Les produits laitiers rétrogradés

Il ne faudrait pas confondre « la doctrine du lait » et la valeur nutritive des produits laitiers, car ces derniers possèdent des caractéristiques nutritionnelles précises. C’est pourquoi il est difficile d’adhérer à la nouvelle version du Guide alimentaire canadien, qui fait quasi abstraction de ces caractéristiques, les produits laitiers étant rétrogradés sous la bannière des protéines végétales et animales. Certes riches en protéines, les produits laitiers demeurent une source exceptionnelle de calcium. Va-t-on favoriser les boissons végétales transformées et « enrichies de calcium », une tonne de brocoli ou encore quelques suppléments pour retrouver le calcium nécessaire au quotidien ? Cette version se veut-elle un geste de rectitude politique de la part de Santé Canada pour tenter de neutraliser les critiques passées concernant les interventions de l’industrie alimentaire en général ? Elle ne reflète sûrement pas la tendance… puisque les plus récents guides alimentaires du monde industrialisé donnent tous aux produits laitiers un statut particulier, qu’il s’agisse de celui du Japon, du Brésil, des États Unis ou encore de la diète méditerranéenne. Le plus récent rapport « Alimentation Planète Santé » de la commission EAT-Lancet (janvier 2019), visant une alimentation saine issue d’une production durable d’ici 2050, accorde lui aussi une place distincte aux produits laitiers tout en recommandant une transformation majeure de nos habitudes alimentaires, soit de doubler notre consommation de légumes, fruits, noix et légumineuses et de réduire de 50 % la viande rouge et le sucre.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Gilles Bousquet - Abonné 23 janvier 2019 08 h 53

    Le nouveau guide ne bannit pas le lait

    Ce guide recommande de boire du lait comme la consommation des autres bons aliments,, pas à l'excès. Bon conseil s'il en est.

    Faudrait que nos agriculteurs, centrés sur le lait et le boeuf, diversifient leur production en conséquence, ils en ont bien le temps, avant que la consommation du lait et du boeuf réduise pour la peine, suite aux nouvelles découvertes sur notre alimentation de santé et de bien-être, pour agrémenter la vie.

  • François Beaulne - Abonné 23 janvier 2019 13 h 07

    Un guide peu crédible

    Merci de nous rappeler la superficialité et l'utilité limitée de cette nouvelle version du guide alimentaire canadien où transpire le parti pris, l'incohérence et la rectitude politique ambiante. Il n'y a pas si longtemps le coup de crayon du jour du Devoir illustrait l'incongruité de Santé Canada qui, tout en rédigeant son guide alimentaire refusait d'interdire l'utilisation du glysophate en agriculture, produit cancérigène qui se retrouve dans les marques de Monsanto, notamment le Roundup, utilisé massivement par les producteurs céréaliers et en voie d'être interdit en Europe. Que dire également du refus de Santé Canada d'obliger l'étiquetage des produits comestibles contenant des OGM, dont d'une variété de saumon transgénique <cultivé> au Panama par une entreprise de Colombie Britannique et autorisé de vente au Canada.
    Et c'est ce même Santé Canada qui prétend nous dire ce qui est bon de manger! Ce guide n'est d'aucune utilité et je ne m'en inspirerai certainement pas pour savoir comment mieux me nourir.