P-6: un droit de manifester non absolu

Paris, capitale de la France, pays des droits de la personne, interdit, lors de manifestations, le port de masques, exige que l’itinéraire soit fourni à l’avance à la police, et que l’organisation impliquée ait son propre service d’ordre. Au Québec, de tels encadrements à la liberté d’expression ont été déclarés nuls, à la suite de décisions judiciaires ; le règlement P-6 sera donc bientôt officiellement abrogé par la Ville de Montréal.

J’estime que cette abolition est une mauvaise décision, à moins de croire que les Parisiens sont dans le champ ! Le règlement P-6 ne fait que rappeler que les libertés fondamentales, telle la liberté d’expression (et de manifestation) ne sont pas absolues. Une évidence.

J’imagine le tollé de certains lorsque la loi québécoise sur la laïcité sera déclarée nulle par les tribunaux ! Autre loi, autre point de vue ! Autre pays, autre loi ! Ainsi fonctionne la justice humaine depuis toujours.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Marc Therrien - Abonné 15 novembre 2019 07 h 25

    Le droit de manifester contre l'annulation de la loi sur la laïcité


    Est-ce une lettre portant sur l'encadrement du droit de manifester ou encore une autre portant sur la loi sur la laïcité de l'État? Le nombre de commentaires qu'elle suscitera s'attardant à la question de la laïcité devrait nous en donner l'indication. On peut trouver du plaisir dans la répétition.

    Marc Therrien

  • Michel Lebel - Abonné 15 novembre 2019 10 h 43

    Sur le droit de maniferter

    Ma lettre porte essentiellement sur le droit de manifester. Ce droit ne peut s'exercer sans un certain encadrement, sinon c'est le risque d'anarchie ou de chienlit. J'ajouterai que des commerçants-amis ont subi de très lourdes pertes financières et autres à la suite de manifestations à répétition. La liberté ne peut s'exercer sans responsabilité par celui qui s'en sert. La personne n'est pas une île, mais une presqu'île.

    M.L.

  • Yvon Turcotte - Abonné 15 novembre 2019 11 h 32

    Une cagoule est-elle un masque?

    Bravo, monsieur Lebel. Cette décision m'apparait très mal avisée au vu de ce que nous voyons en France depuis un an avec les débordements en marge des manifs très légitimes de Gilets jaunes qui compromettent même la survie de petits commerces. Y a-t-il un vraiment un besoin d'abroger ce reglement? Je ne le crois pas. Qui brime-t-il? Le droit de manifester spontanément OUI mais SANS masque.
    Yvon Turcotte

  • Julien Villeneuve - Inscrit 16 novembre 2019 11 h 30

    Réponse

    Bonjour M. Lebel,

    Le règlement P-6, contrairement à ce que vous affirmez, ne fait pas que rappeler les limites de certaines libertés fondamentales. Il pose des entraves à cette liberté. Certaines de ces entraves ont été reconnues par des juges, les autres viennent d'être reconnues par Projet Montréal. Je vous recommande chaudement la (re?)lecture du règlement, des jugements pertinents ainsi que de la lettre ouverte que nous avons publié plus tôt cette semaine dans le Métro et à La Presse, vous pourriez y apprendre quelque chose. Nous ne serions peut-être toujours pas d'accord par la suite, mais votre compréhension du règlement et vos critiques seraient assurément moins vagues.

    Par ailleurs, ni nous ni Projet Montréal n'avons affirmé que le droit de manifester est absolu. Au moment de l'annonce de l'abrogation, Projet Montréal a d'ailleurs rappelé un ensemble de dispositions qui s'appliquent toujours, et ceci a été rapporté dans à peu près tous les comptes-rendus de l'annonce dans les médias. Pourquoi faites-vous comme si ce n'était pas le cas?

    Cordialement,

    Julien Villeneuve