Le respect de la maison du peuple

Parce que le Parlement de Québec est la maison du peuple, on peut s’y présenter n’importe comment. Mais justement, le peuple, lui, n’est pas comme ça et il ne ferait pas ça. Étant d’origine modeste, je me rappelle que mes parents, lorsqu’ils devaient se rendre à un endroit significatif pour eux ou à un événement d’importance, tentaient de s’y présenter sous leur meilleur jour.

Le Parlement est le siège de notre démocratie, cet endroit mérite notre respect et on doit s’attendre à ce qu’on s’y présente avec ce que l’on a de mieux. On s’attend à ce que les gens qui ont le privilège d’y siéger le fassent dignement, et prendre prétexte du fait que le Parlement est la maison du peuple pour justifier une tenue négligée ou un comportement déplacé n’est pas respectueux envers ce « peuple » qu’on invoque d’une façon incantatoire.

[…]

Il est inutile de les contrer ou de les sanctionner, ces pauvres députées sans le sou. Laissons au peuple le soin de leur dire qu’elles leur font honte.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

16 commentaires
  • Jean-Pierre Martel - Abonné 13 novembre 2019 03 h 13

    Défendre le conformisme vestimentaire n’est pas défendre le respect

    La pire indignité d’un représentant du peuple est d’utiliser son influence pour piller le Trésor public au profit de ceux qui ont contribué à la caisse de sa formation politique.

    Entre le scandale de la tenue vestimentaire d’une élue (sanctionnée par le refus qu’elle siège au parlement) et le scandale de la corruption (impunie) sous le gouvernement libéral de Jean Charest, il me semble qu’il y a un écart de gravité que certaines personnes ne semblent pas comprendre.

    • Gaetane Derome - Abonnée 13 novembre 2019 16 h 07

      M.Paradis a tout de même donné des consignes:« D’ici à ce que des discussions formelles se tiennent sur la question de la tenue vestimentaire des députés, je compte sur vous pour continuer à respecter la norme observée depuis de nombreuses années dans le cadre de nos débats, soit la " tenue de ville "
      http://www.assnat.qc.ca/fr/actualites-salle-presse

      Le respect du président de l'Assemblée Nationale ne semble pas présent chez Mme Dorion...

  • Richard Maltais Desjardins - Abonné 13 novembre 2019 06 h 21

    Sous son meilleur jour

    On reconnait aisément la signature et l'esprit de la chose. Ce « meilleur jour » exige ici qu'on s'endimanche comme pour aller à la messe, ailleurs au contraire qu'on tombe tous les (autres) signes d'appartenance religieuse.

    Ce que monsieur en pense est de peu de conséquence. Il n'a pas été élu, comme deux ou trois preux laïciens du Bloc, dont on peut espérer que le «peuple» leur a quand un peu dit qu'il leur (sic) faisait trop honte. Ces jours-ci, on attribue à la «précipitation» les décisions inconsidérées de la CAQ, comme si elles ne relevaient pas d'une disposition plus permanente, tranquille, bien pensante. Et d'autant plus honteuse qu'elle se donne l'excuse de la maladresse.

  • Christian Montmarquette - Abonné 13 novembre 2019 08 h 39

    Taschereau exclue de l'Assemblée nationale

    Comment une Assemblée nationale qui devrait représenter la diversité et la pluralité de la société peut-elle imposer un modèle unique?

    L'Assemblée nationale n'est pas une église, un temple ou une cérémonie.

    C'est un lieu de débats, où justement les idées, les valeurs et les tendances contraires doivent s'affronter.

    En refusant l'accès au Salon bleu à la députée Catherine Dorion, c'est tout l'électorat de Taschereau que l'Assemblée nationale met à la porte.

    Voilà le véritable manque de respect et la véritable atteinte à la démocratie.

    • Gaetane Derome - Abonnée 13 novembre 2019 16 h 12

      Mme Dorion s'est exclue elle-même ce jour là en ne respectant pas les consignes données par le président de l'Assemblée Nationale.Par ailleurs,je sais que certains citoyens dans son comté en ont assez de ces " justineries" et voudraient qu'elle mette autant d'effort à travailler pour eux..

