Au secours du Château Laurier

Le Château Laurier a été construit entre 1902 et 1912.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Le Château Laurier a été construit entre 1902 et 1912.

La chronique « Bisbille autour du Château Laurier » de Konrad Yakabuski, parue dans Le Devoir du samedi 4 janvier 2020, s’avère ambiguë. D’un côté, le chroniqueur observe que l’environnement bâti autour de la colline du Parlement canadien ne met pas du tout en valeur cet édifice. D’un autre côté, aimant l’architecture moderne, il considère que la controverse suscitée par l’agrandissement du Château Laurier est contrefaite, mais espère tout de même qu’elle « va réussir à éveiller l’intérêt pour la chose architecturale dans la capitale canadienne ». Reste à savoir comment il faut s’y prendre.

En architecture, le style des châteaux, dont témoigne bien ce Château Laurier, a marqué d’une façon notable l’architecture canadienne dans les années 1880 à 1930, étant notamment employé par des compagnies ferroviaires. On n’a qu’à penser au Château Frontenac à Québec et à la gare-hôtel Viger à Montréal. C’est un style qui marque l’environnement tout en attirant l’attention : il suscite chez les voyageurs le goût de loger dans de pareils hôtels.

L’agrandissement proposé pour le Château Laurier, dont la maquette a reçu plusieurs surnoms négatifs, dont celui de « gros radiateur », est de style dit « moderne » ou « international », lequel a marqué la planète à partir des années 1930. Il s’agit d’un style qui ne cherche pas à satisfaire des besoins de façon créative, mais à s’imposer au nom d’un principe de base, à savoir que la forme architecturale doit suivre la fonction.

Par conséquent, cet agrandissement à l’image d’un « gros radiateur » proposé pour le Château Laurier pourrait être érigé tel quel dans n’importe quel autre environnement et dans n’importe quel autre pays. À part quelques améliorations au site de cet hôtel du Château Laurier, dont notamment l’accès au parc Major adjacent, en quoi un tel agrandissement va-t-il mettre davantage en valeur l’édifice du Parlement canadien ?

Aujourd’hui, avec la mondialisation, les sociétés cherchent à revenir à une architecture moins liée à la production de masse et plus sensible à l’histoire, à la culture et mieux intégrée à l’environnement bâti existant. Dans ce sens, le sénateur Serge Joyal a parfaitement raison de chercher à doter la Commission de la capitale nationale de moyens d’intervenir dans de pareilles situations.

Concours

En parallèle, un moyen efficace de trouver des solutions souhaitables dans des cas semblables consiste à recourir à des concours d’architecture. Ces concours présentent plusieurs avantages. Ils permettent aux demandeurs d’avoir accès pour un projet à plusieurs solutions différentes sans avoir à payer des coûts exorbitants.

Quant aux architectes, ces concours les amènent à explorer divers champs d’intervention et de création, ce qui contribue à développer leurs intérêts et leurs compétences. Ainsi, avec une approche réfléchie, cet agrandissement du Château Laurier pourrait offrir une occasion de répondre au mieux à plusieurs et différentes attentes, et cela, au bénéfice de tous.


 
2 commentaires
  • Lise Falardeau - Abonnée 9 janvier 2020 16 h 50

    Château Laurier édifice Patrimonial ?

    J'ai toujours cru que le Château Laurier était un édifice patrimonial et que les édifices patrimoniaux devaient être préservés intacts. Évidemment, je suis d'accord qu'il faille entretenir, réparer et rafraîchir ces édifices pour les conserver en bon état. Chers abonnés, pouvez-vous m'expliquer si c'est légal de changer l'apparence extérieur de ce merveilleux édifice ?

  • Jean-Charles Morin - Abonné 10 janvier 2020 21 h 25

    Le point de vue du sage.

    Monsieur Marsan a raison: le "style international" qui ignore superbement le type d'environnement dans lequel il s'insère, est tout à fait inapproprié dans ce cas précis. Un concours d'architecture soumis au voeu de la population inciterait à coup sûr les architectes à être plus respectueux de l'environnement bâti.

    En Europe, plusieurs firmes d'architectes réputés se spécialisent dans l'insertion de nouveaux bâtiments d'inspiration ancienne dans un tissu urbain historique, Dans le cas qui nous occupe c'est ce genre d'expertise qui devrait être recherché.