Il faut mettre fin aux subventions au secteur des énergies fossiles

«Pour relancer l’économie, adoptons des mesures qui permettront de répondre aux besoins humains dans le respect des limites des écosystèmes», écrivent les signataires.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir «Pour relancer l’économie, adoptons des mesures qui permettront de répondre aux besoins humains dans le respect des limites des écosystèmes», écrivent les signataires.

Lettre adressée au premier ministre Justin Trudeau.

Cette semaine marquait le premier anniversaire de votre réélection. Voilà donc cinq ans que vous êtes au pouvoir, quatre à la tête d’un gouvernement majoritaire.

En cinq ans, qu’avez-vous fait pour protéger l’avenir de nos enfants ?

Vous nous répondrez que vous avez mis un prix sur le carbone, investi dans le transport en commun et certaines infrastructures vertes, revu des processus d’évaluation environnementale, donné plus de place aux scientifiques, mis sous protection de nouveaux territoires, planté une partie des arbres promis, interdit certains plastiques à usage unique et misé sur une économie verte.

Pour tout cela, nous vous sommes reconnaissantes. Mais c’est nettement insuffisant pour protéger la vie sur Terre telle qu’on la connaît. Il faut des gestes forts, beaucoup plus forts.

Le premier devoir d’un gouvernement est de protéger la santé et la sécurité de sa population contre une menace dont il connaît la gravité. C’est le cas des changements climatiques. Vous savez que ce sont nos enfants qui seront les plus durement touchés.

Sortons des énergies fossiles

Vous connaissez les chiffres. Vous savez que le Canada ne pourra jamais atteindre ses cibles de réduction de gaz à effet de serre (GES) sans commencer immédiatement à sortir des énergies fossiles. C’est mathématiquement impossible.

Nous vous demandons de mettre un terme à toutes subventions au secteur des énergies fossiles. Cela comprend un abandon immédiat du projet de réfection de TransMountain, estimé à plus de 12,6 milliards de dollars. Une fois construit, ce pipeline devra être rentabilisé durant des décennies. Voilà qui va à l’encontre du gros bon sens climatique.

Les investisseurs privés l’ont compris en sortant de plus en plus des sables bitumineux. Comment pouvez-vous justifier que de l’argent public serve à financer la destruction de notre monde ?

Nous vous demandons d’utiliser les 12,6 milliards de dollars de fonds publics consacrés à TransMountain pour soutenir directement les travailleurs et les travailleuses du secteur des énergies fossiles et leurs communautés. 12,6 milliards divisés par le nombre de personnes touchées, c’est suffisamment d’argent pour les accompagner directement dans une transition juste et verte. Pas un sou ne devrait aller à des entreprises qui détruisent les bases de la vie sur Terre. Ni à celles qui dissimulent leurs profits dans des paradis fiscaux. Il faut aider les gens et les communautés directement.

Pour relancer l’économie, adoptons des mesures qui permettront de répondre aux besoins humains dans le respect des limites des écosystèmes. Donnons-nous les moyens de réduire la taille de notre empreinte écologique et de créer de la richesse sociale. Finançons le réaménagement de nos milieux de vie, l’agriculture biologique régénératrice locale, la réduction du gaspillage (notamment alimentaire), l’économie circulaire, l’efficacité énergétique, le transport collectif, la rénovation et la construction écologiques, la production d’énergies renouvelables, l’économie sociale, et 101 autres idées pour une relance juste et verte.

Les plus grandes richesses naturelles du Canada ne sont pas son pétrole, son gaz et son charbon, mais ses citoyens et citoyennes dans un environnement sain. Nous avons des compétences et des connaissances extraordinaires et surtout une capacité à innover et à coopérer solidairement comme peu de pays dans le monde. Elles sont là, nos forces. Mettons-les au service du bien commun. Utilisons-les pour protéger l’avenir des enfants sur Terre.

Pendant que le climat est encore vivable sur notre petite planète bleue, pendant que la vie foisonne en nous et autour de nous, nous attendons de vous le courage d’imposer ce qui doit l’être.

Il faut que la vie gagne.

