Des chiffres très inquiétants

Après des incendies d’une ampleur exceptionnelle en Australie, des tempêtes d’envergure anormale sur l’Europe, un smog particulièrement envahissant à Mumbai, l’Antarctique, le continent le plus froid du globe (-57 degrés en moyenne annuellement), a connu un record de chaleur de +20 degrés, il y a de cela quelques jours. Incroyable et anormal selon les chercheurs. Il y a juste les climatosceptiques pour nier. Les irrégularités de température observées depuis dix ans en Antarctique ne relèvent pas d’une croyance, mais bien d’un phénomène scientifique mesurable, évoque le chercheur brésilien Carlos Schaefer.

Avec le réchauffement anormal du pôle Sud, cet immense territoire de glace fond à la vitesse grand V : 219 milliards de tonnes de glace déversées dans les océans au cours des huit dernières années. Trois fois plus de déversement qu’avant 2012, selon des chercheurs de la NASA. Selon les scientifiques de l’organisation météorologique mondiale, si l’Antarctique perdait toute sa glace, le niveau des océans grimperait de… 60 mètres.

Mais qui s’en soucie, mis à part les scientifiques et les climato-réalistes ? Les politiciens canadiens qui continuent à jurer par le pétrole le plus sale qui soit avec toujours plus de GES à la clé ? Les élus de Saguenay qui financent avec l’argent public un mouvement qui prône le projet polluant GNL Québec-Gazoduc ? Les élus de l’arrondissement Chicoutimi qui continuent à marteler qu’une bâtisse énorme comme un amphithéâtre peut, sécuritairement, être érigée sur la zone portuaire potentiellement inondable située sur les bords de la rivière Saguenay ?

L’année 2019 a conclu une décennie marquée par la chaleur exceptionnelle à l’échelle mondiale. Et la tendance se poursuit…

Greta et les autres jeunes Terriens allumés n’ont-ils pas raison de craindre pour l’avenir, pendant qu’en bien-pensants il y en a qui se demandent ce que fait notre jeunesse dans la rue avec des pancartes, alors que sa place devrait être dans les salles de cours. Élus et bien-pensants donneurs de leçon de tout acabit, s’il le faut, retournez dans vos livres du secondaire pour finir par comprendre ce qu’est le principe des vases communicants.


 
9 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 17 février 2020 04 h 29

    Ouais

    C'est normal. Les politiciens sont toujours en retard sur la population. Il commence seulement à y avoir des séquelles évidentes du réchauffement. La Gaspésie et Montréal vont être touchés. Voici un court compte-rendu des endroits plus connus:
    https://www.youtube.com/watch?v=szho74EKGiM

  • Pierre Rousseau - Abonné 17 février 2020 08 h 17

    Les jeunes ont raison...

    Ils ont raison car ce sont eux qui vivront avec le désastre qui pointe son nez. Ceux qui dirigent aujourd'hui seront morts les poches pleines de dollars mais avec la stigmate du borgne qui règne au pays des aveugles. Les dirigeants d'aujourd'hui se complaisent dans le confort et l'indifférence alors que les jeunes vont en payer le prix fort.

    • Cyril Dionne - Abonné 17 février 2020 09 h 35

      Les jeunes ont raison? Ah ! « ben ». Mais ils ne pratiquent pas la simplicité volontaire et sont les pires consommateurs. Voyons voir, ils parlent beaucoup mais dans leurs actions à la sauce hyper-individualiste, ils démontrent tout le contraire. En fait, tous les écoanxieux de ce monde pointent les autres du doigt alors qu’ils devraient se viser eux-mêmes.

      Ceci dit, oui les niveaux des océans grimpent et continueront de grimper. Nous ne sommes plus à l’heure de l’évitement des changements climatiques, mais à celui de l’adaptation. La COP de Kyoto en 1997 était notre dernière chance pour éviter le pire. Plusieurs pointent du doigt encore une fois la feuille d’un arbre d’une grande forêt alors qu’on devrait regarder le grand portrait. Les pays les plus populeux comme la Chine et l’Inde augmentent leurs émissions de GES à la hauteur de 80% par année. En fait, ces deux pays sont responsables de presque de la moitié de la production des GES mondiaux. Ce n’est pas le projet polluant de GNL Québec-Gazoduc ou une bâtisse énorme comme un amphithéâtre à Chicoutimi qui feront beaucoup de différence. Revenez sur terre, le Québec n’est même pas une virgule dans la grande encyclopédie de la bataille contre les changements climatiques, 0,15% oblige.

