Ententes sur la main-d’oeuvre: une avancée pour le Québec

La situation exige une action cohérente et efficace relevant de l’État québécois.

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .

3 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 24 août 2019 01 h 25

    Précision

    «Selon le Ministère, 120 000 jeunes québécois ne sont ni aux études, ni en emploi. C’est considérable.»

    Selon un document récent de l'Institut du Québec, la proportion de jeunes québécois qui ne sont ni aux études, ni en emploi est passée de plus de 20 % au milieu des années 1980 à 7,2 % en 2018, soit un taux vettement inférieur à celui de l'Ontario (10 %). Même si on doit poursuivre nos efforts pour faire diminuer ce taux, il aurait été bon que cette amélioration spectaculaire soit soulignée par l'éditorialiste.

    • Bernard LEIFFET - Abonné 24 août 2019 11 h 44

      Oui M. Jodoin il serait utile de souligner cette bonne nouvelle, car demain, au Québec, les jeunes seront aux commandes de l'état, des entreprises et comme employé(e)s de celles-ci! Quant aux apects politiques, ou plutôt des jeux politiques du gouvernement fédéral, tel que celui de mieux contrôler l'enjeu de l'indépendance et de la souveraineté du Québec, il y a partout des sbires pour vanter le fédéraliisme. Ainsi, Radio-Canada diffuse la même chose, presque le même slogan, celui du gouvernement fédéral, le maître à penser! À ce sujet, je me suis toujours posé la même question depuis des décennies, comment Élections Canada peut-il ignorer les informations qu'ils véhiculent pendant les élections, en félicitant les actions des libéraux et critiquant celui des conservateurs? Peut-on alors ignorer leur rôle sur les électeurs? Quelle démocratie! .

  • Bernard LEIFFET - Abonné 24 août 2019 07 h 56

    En région au Québec les commerçants peinent à recruter des jeunes gens : il faut que la CAQ se réveille!

    Qui ne connaît pas les problèmes observés partout au Québec et pariculièrement en région? En fait, cette situation relève bien sûr des opportunités de travail plus alléchantes pour les jeunes car la rareté de la main d'oeuvre est généralisée. et elle frappe aussi les grandes entreprises. Autrefois, ils cumulaient, par exemple, les études au secondaire ou au cégep avec un travail partiel dans une des chaînes de restauration rapide. Avec la plupart des emplois occupés et un manque de travailleurs, le gouvernement provincial (la CAQ) n'est pas porté sur un accueil important d'immigrants, exprimant ainsi cette attitude ancienne, comme dans pas ma cour!
    La situation est grave et si rien n'est fait immédiatement c'est le Québec entier qui va y goûter! La maternellle 4 ans pose des problèmes, le manque de main d'oeuvre en est un autre qui fait appel à une mesure drastique, pour le bien de tous!