Le malaise d’un médecin

«J’avais compris que le système de santé était malade et que nous y mettions trop d’argent au détriment d’autres secteurs», écrit l'auteur.
Photo: iStock «J’avais compris que le système de santé était malade et que nous y mettions trop d’argent au détriment d’autres secteurs», écrit l'auteur.

Dernièrement, je me suis surpris, en taxi, au restaurant, à ne plus oser dire que je suis médecin. Quand on m’a posé la question, je me suis entendu répondre que je travaillais dans le milieu de la santé. Pourtant, quand je suis devenu médecin, j’étais fier d’avoir rejoint ce groupe de professionnels. Je savais que nous bénéficions d’un statut à part, un statut mérité par les longues années d’études que je venais de finir, mais aussi par ce que j’apportais à la société comme médecin.

J’ai bien vu, pendant les 15 dernières années, plusieurs fois des situations dont j’étais moins fier. Je fermais les yeux. C’étaient les autres, je ne disais rien. Je savais que, pour les patients dont je m’occupais, je pouvais avoir un impact positif.

En 2013, j’ai décidé de m’engager avec l’AMQ. J’avais compris que le système de santé était malade et que nous y mettions trop d’argent au détriment d’autres secteurs, comme l’éducation, les infrastructures, l’économie et l’environnement. Il fallait revoir l’organisation du système, ou nous allions foncer dans le mur. Je suis devenu un leader pour faire avancer l’idée du professionnalisme, de la pertinence des soins de santé, de la collaboration interprofessionnelle et de la responsabilité des médecins d’être au coeur de la réorganisation.

Nous, médecins, ne nous investissons pas assez. Si nous nous décidions enfin à intervenir, tout pourrait changer.

Pendant toutes ces années, j’ai cru que nous avions les mains liées, pris dans un système complexe où les modes de rémunération, les négociations constantes autour d’incendies à éteindre et la politisation de la santé nous empêchaient de répondre au manque d’accès.

Nous, médecins, avions en main les atouts qui faisaient de nous les maîtres du jeu. Et pourtant, nous n’avons rien fait. Je fais partie de la majorité trop silencieuse. Je n’ai rien dit et j’ai laissé d’autres choisir pour moi, pour nous.

Alors que nous, médecins, avions les leviers qui auraient pu transformer notre système de santé. Nous avions tout ce qu’il faut pour forcer le gouvernement à aller de l’avant dans la bonne direction. Mais nous n’avons rien fait, préférant conserver ces atouts pour garantir nos conditions futures.

Si je n’ai pas accès à une salle d’opération, s’il n’y a pas assez de plateaux techniques, si je n’ai pas les outils informatiques pour avoir accès aux données ou aux images de mes patients, j’en suis un peu responsable.

Aujourd’hui, on aura beau me dire que j’ai fait économiser aux Québécois le prix d’une voiture qu’ils n’avaient jamais eu l’intention d’acheter de toute façon, je ne peux m’empêcher de me sentir mal à l’aise.

Demain, si l’enseignante de ma fille me parle du manque de services pour les élèves en difficulté de la classe, je ne pourrai m’empêcher de me dire que j’ai ma part de responsabilité.

Demain, si un inconnu me demande ce que je fais dans la vie, je serai incapable de lui répondre, plein de fierté, que je suis médecin.

Et surtout, même si demain je sais que je continuerai à avoir un impact positif pour mon patient, je sais aussi que je n’aurai pas tout fait pour lui !

À voir en vidéo