Le catalan, grande langue de culture

Je voudrais réagir à la lettre envoyée par Jean-Claude Monneret, «La pertinence des académiciens» (2 juillet 2008), lettre dans laquelle l'auteur dit du catalan qu'il ne s'agit pas «d'une grande langue de culture», mais «d'un dialecte appauvri».

Le catalan est parlé par environ 10 millions de catalanophones, plus que le danois et que bien d'autres langues nationales européennes. Langue publique, langue d'administration dans trois collectivités autonomes d'Espagne (la Catalogne, Valence et les îles Baléares), seule langue officielle de la principauté d'Andorre, le catalan est non seulement langue d'enseignement dans les universités catalanes, mais il est également enseigné dans 160 universités à travers le monde, dont l'Université de Montréal, où il existe un programme d'études catalanes depuis l'automne 2007.

Loin d'être un dialecte appauvri, le catalan est porteur d'une culture millénaire qui, au XXIe siècle, s'affiche même au monde avec le seul domaine culturel dans Internet — .cat —, domaine réservé à la langue et la culture catalanes (ex.: www.google.cat ou www.barcelona.cat).

Quand on pense à Antoni Gaudí, dont les oeuvres complètes sont classées patrimoine mondial par l'UNESCO, ou encore à Salvador Dalí, pour nommer les plus connus, mais aussi à ses 800 ans de littérature avec Ramon Llull, Joanot Martorell, Mercè Rodoreda et tant d'autres, il est facile de comprendre pourquoi cette culture fut l'invitée d'honneur de la prestigieuse Foire du livre de Frankfort en 2007.

Voilà entre autres pourquoi, loin d'être un «dialecte appauvri», le catalan est bel et bien une «grande langue de culture».

Èric Viladrich i Castellanas

Professeur responsable des Études catalanes à l'Université de Montréal et vice-président du

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.