Merci aux Libanais dans les rues

« Le secret du changement, c’est de concentrer toute votre énergie non pas à lutter contre le passé, mais à construire l’avenir. » — Socrate

Du nord au sud, des centaines de Libanais ont envahi les rues de leur pays en guise de protestation contre une nouvelle taxe sur les systèmes de messagerie, notamment WhatsApp, une application téléphonique très populaire au pays des cèdres. A priori, cela peut sembler ridicule. Or, l’introduction de cette nouvelle taxe n’est que la goutte qui a fait déborder le vase… Un vase étant plein depuis très et trop longtemps.

Libanaise d’origine, je cultive un amour sans fin pour ce magnifique coin de pays. Or, derrière ses longues plages de sable blanc et ses ruelles pleines de vie, le Liban souffre d’un gouvernement corrompu et surtout inhumain. Du fond de leurs villas de luxe, nos hommes politiques nous servent de beaux sermons sans contenu servant à nous monter les uns contre les autres afin de protéger leurs intérêts personnels… Il s’agit du bon vieux « Diviser pour mieux régner ». Le Libanais de confession chrétienne déteste son compatriote musulman (et vice-versa) sans se rendre compte qu’ils souffrent tous deux des mêmes maux. Pendant que nos politiciens s’en mettent plein les poches, c’est notre peuple qui écope : coupures de courant, pénurie d’eau potable, chômage, décrochage scolaire, famine et travail infantile. Pendant que nos politiciens accumulent les voitures et les voyages, nos enfants se voient refuser l’accès aux soins de santé, par défaut de moyens financiers. Pendant que nos politiciens vivent, nous survivons.

À la vue des photos et des vidéos de la mobilisation du 17 octobre, un vent d’espoir a envahi chaque Libanais et chaque Libanaise de la diaspora : la vision d’un Liban uni et libéré de ses bourreaux. Je souhaite que cette manifestation ne soit que le début d’un long parcours vers le changement et qu’aucun faux discours de politicien ne vienne vous en dissuader. Je pense à mon grand-père, qui a tout abandonné afin de garantir un meilleur avenir à ses enfants, je pense à chaque mère qui occupe deux emplois, je pense à chaque Libanais qui rêve de rentrer au bercail… En leur nom, je vous dis merci.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 21 octobre 2019 07 h 53

    «... derrière ses longues plages de sable blanc... »

    De ce que j'ai pu lire, les plages du Liban sont parmi les plus polluées du bassin méditerranéen.