Voile: Françoise David a raison

Je travaille depuis plus de 20 ans dans le quartier Saint-Michel de Montréal avec les communautés issues de l'immigration.

Je côtoie quotidiennement des femmes québécoises d'origine haïtienne et, de plus en plus, des femmes musulmanes dont plusieurs portent le voile. Ce voile est-il un symbole et un outil d'infériorisation des femmes? Oui, très souvent.

Pourtant je n'ai jamais vu de soumission dans le regard des femmes portant le voile, je vois des femmes qui luttent pour leurs droits et de qui je me sens solidaire. Le port du voile devrait-il empêcher des femmes éduquées, des professionnelles, d'échapper à la pauvreté en travaillant dans le secteur public? Ma réponse, à l'instar de Mme Françoise David, est non.

On le sait, l'intégration des nouveaux arrivants passe surtout par l'emploi. Et on voudrait priver des femmes d'emplois valorisants et rémunérateurs? Je crois que la culture québécoise peut s'accommoder de la présence de quelques dizaines de femmes portant un voile dans ses institutions publiques.

Mon expérience dans mon travail me démontre tous les jours que la rencontre de l'autre est le meilleur moyen d'échanger et de partager des points de vue. Je crois aussi que, bien franchement, nous avons des problèmes bien plus urgents à régler, dont celui du taux de chômage effarant des jeunes Noirs de Montréal et des personnes provenant du Maghreb.
1 commentaire
  • Yann Menard - Inscrit 21 janvier 2010 00 h 59

    Françoise David manque la forêt à cause de l'arbre.

    En France, le voile fut interdit des écoles, et les jeunes filles musulmanes y vont tout de même.

    Qu’on se le dise une fois pour toute : si on interdit le voile dans le cadre de certaines fonctions officielles, les femmes musulmanes ne resteront pas à la maison pour autant. Si elles et leurs familles ont besoin du revenu, elles retireront le voile au travail. C'est tout.

    Et à ce moment, s'il s'avère qu'une d'entre elles le porte normalement parce qu'elle s'y croit obligée, elle aura une excuse pour l'enlever.
    Si au contraire elle le fait par conviction, elle pourra peut-être voir que de se présenter à tête découverte favorise les relations d'égal à égal, au lieu de s'afficher sans cesse comme membre d'une communauté exclusive.