À propos des 5 millions pour décorer les CHSLD

C’est bien. Mais ça me rappelle ce jour où, il y a un peu plus de deux ans, je me trouvais dans le corridor de l’étage du CHSLD où ma mère occupe une chambre. Une résidente, depuis son fauteuil roulant, demande de l’aide pour pouvoir faire un peu de marche. « Pas possible, lui répond la préposée. Il faut être à deux pour ça. » Précision : pour faire effectuer au résident un peu d’exercice de marche, une préposée doit pouvoir se tenir devant lui (face à face), tandis que le résident prend appui sur son déambulateur pour avancer, et qu’une deuxième préposée le suit en poussant le fauteuil roulant afin d’assurer la sécurité. Et c’est bien.

Je repense encore à ce jour où j'ai retrouvé ma mère encore au lit vers midi. L’infirmier m’explique : « Manque de personnel. » Je brasse la cage. Encore heureux que ma mère puisse « bénéficier » de l’implication de ses proches dans son quotidien ! Il y aurait de quoi écrire un chapitre, sinon un livre ! Et me reviennent en tête les hauts cris jetés par certains du fait qu’on sert dans les CHSLD de la purée de pommes de terre en poudre !

Question : Qu’est-ce qui doit être priorisé ?


 
3 commentaires
  • Daphnee Geoffrion - Abonnée 29 février 2020 15 h 08

    En effet j'ai trouvée cette annonce surprenante moi aussi.
    Comme si on en était rendu à la déco, mauvaise gestion des priorités. Il y a bien pire que le décor dans nos CHSLD.

  • Rose Marquis - Abonnée 1 mars 2020 08 h 17

    Ah! les CHSLD...

    Ma mère est demeurée plus de 10 ans dans un CHSLD à Macamic (Abitibi), elle y est décédée en 2011. La pénurie de personnel n'était pas aussi flagrante. Heureusement, elle était dans un ancien sanatorium cosntruit sur les bords d'un lac et qui bénéficiait d'un joli parc où, l'été, nous allions prendre l'air, les dernières années ce parc manquait un peu de soins....

  • Sylvain Fortin - Abonné 1 mars 2020 23 h 45

    De clowns à la décoration

    La ministre Marguerite Blais est bien trop superficielle pour avoir accès au monde des profondeurs. Elle se concentre sur les apparences pour cacher son incompétence. Quand elle était ministre chez les libéraux sa priorité c'était de faire entrer les clowns dans les CHSLD. Faut-il se surprendre de son nouvel intérêt pour la décoration ?