Canadexit?

Avouons-le, le « Megxit » apporte quelque chose de positif, soit des discussions sur la pertinence de la monarchie en sol canadien. D’un bout à l’autre de l’unifolié, on se demande si nous sommes dans l’obligation de payer pour la sécurité, à long terme, de personnalités royales qui ne désirent plus l’être… qu’à temps partiel !

Dans la Belle Province, car on conserve encore ce statut puisqu’à deux reprises nous avons dit non à un « Québexit », les propos d’Yves-François Blanchet reflètent la pensée de beaucoup d’entre nous. En chœur avec le chef du Bloc québécois, on exprime notre opposition au fait que notre argent puisse servir à la protection de ces vedettes qui ne semblent « pas trop dans la misère ».

Si les Britanniques sont en train de réaliser un exploit en s’extirpant de l’Union européenne, pourquoi le Canada ne serait-il pas en mesure de sortir du Commonwealth, cette association qui compte aujourd’hui une cinquantaine de pays qui sont supposément « libres et égaux » ? Mais est-ce un symbole de liberté que d’avoir comme chef d’État une reine étrangère ? Le Canada ne possède même pas le statut de république comme la plupart des États membres du Commonwealth !

Si « Lizzie », mamie de Harry, a compris le désir d’indépendance de son petit-fils, pourquoi ne comprendrait-elle pas celui du Canada ? Oui, je sais, à force de vivre au pays de Justin, je commence à croire aux licornes. Sérieusement, en signant la pétition portant sur les dépenses de la marque « Sussex Royal », mise en ligne par la Fédération canadienne des contribuables, on montre au moins que nous ne sommes pas les fous de la reine !