Ne touchez pas aux enfants!

L’émérite sociologue Guy Rocher, du haut de son expérience de 95 ans de vie, vient nous rappeler le plus important au sujet du projet de loi sur la laïcité : les enfants. Je suis surpris que d’autres n’en aient pas parlé davantage, notamment messieurs Taylor et Bouchard (de la commission Bouchard-Taylor).

Enfin, on parle des enfants. La laïcité est la meilleure garantie pour leur liberté de conscience. On interdit aux fonctionnaires et aux professeurs de porter des symboles des partis politiques, alors je ne vois pas pourquoi on ferait une faveur aux religions en permettant le port de leurs symboles.

Alors, qu’on ne touche pas aux enfants, qu’on les laisse tranquilles avec nos idéologies, quelles qu’elles soient !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

10 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 18 mai 2019 08 h 30

    Merci M. Doyon!

    Bravo. Tout est dit. Lâchez les écoles et les enfants avec vos simagrées religieuses pour faire peur aux enfants et qui carburent aux amis imaginaires.

    Vous savez, selon les dogmes islamiques, le prophète Mahomet était un homme parfait qu’on ne peut pas critiquer. Idem pour le coran qui est un livre parfaitement écrit et dont on ne pas enlever ou ajouter un mot sinon ce sera considéré comme un blasphème. Et c’est de cela qu’on veut exemplifier dans la salle de classe avec des zélotes voilées. Oui, quel message de paix et d’amour d’une idéologie politico-religieuse qui subit encore aujourd’hui une guerre civile en son sein, chiites et sunnites obligent. Bravo les champions.

    • Christian Montmarquette - Abonné 18 mai 2019 11 h 58

      "Lâchez les écoles et les enfants avec vos simagrées religieuses" - Cyril Dionne

      Les parents de vos élèves, de même que vos élèves de toutes les confessionnalistés vont sûrement être heureux d'apprendre quel genre de respect vous éprouvez pour leurs convictions religieuses en lisant vos propos haineux, méprisants et publics.

      La laïcité n'est pas l'exclusion ni nla haine des religions.

      C'est au contraire, le respect des convictions et des croyances des autres.

    • Cyril Dionne - Abonné 18 mai 2019 17 h 30

      Cher M. "Christian Montmarquette",

      Les parents que je connais savent très que le religieux relève de la maison et n'a pas sa place à l'école publique. Personne n'embête personne avec leurs convictions et croyances personnelles dans la sphère étatique qu’est la salle de classe. Jamais vu personne porter de signes religieux ostentatoires même si j’ai côtoyé des chrétiens, des musulmans et des juifs à l’école comme enseignant. Nous sommes dans une école publique de toutes les confessions religieuses et pardieu tout le monde comprend que c’est un mur jeffersonien à l’école; la séparation des croyances personnelles et l’État. Pour cela, M. Montmarquette, il faut avoir enseigné pour comprendre, ce que vous n'avez jamais fait de votre vie.

      Il y a seulement ce 10 à 15% des extrémistes surtout sur l’île de Montréal qui veulent imposer leurs croyances aux autres même à l’école. Ils veulent envahir l'agora public qu’est l’école et croyez-moi, ils sont vite remis à leur place par les autres parents. Coudonc, ce 10 à 15% d'extrémistes est le même nombre que vos supporteurs; c'est « ben » pour dire. Et moi, je ne crois jamais dans les coïncidences.

      Pourtant, Guy Rocher, un des pères de la Révolution tranquille, et du haut de ses 95 ans, avait clair sur le sujet classe lors de son passage à la commission plénière sur le projet 21 que les religions n’ont pas d’affaire dans les salles de classe. On imagine que certains ont besoin d’un dessin pour comprendre. La loi 21 suffira…pour l’instant.

    • Christian Montmarquette - Abonné 18 mai 2019 20 h 03

      @Cyril Dionne,

      "Il y a seulement ce 10 à 15% des extrémistes surtout sur l’île de Montréal qui veulent imposer leurs croyances aux autres même à l’école" - CD

      1 ) Qu'est-ce que ça change au manque de respect public que vous affichez constamment pour les parents et les enfants de vos classes issus des familles qui pratiquent une religion? Notamment, en les traitant régulièrement "d'islamos-fascistes"?

      2 ) Traiter ces gens "d'extrémistes", c'est encore les stigmatiser et les ostraciser en leur collant gratuitement une étiquette haineuse et méprisante, alors qu'ils ont tout autant le droit autant que vous à leur position.

      3 ) Le simple fait de porte un signe religieux ne consiste en rien vouloir "imposer" ses croyances, dans un système déjà déconfesionnalisé et où le prosélytisme est déjà interdit.

  • Richard Maltais Desjardins - Abonné 18 mai 2019 08 h 32

    Nos idéologies ?


    Sans prêter d'intentions à l'auteur, le « nous » est un peu rhétorique, ici. Il inclut surtout tous les autres que nous. Tous ceux qui semblent ne partager notre souci du bien être de nos enfants, de ces adversaires de PL21 qui ne font par là pas vraiment parti de ce nous qui n'a rien de rhétorique, celui-là.

  • Christian Montmarquette - Abonné 18 mai 2019 09 h 20

    En contradiction avec la vision de nos propres écoles

    Ce texte est en parfaite contradiction avec la vision de nos propres écoles, puisque nos écoles elles-mêmes considèrent qu'il faut éduquer nos enfants à la différence et à la diversité dans la société, afin d'éviter qu'ils ne développent des peurs et des préjugés, voire même, du racisme envers les autres, dont l'exposition à la différence constitue un élément clé.

    La posture de l'auteur va donc à l'encontre de nos valeurs mêmes d'éducation au pluralisme et à la diversité.

    Christian Montmarquette

  • Réal Boivin - Abonné 18 mai 2019 09 h 40

    Les croyants et les enfants.

    Les croyants et croyantes qui contestent le PL21 sont les intégristes du dogme de leur croyance. Cette catégorie de personne aime dieu.
    Les enfants viennent après.

  • Pierre Desautels - Abonné 18 mai 2019 12 h 20

    Mauvais argument.


    Où étaient ces zélotes d'une laïcité d'apparence pour défendre nos enfants contre l'enseignement de l'Église catholique dans nos écoles publiques jusqu'en 2007? Se servir des enfants est un mauvais argument et un faux prétexte dans ce dossier, alors qu'aucune plainte de parents n'a été répertoriée jusqu'ici à propos du port si "dangereux" du voile...

    • Christian Montmarquette - Abonné 18 mai 2019 16 h 42

      @ Pierre Desautels,

      "Où étaient ces zélotes d'une laïcité d'apparence pour défendre nos enfants.." - Pierre Desautels

      Comme on le voit, il s'agit non seulement d'une laïcité d'apparence, mais d'une indignation d'apparence de la part des nationalistes identitaires qui essaient se donner une légitimité pour taper sur les minorités.