Les vire-capots - Que les transfuges paient leurs élections

Nous venons d'assister, avec le passage du député François Rebello du Parti québécois (PQ) à la Coalition avenir Québec (CAQ), à la répétition d'un geste antidémocratique.

Certaines personnes, comme le chroniqueur Vincent Marissal de La Presse, ont formulé l'opinion voulant qu'il s'agissait là d'un geste relevant de la «liberté d'expression» des députés, même s'ils ont été élus sous la bannière d'un parti différent de celui qu'ils représenteront à la suite de leur passage à un autre parti.

D'autres ont émis l'avis que, une fois élu, un député se doit de représenter TOUS les électeurs de sa circonscription électorale et non pas seulement ceux qui ont voté pour lui. De ce fait, il serait secondaire qu'il abandonne le parti sous la bannière duquel il a été élu et qu'il passe à un autre parti, pourvu qu'il continue de bien défendre les intérêts de l'ensemble des électeurs de sa circonscription.

Enfin, d'autres ont prétendu, en faisant référence aux députés qui ont quitté le caucus du Parti québécois avant François Rebello, que ceux-ci pouvaient continuer de siéger comme députés indépendants sans devoir se présenter devant leurs électeurs pour obtenir un tel mandat.

Défendre une plateforme

Aucun de ces arguments ne me paraît acceptable du point de vue démocratique, tant que la représentation des citoyens par un député sera celle qui nous régit. Les citoyens votent pour un candidat qui représente un parti ou qui, comme c'était le cas du député André Arthur de la région de Québec au Parlement fédéral, se présente clairement comme indépendant de tout parti officiel.

Que certains prétendent qu'ils votent «pour l'homme» plutôt que pour le parti ne change rien à l'affaire. Si un candidat s'est présenté comme indépendant, il devra alors rester indépendant une fois élu, et s'il se présente sous la bannière d'un parti, il devra défendre la plateforme électorale et les politiques de son parti.

Élu pour le parti

Pour sa part, sous prétexte de «transparence», François Rebello en rajoute. Lors de sa conférence de presse, il a affirmé vouloir faire non seulement connaître sa nouvelle allégeance à ses électeurs aussi longtemps que possible avant la prochaine élection, mais aussi pouvoir travailler activement à l'élaboration de la plateforme électorale de la CAQ.

Peu importe de quel parti François Rebello vient, une telle décision est inacceptable. Il n'a pas été élu uniquement parce qu'il est François Rebello. Il a été élu parce qu'il est porteur de valeurs et d'objectifs véhiculés par un parti politique. Il en est de même pour tous les autres démissionnaires du PQ, de l'ADQ et même du député Tony Tomassi, qui a été exclu du caucus libéral.

Si un député ne se reconnaît plus dans son parti ou si son parti ne le juge plus digne de le représenter, qu'il déclenche des élections sans délai, et à ses frais, pour avoir de nouveau le verdict de ses électeurs. Ou alors qu'il démissionne purement et simplement pour passer à autre chose.

***

Daniel Faucher - Eastman
 
5 commentaires
  • Marcel Bernier - Inscrit 19 janvier 2012 03 h 26

    Vivre sous de fausses représentations...

    Il y a quelque chose de pourri dans le royaume du Québec! Ou pour parodier la poétesse sino-américaine : Your life is a lie!

  • Yvan Dutil - Inscrit 19 janvier 2012 07 h 44

    Jérémiades!

    On appui le vote libre au nom de la démocratie, mais on braille quand un député décide de changer de parti. C'est des jérémiades pas plus.

  • Loraine King - Inscrite 19 janvier 2012 13 h 23

    L'histoire sourit aux vire-capots

    Je lisais ailleurs que des 34 vire-capots au parlement canadien depuis 1867 qui se sont portés candidats à une élection ultérieure, 22 ont été réélus, donc un taux de réussite de 65 %.

    Les citoyens en général sont beaucoup moins revanchards que les passionés des partis politiques.

  • D.Lafrenière - Inscrit 20 janvier 2012 07 h 31

    Individu

    Nous votons avant tout pour des individus qui nous représentent. Peut importe dans quel parti ils sont, ils doivent avant tout travailler pour le bien-être de leur circonscription. Et un député a le droit de ne pas être d'accord avec son parti et appuyer les idées d'un autre.

  • D.Lafrenière - Inscrit 20 janvier 2012 07 h 31

    Individu

    Nous votons avant tout pour des individus qui nous représentent. Peut importe dans quel parti ils sont, ils doivent avant tout travailler pour le bien-être de leur circonscription. Et un député a le droit de ne pas être d'accord avec son parti et appuyer les idées d'un autre.