Le Canada doit revoir sa stratégie avec la Chine

«Nous devrions commencer immédiatement à réévaluer notre stratégie d’engagement avec la Chine, en reconnaissant qu’elle est devenue un pays plus autoritaire», affirme l'auteur.
Photo: Fred Dufour Agence France-Presse «Nous devrions commencer immédiatement à réévaluer notre stratégie d’engagement avec la Chine, en reconnaissant qu’elle est devenue un pays plus autoritaire», affirme l'auteur.

Je me lève tous les matins en pensant au cauchemar que vit Michael Kovrig, un grand collègue avec qui j’ai eu le plaisir de travailler à l’ambassade du Canada à Pékin, et j’espère qu’un miracle surviendra pour que lui et Michael Spavor soient libérés. En ce triste anniversaire de leur première année de détention, la stratégie poursuivie par Ottawa a eu des résultats mitigés : ils n’ont pas été libérés sous caution, ni n’ont encore vu un avocat.

Puisque la Chine nous a avertis que les choses ne reviendront à la normale que lorsque Meng Wanzhou retournera en Chine, la situation semble sans issue, car ses avocats s’emploieront à retarder son extradition. Nos fermiers ont perdu des milliards de dollars en ventes de canola (les exportations ont baissé de 50 %), de soya, de pois et de viande ; dans ce cas, la Chine a été forcée de reprendre l’importation de porc canadien à cause de l’épidémie de peste porcine africaine. Puisque les États-Unis nous ont mis dans ce pétrin en demandant de l’arrêter, ils doivent nous aider davantage à résoudre la crise. Mais peut-on se fier à Donald Trump sachant son opinion sur notre premier ministre ? Le message devrait être que nous serons moins avenants la prochaine fois qu’ils nous demanderont un service.

Est-il possible d’avoir des relations normales avec la Chine ? Comme Nicholas Kristof l’écrivait dans le New York Times du 30 novembre, il est plus difficile de rester ambivalent sur la Chine après les révélations sur sa campagne dans la province du Xinjiang qui frôle le génocide culturel et le non-respect de l’accord un-pays-deux-systèmes à Hong Kong. En supposant que nos compatriotes soient relâchés l’an prochain, je ne crois pas qu’il serait possible de reprendre les relations là où elles étaient avant la crise. Cependant, nous devons penser où nous voulons être dans cinq ou dix ans, sachant que la Chine doit aider à régler les problèmes mondiaux comme les changements climatiques, la prolifération nucléaire ou les pandémies.

La crise actuelle avec la Chine montre les défis de gérer les relations avec une superpuissance qui ignore les règles internationales quand ça ne fait pas son affaire. Même si le Canada n’est pas le premier pays à subir ses foudres et ses tactiques d’intimidation, c’est la première fois qu’un pays a obtenu l’appui de ses alliés. Je crois que cela a pris la Chine de court, car cela a entaché son image à l’étranger. Notre message devrait être que nous réévaluons la relation et que tous les échanges officiels sont suspendus jusqu’à la libération de Michael Kovrig et Michael Spavor. Après, nous voudrons renouer les liens, mais sur la base de la réciprocité et du respect mutuel.

Nous devrions commencer immédiatement à réévaluer notre stratégie d’engagement avec la Chine, en reconnaissant qu’elle est devenue un pays plus autoritaire et un compétiteur stratégique depuis que Xi Jinping est devenu secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) en novembre 2012. Bien sûr, notre capacité à influencer la Chine est très limitée ; notre but est simplement de nous assurer que les droits de la personne fondamentaux soient mieux protégés et que la Chine cesse de se comporter comme un enfant gâté.

Il ne faut pas renoncer à nos valeurs. Nous devrions réagir rapidement et fermement à toute ingérence dans les affaires canadiennes, y compris parmi les Canadiens d’origine chinoise, à tout cas d’espionnage ou de tentative pour limiter les débats sur nos campus. Le gouvernement devrait étudier les mesures prises par l’Australie pour contrer l’ingérence chinoise. Je suggérerais également qu’une revue soit faite de la collaboration dans le domaine de la haute technologie, y compris l’intelligence artificielle, pour prévenir l’utilisation de notre expertise dans les programmes de contrôle en Chine ou pour limiter la liberté d’expression.

Le message à la Chine devrait être que nous sommes d’accord pour qu’elle joue un plus grand rôle sur la scène internationale et qu’elle se joigne à l’APTGP (Accord de partenariat transpacifique global et progressiste), pourvu qu’elle cesse ses tactiques d’intimidation envers d’autres pays et qu’elle devienne un meilleur citoyen mondial. […] Il est temps, à mon avis, d’appliquer la réciprocité, c’est-à-dire de permettre aux compagnies chinoises d’investir au Canada si une compagnie canadienne peut faire la même chose en Chine.

Un jour, Michael Kovrig et Michael Spavor seront libres. Espérons qu’ils pourront retrouver une vie normale le plus tôt possible.

1 commentaire
  • Tristan Roy - Abonné 10 décembre 2019 09 h 59

    Demande politique

    La demande d'extradition des États-Unis était clairement politique, afin de faire pression sur la Chine dans la guerre commerciale que se livrent les deux pays. Donc cette demande contrevient au traité d'extradition Canada-USA. Elle n'a pas été rejettée par Ottawa pour des raisons similaires; la peur de voir l'accord de libre échange Canada-US-Mexique être déchirée.

    Aussitôt que le Congrès américain a ratifié le traité de libre échange , Mme "Huawei" devrait être renvoyée chez elle.