Lettres: Une législation d'un autre temps

La décision prise à l'encontre de Robert Latimer témoigne d'un profond écart entre le bon sens de la société canadienne et la législation d'un autre temps, encore tellement empreinte de religiosité, de haine et de châtiment.

Robert Latimer ne représente aucun danger pour la société, sauf celui de remettre sur la table un problème dont les politiques ne veulent pas entendre parler. Si la Commission nationale des libérations conditionnelles le garde en prison, c'est par pur souci de punir et d'humilier, méthodes préférées des églises chrétiennes.

Ce n'est pas Robert Latimer qui devrait suivre une thérapie pour comprendre la portée de son geste, ce sont les membres de la commission qui eux, n'ont rien compris. J'espère pour eux qu'ils ne seront jamais confrontés au choix qu'a dû faire Robert Latimer.