabilité sociale ?

Devant le tollé quasi unanime face à cette suspension des règles démocratiques réclamée par la CAQ, M. Legault adopte une stratégie digne de M. Trump, soit lancer ses partisans (surtout des entrepreneurs en construction) à l’assaut des oppositions. Voilà qui a de quoi inspirer !


 
5 commentaires
  • Serge Pelletier - Abonné 18 juin 2020 04 h 57

    Pauvre de lui...

    Pauvre de lui, il est un grand incompris par le peuple ignare du Québec. Ré-écouter, M. Le Blanc, les archives récentes de ses prises de paroles lors de "la messe de 13 heures"... Il était tout content et heureux de dire "comme gouverment l'on peut faire tout ce que l'on veut, et de passer les lois que l'on veut"...
    C'est un gouverment si odieux qu'il a même inclus dans la Loi régissant les mesures d'urgences qu'il ne peut y avoir de recours judiciaires contre lui pour des décisions ou actes qu'il fait...

    Il est très chanceux, très chanceux même, qu'il y ait un bouffon à Ottawa (GV-F), car en vertu des pouvoirs de l'article 94 de la Constitution, le GV-F peut en tout temps invalider une loi, ou partie de loi, provinciale dans les deux ans de sa mise en application (pouvoir qui est dérivé de ceux du Secrétaire aux colonies de l'Empire).

  • Robert Bérubé - Abonné 18 juin 2020 07 h 08

    Et comme Trump, il ne veut pas lacher le morceau et se promet d'y revenir à l'automne. Souhaitons que l'opposition soit au rendez-vous.

  • Bernard LEIFFET - Abonné 18 juin 2020 07 h 27

    Improviser n'est pas toujours garant du succès!

    Tout projet requiert une étude approfondie, à partir d'objectifs mesurables. Quand il devient un monstre comme celui de la loi 61 on ne peut que s'étonner du pragmatisme, sans nuance, du PM François Legault. On peut arriver à ses fins quand l'environnement, disons le contexte ici, s'y prête. Baillonner d'avance les partis d'opposition revenait à mettre la charrue devant les boeufs et ces derniers, ensemble, se sont opposés à un rêve d'hommes d'affaires prêts à élargir la bulle de la CAQ, dont la devise et de faire comme nous l'entendons, après on pourra en discuter!
    Évidemment, le monde politique évolue depuis longtemps sur le rythme de grand-parleur-petit-faiseur! On pourrait y ajouter tous les infinitifs, de ceux qui sont pour et ceux qui sont contre ledit projet!

    • Gilles Théberge - Abonné 18 juin 2020 15 h 03

      Il faut regarder qui se tient derrière le premier ministre Legault. Ce sont ses hommes de main, grand faiseux devant l'Éternel, le président du Consil du trésor, le ministre des finances, et le responsable du développement économique.

      Eux, sont décus. Car c'est à eux qu'allaient ces pouvoirs extraordinaires, digne d'une dictature !

  • Yves Corbeil - Inscrit 18 juin 2020 12 h 13

    C'est vrai que ça fait changement des fuites du précédent gouvernement

    On organise ses sondages comme on peut quand on est au pouvoir faut croire. Au final c'est le résultat qui compte et ici on condamne avant que ça se produise. Mon dieu mais si on avait su, on aurait agi autrement avec le précédent car on est en mesure de constater qu'avec de l'argent tu sauve pas beaucoup de vie, hein M. Leitao et Couillard, vous devez être mort de rire de voir le PM patauger dans vos auges. Séparatiste pas Caquiste, trompez-vous pas.