      Greta et les autres jeunes Terriens ne font pas partis de la solution, mais plutôt du problème. Se promener à bord d’un yacht de milliardaire pour traverser l’océan atlantique ne tient pas beaucoup de la simplicité volontaire tout en sachant que ce voilier/yacht était construit à partir de matériaux qui utilisent des produits fossiles. Il y avait plus de plastique sur ce voilier que dans l’emballage d’une poupée Mattel.

      Au moins, nous avons notre sauveur, Steven Guilbeault, notre ministre extraordinaire du Patrimoine canadien pour nous défendre. Maintenant qu’il reçoit une rémunération de plus de 250 000$ par année des contribuables, il va en escalader des tours CN pour venir à notre rescousse.

    • Pierre Desranleau - Abonné 17 février 2020 13 h 18

      @ Cyril Dionne ... en voulant frapper l'imaginaire avec vos commentaires à l'emporte-pièce, vous frappez surtout dans le vide et perdez de même coup toute crédibilité en avançant des statistiques erronées et en faisant des déclarations dénuées de bon sens. Je vous cite :

      "Les pays les plus populeux comme la Chine et l’Inde augmentent leurs émissions de GES à la hauteur de 80% par année." - Faux; la réalité est plutôt de l'ordre de 3%.

      "Ce n’est pas le projet polluant de GNL Québec-Gazoduc ou une bâtisse énorme comme un amphithéâtre à Chicoutimi qui feront beaucoup de différence. Revenez sur terre, le Québec n’est même pas une virgule dans la grande encyclopédie de la bataille contre les changements climatiques, 0,15% oblige." - Donc, si on suit votre logique, nous devrions cesser sur le champ tout effort de décarbonisation et dire oui aux projets GNL et Energie-Est.

    • Marc Therrien - Abonné 17 février 2020 16 h 03

      Une des sources de données qui peut permettre à M. Dionne de pavoiser est celle du Conference Board of Canada qui situe le Québec comme la seule province du Canada à se montrer performante pour le nombre de tonnes de CO2 par habitant et qui décroche même un « A ». Le Canada reçoit un « D » et se situe parmi les 3 pays produisant le plus d’émissions de CO2 par habitant. Un autre classement, celui de l’Agence internationale de l’Énergie, indique que le Canada en produit 2 fois plus par habitant que la Chine. Il y a quelque chose dans notre mode de vie et notre économie dont il ne faudrait pas que la Chine se mette à envier et à reproduire. Et en ne s'identifiant pas au Canada, M. Dionne peut exposer avec fierté la performance de ce tout petit coin de pays, le Québec, dont il peut jouir avec tranquillité du fait qu'il représente une quantité négligeable dans l'équation complexe de la réduction de la pollution ayant un impact sur les changements climatiques.

      Marc Therrien

    • Cyril Dionne - Abonné 17 février 2020 16 h 42

      Ah ! Les écoanxieux et leur crédibilité. Faux et archifaux ce que vous avancez M. Desranleau. Évidemment, vous n’avez aucune preuve pour bâtir votre argumentaire qui semble surtout basé sur les émotions.

      Voici le lien de l’Agence Internationale de l’Energie (IEA – Internation Energy Agency). Ils stipulent en fait que 80% des nouvelles augmentations des émissions de C02 viennent de l’Asie, donc surtout de la Chine et de l’Inde (« Data Release: Global energy-related CO2 emissions flattened in 2019 with almost 80% of the increase coming from Asia »). J’espère que vous savez lire l’anglais.

      https://www.iea.org/articles/global-co2-emissions-in-2019

      En passant, vu que vous semblez si anxieux à propos des changements climatiques, est-ce que vous pratiquez la simplicité volontaire où c'est seulement pour les autres?