    • Christian Montmarquette - Abonné 13 novembre 2019 23 h 10

      Mme Dorion s'est exclue elle-même ce jour là en ne respectant pas les consignes données par le président - Gaetane Derome

      Une belle tournure de phrase pour tenter de lui faire porter le chapeau.

      Ce n'est quand même pas Catherine Dorion qui a conçu ces règles d'exclusion.

      Et vos récits anecdotiques ne prouvent rien.

      J'ai entendu beaucoup de monde dire le contraire et qu'ils la trouvent excellente et audacieuse.

      Sa vaste popularité en fait d'ailleurs la preuve.

  • Françoise Labelle - Abonnée 13 novembre 2019 09 h 16

    Place aux nouvelles élites ouatées

    Je suis d'accord sur ce point avec les autres commentaires: le débat est ridicule. Les turpitudes de Charest, l'inepte 3e lien, notre nouveau rôile de porteur de gaz albertain méritent plus d'attention.
    Mais il me semble que la Jeanne d'Arc qui court au bûcher est elle-même responsable de cette perte de temps qu'elle a provoquée en refusant de se conformer humblement aux us et coutumes de l'Assemblée. À Rome, fais comme les romains.
    C'est une théâtrale qui a besoin d'attention, comme Justin et Trump. Faute de fond, on se concentre sur la forme pour faire diversion. Un réflexe bien trumpien, un autre «hors norme». Et tous trois ont peu à voir avec le «peuple», pour ce que ça veut dire.
    Une jolie conspiration involontaire.

    • Christian Montmarquette - Abonné 13 novembre 2019 13 h 38

      "La Jeanne d'Arc qui court au bûcher est elle-même.." - Françoise Labelle

      Ce n'est quand même pas Catherine Dorion qui contrôle le tapage médiatique qu'on fait à son sujet.

      Et qui plus est, que vous venez vous-même d'en remettre une couche en ne parlant que de ça, dans un article dont le sujet est LE PQ.

  • Michel Lebel - Abonné 13 novembre 2019 09 h 43

    Égocentrisme!

    Bon texte. Que Catherine Dorion cesse de faire du spectacle égocentrique. Pas nécessaire de s'habiller comme la chienne à Jacques pour faire son boulot. J'ai observé une tenue plus soignée quand elle paradait récemment à l'égocentrique et stupide TLMEP... C'est tout dire du sérieux de sa démarche.

    M.L.

    • Christian Montmarquette - Abonné 13 novembre 2019 12 h 57

      @ Michel Lebel,

      "Que Catherine Dorion cesse de faire du spectacle égocentrique." - ML

      Comme si Catherine Dorion ne faisait que ça?

      Alors qu'elle travaille entre 60 et 70 heures par semaines.

      Je me permettrai d'ajouter qu'il y a des mois que l'Assemblée nationale se traine les pieds à ne pas revoir son code vestimentaire considéré comme obsolète. Et que ce n'est pas Catherine Dorion, mais les médias qui montent cette histoire en épingle. Alors qu'elle ne fait que se vêtir de la même manière dont elle a fait campagne.

      - Comment Catherine Dorion peut-elle se soumettre à une règle qui n'existe pas?

      Tenue vestimentaire à l’Assemblée nationale : directive du président :

      http://www.assnat.qc.ca/fr/actualites-salle-presse

    • Michel Lebel - Abonné 14 novembre 2019 09 h 37

      @ Christian Montmarquette,

      Je n'ai jamais écrit que ''Catherine Dorion ne faisait que ça''. Mais disons qu'elle a une nette propension à faire parler d'elle! J'estime que participer au narcissique et stupide TLMEP témoigne d'une forme de narcissime de sa part. Fin. On a assez parlé de cette affaire.

      M.L.

    • Christian Montmarquette - Abonné 14 novembre 2019 11 h 46

      "Disons qu'elle a une nette propension à faire parler d'elle.." - Michel Lebel

      Amir aussi avait beaucoup fait parler, c'est le propre de la politique.

      Ceci dit, Catherine Dorion ne contrôle ni la presse écrite ni les médias.

      Et ce sont les libéraux qui ont relancé l'histoire avec leur plainte ridicule et perdu au commissaire à l'éthique.

      Reconnaissez au moins qu'on l'a suffisamment salie en public avec cette histoire, pour qu'on lui accorde un droit de réplique sur les ondes nationales.