Tous derrière Desjardins

L’histoire de Desjardins est intimement liée à l’histoire fantastique du peuple québécois, qui s’est pris en main, au début du XXe siècle, pour se doter d’une institution financière lui ouvrant la porte à un crédit qui lui était souvent refusé par les banques.

Cent dix-huit ans plus tard, nous avons devant nous un succès retentissant, une entreprise de classe mondiale, édifiée par des coopérants, qui fait notre fierté.

Aujourd’hui, ne laissons pas les actions d’un scélérat (de scélérats ?) sans scrupules et sans aucune morale abîmer l’oeuvre gigantesque d’une nation, et défendons avec détermination notre patrimoine en soutenant sans restriction Desjardins.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

16 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 16 juillet 2019 02 h 25

    La Caisse a délaissé sa mission noble en traitant ses membres comme «des clients».

    Malheureusement, la Caisse Populaire Desjardins a délaissé, dernièrement, sa mission noble d'aider les plus démunis de la société et de chercher une politique d’affaire comme les autres banques. La direction de la Caisse a fermé beaucoup de succursales dans les endroits éloignés et a fait des investissements pas toujours éthiques dans l'industrie pétrolière, par exemple.
    Le très honorable Claude Béland, président du Mouvement Desjardins de 1987 à 2000, affirme d'être l’une des victimes du vol de données. Il reproche à la direction de la Caisse d'avoir changé l'idéologie de l'institution en traitant ses «membres» comme des «clients.»

  • Daniel Bérubé - Abonné 16 juillet 2019 03 h 27

    Court texte...

    mais qui apporte un point, voir un pillier qui apporte soutient à la raison indéniable de les supporter ; c'est dans les périodes difficiles que l'on connaît le plus à fond la culture d'un peuple... et si la solidarité de cette culture est appellé a la faire croître ou... disparaître. Merci pour ce rappel essentiel.

  • Hélène Gervais - Abonnée 16 juillet 2019 07 h 07

    Je suis tout à fait d'accord avec vous ....

    de plus, ce qui est arrivé à Desjardins et à ses milliers de membres, aurait pu arriver à n'importe quelle institution financière. Ne les laissons pas tomber, il est l'un des fleurons Kébécois (je me fait plaisir en écrivant kébécois à l'ancienne) les plus respectables que nous ayons et qui de plus ne vit pas de nos subventions.

  • Samuel Prévert - Inscrit 16 juillet 2019 07 h 44

    La prison, et que ça saute !

    J'ai toujours reçu un excellent service chez Desjardins.

    L'employé qui nous a vendus mérite de croupir en prison. C'est de la haute trahison. Tout le reste de nos vies, nous serons pris avec ce problème.

  • Paul-Émile Lupien - Abonné 16 juillet 2019 07 h 56

    Coopérer ou compétitionner?

    Les Coopératives opèrent par concensus de ses propriétaires, les Compagnies fonctionnent par des décisions de Conseil d'administration visant les profits pour les quelques investisseurs capitalistes. L'union fait la force, la compétition impose les règles... Une société qui se partage ses connaissances et ses talents, se donne les bons moyens pour progresser, ensemble, pour le mieux vivre de ses citoyen.nes . Non? Bonne journée !