Choisir son avenir pour soi-même

Au cégep comme à l’université, certains programmes sont en danger. De moins en moins de jeunes choisissent les options artistiques comme choix de carrière. On dit des programmes de littérature, d’arts visuels ou de cinéma qu’ils ne mènent nulle part ou qu’ils sont futiles. On ne se gêne pas pour faire la morale à ceux qui font le choix d’étudier là-dedans : que feront-ils plus tard, comment trouveront-ils du travail, comment subviendront-ils à leurs besoins…

Sans réellement tenter de comprendre ce qui les pousse à intégrer les programmes d’arts à l’école. Il est facile de prendre le chemin sûr et d’aller en sciences, en médecine ou en enseignement. Il est facile de se convaincre qu’il s’agit réellement de nos ambitions, qu’aucune influence n’agit sur nous. Il est possible que la médecine nous passionne depuis toujours : dans ce cas, c’est bien. Mais pour ceux qui hésitent à choisir un métier qui correspond à leurs passions, il est important de les écouter. Le succès ne se résume pas au nombre de diplômes que l’on possède, mais au fait d’accomplir quelque chose qui nous plaît. Que ce soit la musique, le théâtre ou l’écriture, tous les domaines d’études mènent quelque part.

1 commentaire
  • Monique Boucher - Inscrite 4 janvier 2017 12 h 13

    Un monde sans culture?

    Et que serait notre monde, sans théâtre, danse, littérature, musique? Sans la philosophie, la sociologie? Étudier pour consommer ou étudier pour s'épanouir, individuellement et collectivement, là est la question...