    • Pierre Desranleau - Abonné 17 février 2020 20 h 45

      @ Cyril Dionne

      - Affirmer que "80% des nouvelles augmentations de CO2 viennent principalement de la Chine et de l'Inde" est exact. C'est très différent de ce que vous affirmiez plus tôt aujourd'hui : "la Chine et l’Inde augmentent leurs émissions de GES à la hauteur de 80% par année." Ceci dit, je réitère que les émissions mondiales augmentent d'environ 3% par année (2018 vs 2017).

      - Simplicité volontaire : pour votre information, je n'ai pas pris l'avion depuis 4 ans et mon objectif est de ne plus jamais le prendre. Lorsque je pars en vacances, je voyage en véhicule hybride au Québec, en Ontario et dans les Maritimes. J'ai commencé à faire du compost 20 ans avant l'arrivée des bacs bruns. Même chose pour le recyclage du verre, papier et plastique que j'allais porter à Montréal à tous les deux mois avant que la collecte ne soit organisée dans la ville de banlieue où j'habite. Je n'ai jamais arrosé ma pelouse ni utilisé d'engrais chimique et de pesticides. J'ai fait des pressions, sans succès, pour que ces pratiques soient bannies dans la municipalité. Je suis bénévole dans une banque alimentaire où nous récupérons des tonnes de nourriture auprès de différents distributeurs et épiceries pour éviter qu'elle ne se retrouve dans les sites d'enfouissement. Bref, rien de bien spectaculaire, mais je crois pouvoir affirmer que je "walk the talk". Et vous, est-ce que vous vous laissez aller à surconsommer et à produire des GES en fou sous prétexte que le Canada est un faible contributeur au réchauffement de la planète ?

    • Cyril Dionne - Abonné 17 février 2020 20 h 53

      M. Therrien, vous parlez du Canada, un pays étranger, et moi je parle du Québec. Ce n'est pas de notre faute si la Saskatchewan et l'Alberta produisent 6 fois plus de GES par capita que nous. Tiens, voilà pour vous du même site, l’Agence Internationale de l’Énergie. Mais c'est tout en anglais et je ne prendrai pas la peine de traduire.

      « Emissions outside advanced economies grew by close to 400 Mt in 2019, with almost 80% of the increase coming from Asia. In this region, coal demand continued to expand, accounting for over 50% of energy use, and is responsible for around 10 Gt of emissions. In China, emissions rose but were tempered by slower economic growth and higher output from low-carbon sources of electricity. »

      En passant, Gt veux dire un milliard de tonnes de GES. Donc, 10 Gt c’est 10 milliards de tonnes de GES ou 10 000 000 000 t. Le Québec en produit 76 Mt par année.Je sais pour les écoanxieux, les chiffres et la science ne sont pas importants.

  • Marc Therrien - Abonné 17 février 2020 10 h 03

    L'inquiétude appelle la rassurance


    Malheureusement, il appert qu’il ne suffira pas de bien comprendre le principe des vases communicants. Le problème, dans un système hypercomplexe, est qu’il y a plusieurs principes en interaction qui entrent en conflit et en contradiction. Souvent, le problème persiste dans ses solutions, ce qui fait qu’une solution peut entraîner des effets imprévisibles et indésirables qui deviennent de nouveaux problèmes. Ainsi, c’est ce qui fait qu’il est possible que les multiples efforts de conscientisation par les militants écologistes éveillés employant le ton alarmiste produisent l’effet secondaire indésirable de renforcer chez les « endormis » le comportement de fuite dans l’univers virtuel réconfortant des images triviales que leur procurent leurs appareils numériques où ils se passent très bien de contacts avec leur habitat naturel. Aussi, à court terme, que peut faire le gouvernement autre que de rassurer le peuple qui lui exprime ses inquiétudes?

    Pour le reste, peut-être que l’option la plus réaliste demeure pour l’humain de continuer à compter sur son génie d’adaptation et d’innovation qui lui donne confiance qu’il peut réparer les dégâts qu’il a lui-même créés. Il lui sera difficile de se déprendre de lui-même pour penser autrement comme dirait Michel Foucault; de se passer de cette faculté qui lui a permis d’évoluer durant des siècles et des siècles. Comme l’a écrit Karl Popper : « Toute vie est résolution de problèmes ».

    Marc Therrien