*Signataires :

Geneviève Chagnon, mère de Margot ; Eve Landry, pour Frédérique et Louis ; Mélissa Mollen-Dupuis, mère de Thalia et Elias ; Anaïs Barbeau-Lavalette, mère de Manoé, Ulysse et Mishka ; Véronique Côté, mère de Lucile ; Marika Ivert, mère d’Artur et Andreas ; Hélène Dufresne, mère de Tara et Flore ; Marie-Eve Leclerc, marraine d’Élodie et Marguerite ; Laure Waridel pour Colin, Alphée, Justine, Félix, Gabriel, Theodora et tous les enfants du monde ; Danielle Dansereau, mère de Thomas et Noémi, grand-mère de Léonie, Théodore, Bettina et Anaïs ; Marie Bilodeau, mère de Louka et Noé ; Geneviève Poirier, mère de Marissa, Flavie et Sorane ; Ananda Fitzsimmons, grand-mère d’Emanuel, Kiara et Léandre ; Denise Bélanger pour Jasmine et Nicholas ; Manon Dubois Crôteau, mère de Rose ; Lise Baroni Dansereau, belle-maman de Sophie, Marie, Danielle, Jean, Jérôme, Sylvain, Patrice, Paul, Pierrot et grand-maman de 21 petits-enfants ; Sophie Dansereau, mère de Barbara, Florence, Olivia, Delphine et Arthur et grand-mère d’Adrien ; Guylaine Bombardier, mère de Jean Victor ; Greg Keith, père d’Amy et grand-père de Léopold et Basile ; Josée Beaudet, mère de Brigitte et Anne, grand-mère d’Alexandre, Clara, Naomie et Téo ; Sylvie Cantin pour Éliane et Jérémie ; Jena Webb MAF pour Joakim, Mikaël et Emerik ; Mireille Elchacar, mère d’Albert et d’Alexandra ; Evelyne Barriault, mère de Flavie et Mia ; Jennifer Smith, mère de Ash et Aria ; Alexandra Haedrich, mère d’Émilie ; Emilie OBrien et Billy Mavreas, mère et père de Leon, et tante et pour Audrey, Sage, Victoria, Evan, Julien, Friend, Henry et Leonidas ; Kathryn DeKoven, mère de Penelope et Jasper ; Robyn Fadden, mère de Alden ; Leah Temper, mère de Sapphira et Zia ; Philippa Duchastel de Montrouge, mère de Nioca ; Kelly Martin, mère d’Olivia et Gabriel ; Francisco Ruge, père de Gabriel et Oliva ; Shona Watt, mère de Celeste ; Alayne Moody, mère de Leo et Audrey ; Natalie Caine, mère de Yuri ; Dannielle Dyson, mère de Taj et Deszmo ; Heidi Rood, mère de Jonah Ostrowski ; Louise Condrain, mère d’Aurélie, Anissia, Marjolaine, Zoé, Mathilde, Flavie, Domitille, Pėnélope et grand-mère de Alix, Loïc, Émile, Élisabeth, Gabriel et Esmée ; Carole Mainville mère de Guillaume et grand-mère de Clarence ; Stéphanie de Bollivier, mère de Céliane et Damien ; Cécile Roy, tante de 8 neveux et nièces, grande-tante de 9 ; Christine Fournier, mère de Manolo et Louanelle ; Sophie Morin, mère de Brian, Marianne, Félix et Sarah ; Diane J Gagné, mère de Camille et Simone ; Céline Poissant, mère d’Emmanuel, Ludovic et Camille et grand-mère d’un petit humain qui arrivera au printemps ; Susan Scott-Evans, mère de Katharine, Charlotte et Thomas, grand-mère de Rosie, Finn, Audrey, Félix, William, Alexander et Silas ; Lise Dubé, mère de Camélia, Guillaume et Claudelle et grand-maman de Cali ; Christiane Côté, mère d’Amélie ; Emmanuelle Larocque, mère de Estéban et Dalianne ; Béatrice Loubier, mère d’Adèle ; Sylvie Gagné mère de Colin, Marion et grand-mère de Marilou ; Sophie Edelman, mère de Joseph et Pema ; Marie-Claude Lord, mère de Jacob et Jean-Lou ; Carole Blondeau, mère de Guillaume, Catherine, Marianne et grand-mère de Anabelle et Etienne ; Monique Dupras pour tous les enfants du monde ; Lynda Youde pour France, Olivier, Livia et Alicia ; Claudy Harvey, mère de Gabrièle et Nathanielle, mata de Constance ; Caroline Voyer mère de Samuel, Camille et Alexis ; Anne-Marie Chapleau pour Guillaume, Nicolas, Rachel et Frédéric, Daphné, Lily, Agathe, Charlie, Annabelle, Emma, Antoine, Alice, Artémis ; Johanne Saucier, mère de Marie Ève, Angélique et pour Évan et Kael ; Rosemary Gagné, mère de Zéphyr belle-mère d’Alpha, Jada et Ismael et pour Moïra, Braham, Egon et Cezanne ; Julie-Eve Proulx pour mes enfants Malik, Raphaëlle et Guillaume ; Marie Claude Goudreault, mère de Zaya et Matéo et pour Charles ; Caroline Le Blanc, mère de William, Rose et Mathis ; Maria Pastor, mère de Thomas et Aitana ; Brenda Plant, mère d’Aiden et Gregory.

