Redonner le Jardin botanique aux Montréalais

En rêvant à son jardin botanique, le frère Marie-Victorin avait le souhait de rendre accessibles les beautés de la nature aux citoyens de la ville. Et c’est exactement ce qui est arrivé. Les Montréalais ainsi que les visiteurs du Québec et du monde entier peuvent maintenant profiter d’un véritable joyau d’une beauté apaisante et d’une biodiversité exceptionnelle.

Depuis longtemps, les citoyens montréalais avaient la possibilité de fréquenter gratuitement le Jardin en dehors des heures d’ouverture de la billetterie. Ainsi, les adeptes d’ornithologie, d’horticulture, de jogging, de beauté ou de calme pouvaient profiter quotidiennement du legs du frère Marie-Victorin. Malheureusement, ce n’est plus le cas.

En 2013, pour la tenue des Mosaïcultures internationales, il avait été convenu avec la population que l’accès gratuit tôt le matin et après 18 heures leur serait retiré pour une année seulement. Or, cette promesse fut brisée. L’accès est maintenant interdit tous les soirs après 18 heures et il faut se procurer une carte spéciale pour y avoir accès avant 9 heures. On invoque le vandalisme et les méfaits ; ces actes, pourtant, sont commis généralement à la nuit tombée, heure à laquelle les citoyens sont invités à quitter le jardin.

Ici, deux visions s’affrontent. Celle de l’administration Coderre qui assimile le Jardin botanique à un musée et celle du frère Marie-Victorin qui l’a imaginé comme un parc accessible au plus grand nombre. En milieu urbain, il est du devoir de l’administration publique de donner le plus possible accès aux milieux naturels collectifs. C’est l’essence du compromis : les citadins vivent dans de plus petites propriétés, mais ont accès à des parcs et à des infrastructures de qualité.

Le Jardin botanique est le mont Royal de l’est de Montréal. C’est un endroit que beaucoup d’aînés affectionnent particulièrement. Il est plus que temps de retrouver la situation équilibrée qui prévalait avant 2013 et de redonner l’accès gratuit aux Montréalaises et aux Montréalais en dehors des heures d’ouverture de la billetterie afin que le grand rêve de Marie-Victorin se poursuive.

Érika Duchesne, conseillère de la Ville, district du Vieux-Rosemont, Projet Montréal
Guillaume Lavoie, conseiller de la Ville, district de Marie-Victorin, Projet Montréal
Éric Alan Caldwell, conseiller de la Ville, district de Hochelaga, Projet Montréal
Les 500 membres et 3000 usagers du Carrefour Montrose, groupe d’entraide bénévole pour les aînés
Les membres du club de course, Les Pélicans de Rosemont
Lise Levasseur, citoyenne
Carole Richard, citoyenne
Nicole Croteau, citoyenne
François Thérien, citoyen
Nicole Martin, citoyenne
Véronique Lafleur, citoyenne
Vincent Plourde, citoyen
Danielle Piazzoli, citoyenne
Josée Lamarche, citoyenne
Joanne Gareau, citoyenne

2 commentaires
  • Tim Yeatman - Abonné 27 avril 2015 08 h 16

    Pas seulement aux Montréalais!

    Je suis sûre que l'intention du frère Marie-Victorin était de faire aimer la flore par toute la population du Québec et au-delà. J'habite la CMM dans sa partie la plus éloignée, et quand c'était gratuit, je visitais le Jardin au moins une fois par année. Quand le stationnement est devenu payant, j'y allais moins souvent. Depuis qu'il y a un prix d'entrée, j'y vais rarement. C'est bien dommage!

    Johanne Dion
    Richelieu, Qc

  • Francois Cossette - Inscrit 27 avril 2015 14 h 30

    Pourquoi pas

    Devenez 'Ami du Jardin Botanique', pour une petite contribution, moins de 1 cafe par semaine pour la famille, vous aurez acces gratuitement a toutes les activites du jardin botanique et cela en tout temps.