Migrants: AMLO en antidote

Les images de ces migrants désespérés autant que résolus, attaquant la colline de sable pour tenter de forcer la frontière américaine à San Ysidro — avant de voir leur rêve douché par les gaz lacrymogènes —, témoignent d’une tragédie qui se déploie depuis des décennies en Amérique centrale. Pour ces gens qui souffrent la misère et la violence au Honduras, au Guatemala et au Salvador, aux mains de gouvernements corrompus dont Washington s’accommode sans états d’âme, El Norte représente encore une terre de salut, même en présence d’un président comme Donald Trump. Le décalage est saisissant.

Mais elles témoignent en même temps d’un mensonge. Si elles ont tout pour conforter les bien blancs électeurs trumpistes dans leur mentalité d’assiégés, il n’en reste pas moins, en toute vérité, que les États-Unis ne sont pas aux prises avec une crise migratoire, et encore moins avec « une invasion ». La chute du nombre d’interceptions depuis 20 ans à la frontière en donne une idée : en 2000, 1,6 million de migrants avaient été appréhendés, dont 90 % étaient mexicains ; l’année dernière, le nombre d’arrestations a été d’un peu plus de 300 000, et moins de la moitié des personnes arrêtées étaient de nationalité mexicaine.

Pour tout le mal, en fait, que dit des immigrants ce président américain, il se trouve au demeurant, relève The Economist, que les illégaux mexicains sont aujourd’hui plus nombreux à rentrer au Mexique qu’à partir pour les États-Unis. C’est dire à quel point les propos qu’éructe M. Trump tiennent pour l’essentiel de la démence électoraliste. Une démence en vertu de laquelle il va proférer dans l’immédiat toutes les menaces imaginables pour obtenir d’un Congrès dont les républicains vont à moitié perdre le contrôle en janvier prochain les milliards qu’il réclame pour construire son « mur ».

En réalité, l’épicentre du débat sur les migrants centro-américains se déplace en partie vers le Mexique. Tributaire depuis 25 ans de la libéralisation du commerce nord-américain, son développement économique, fût-il fort inégalitaire et plombé par les violences épouvantables que crée le narcotrafic, fait que le Mexique n’est plus seulement un lieu de transit pour ces migrants, mais aussi une destination.

Tous ces clandestins traversant le pays au grand jour ont bien embêté le président sortant, Enrique Peña Nieto, moins préoccupé par le sort de ces migrants et le voile qu’ils lèvent sur l’état des lieux en Amérique centrale que par la peur que cela lui attire les foudres incohérentes de M. Trump et empoisonne les relations de son pays avec les États-Unis. On présume qu’il sera heureux de passer la patate chaude à son successeur, Andrés Manuel Lopez Obrador (dit AMLO), dont l’entrée en fonctions aura lieu samedi prochain, 1er décembre.

AMLO, le président le plus à gauche que le pays ait jamais élu. Un homme dont les Mexicains attendent beaucoup, d’autant que son Mouvement de régénération nationale (Morena) s’est partout imposé, le 1er juillet dernier — aux législatives, aux régionales et aux municipales. Ses relations seront forcément orageuses avec M. Trump. Et il a, ainsi que le veut la formule, trop promis pour ne pas décevoir.

Reste que, contre un projet politique qui réduit l’organisation du monde au contrôle des frontières, il défend des idées saines, s’agissant de s’attaquer à la pauvreté et à la corruption, à la violence et à l’impunité qui étranglent la démocratie mexicaine… Il promet de rompre avec la militarisation de la lutte contre le narcotrafic et se propose de recadrer la consommation de drogue dans une perspective de santé publique. Il fait valoir, au sujet des maux de l’Amérique centrale, que les solutions se trouvent en amont et que le développement humain de la région est une responsabilité collectivement nord-américaine.

Ensuite, il a désigné comme ministre de l’Intérieur une ancienne juge de la Cour suprême, Olga Sanchez, féministe de premier plan. « À moi d’instaurer sur le terrain un État de droit », disait-elle cet été en entrevue au Monde.

Défi de taille, de toute évidence : au Mexique, 43 % de la population est pauvre et seulement 2 % des délits sont jugés.

Le programme est progressiste. Les résultats le seront nécessairement moins. Le président AMLO dispose d’un mandat unique de six ans pour se rendre utile. En tout cas, son élection annonce une reconfiguration du pouvoir qui ouvre la porte à une évolution sociétale du Mexique. Le Canada pourrait s’en faire un précieux allié. Puisse le gouvernement Trudeau avoir le doigté nécessaire pour s’associer à cette nouvelle dynamique.

4 commentaires
  • Gilles Bonin - Abonné 27 novembre 2018 04 h 58

    Mais tout est

    à prévoir que ça va foirer... comme au Brésil...

    • Cyril Dionne - Abonné 27 novembre 2018 15 h 54

      Juste pour dire qu'il y a entre 25 et 30 millions d'illégaux aux États-Unis et la plupart sont Mexicains. Alors pour la phrase « que les illégaux mexicains sont aujourd’hui plus nombreux à rentrer au Mexique qu’à partir pour les États-Unis », on repassera.

  • Gilbert Talbot - Abonné 27 novembre 2018 09 h 23

    D'où vient le mal?

    Pourquoi tant de latinos fuient-ils leurs pays? La réponse on la connaît: parce que la terreur y règne en maître. Au Salvador, il y a plus de meurtres qu'au moment de la guerre civile. Le Honduras, son voisin, est le champion mondial des assassinats hebdomadaires. Il faut ajouter à cela la violence contre les femmes, le marché des organes d'enfants qu'on assassine, la pauvreté et le chômage endémique, des problèmes énormes dans le système de santé et évidemment, une espérance de vie au plus bas. Chacune de ces raisons suffirait pour que les pays riches et démocratiques leur accorde le statut de réfugiés. Or DONALD Trump les traite de criminels et leur envoie l'armée. C'est lui le véritable criminel. Son pays devrait plutôt se débarrasser de ce président odieux et vicieux.

  • Gilles Bonin - Abonné 27 novembre 2018 12 h 14

    Ajout:

    Ça va doublement foirer - non que j'approuve l'attitude crypto-fasciste des USA dans le non traitement de la question de l'immigration et ce dont Trump profite..., car il semblerait que les migrants que le Mexique a laissé passer, faut-il le rappeler et faut-il aussi rappeler que c'est d'abord au Mexique de traiter les demandes d'asile, se résigneraient à rester au Mexique... et crac! l'anti-immigration va lever le nez.