7 commentaires
  • Claude Saint-Jarre - Abonné 22 octobre 2020 09 h 01

    Merci

    Merci à ces mères, en tant que père!

  • Daniel Grant - Abonné 22 octobre 2020 09 h 05

    Oui mesdames vous avez raison, M. Trudeau, augmentez la compétitivité dans le domaine de l’énergie,

    soit que vous donniez autant de subventions aux énergies renouvelables (ER)

    ou que vous abaissiez les subventions grotesques à l’industrie du fossile au même niveau que les miettes données aux ER pour qu’il y ait un équilibre de force.

    Si les forces étaient équilibrées ça ferait longtemps que nous serions sorti des griffes du fossile et que tout serait électrifié.

    Comment peut-on justifier de maintenir l’aide à l’industrie du fossile qui ne peut rien faire sans
    subventions à coup de milliards par année et qui ne pense qu’à faire des trous partout sur la planète sans savoir comment réparer leurs dégâts sur la santé publique et l’environnement? Ça fait depuis 2004 que la plateforme Taylor fuit dans le golfe du Mexique et on devrait trouver ça normal? Ça fait plus d’un siècle qu’elle nous pourrit l’air qu’on respire et ne fait qu’empirer les GES.

    Je comprend ceux qui ne veulent pas perdre leurs dividendes du fossile mais ce n’est qu’une question de volonté politique pour changer le centre de gravité de l’économie.
    Elle tourne autour du baril de pétrole maintenant mais il ne s’agit que de créer un système qui donne autant de dividendes mais avec les énergies propres qui a le kWh comme centre de gravité ou tout le monde y gagnerait ne serait-ce que par la santé.

  • Claire Moran - Abonnée 22 octobre 2020 10 h 22

    En avant toutes!

    Mon appui est inconditionnel et vous me faites continuer à avoir confiance dans le pouvoir de la vraie démocratie, celles des ciotyennes et citoyens. Merci. En avant toutes!

  • Nadia Alexan - Abonnée 22 octobre 2020 11 h 19

    Les belles paroles ne suffisent pas, monsieur Trudeau.

    L'industrie pétrolière est en train de mourir comme celui du charbon. Même les investisseurs se retirent de cette industrie meurtrière. Le fonds souverain de la Norvège, le plus important du monde avec près de 1500 milliards de dollars d’actifs, a placé sur sa liste noire 12 nouveaux groupes, dont 4 géants pétroliers canadiens.
    Le géant français Total se retire de l'Association canadienne des producteurs pétroliers.
    Wall Street décroche avec le pétrole. L'heure est grave. C'est écrit sur les murs, mais le gouvernement préfère ne pas voir la réalité. Il faut arrêter de subventionner une industrie mourante et dévastatrice pour la planète.

  • Gilles Théberge - Abonné 22 octobre 2020 11 h 20

    La meileure façon de réagir à Trudeau, c'est de ne pas le réélire à la prochaine occasion. Car nous savons à quel point il est d'une arrogance incroyable. Le scandale de WE en est une illustration. Et encore, on ne sait pas tout...

    Ça c'est un geste concret qui aura portée au-delà des mots..

    • Nadia Alexan - Abonnée 22 octobre 2020 19 h 57

      Les conservateurs sont pires encore, monsieur Théberge. I vont tout faire pour élargir l'industrie pétrolière. Ils s'en fichent ouvertement de l'environnement et de changements climatiques. Ils vont subventionner les pétrolières davantage.