Rémunération des médecins: Legault prend le taureau par les cornes

Le premier ministre François Legault n’a pas tardé à décréter un gel de la rémunération des médecins spécialistes, le temps d’obtenir les résultats d’une étude, confiée à l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), comparant leur rémunération avec celle de leurs pairs des autres provinces.

En campagne électorale, la Coalition avenir Québec avait évalué à un milliard par an la somme qu’un gouvernement caquiste projetait de récupérer en ramenant les fastueux émoluments des médecins spécialistes au niveau de ceux de leurs confrères ontariens. Selon les calculs du parti, les médecins spécialistes, dont la rémunération moyenne dépasse désormais 440 000 $ par an, empocheraient 22 % de trop.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) — et c’est un refrain que reprend le chef de l’opposition officielle, Pierre Arcand, qui a négocié la dernière entente de février 2018 à titre de président du Conseil du trésor — soutient que cette entente, qui s’étend jusqu’en 2023, ne comporte aucune augmentation de rémunération et ne comprend que des honoraires versés pour un volume accru — hausse du nombre des médecins et des patients traités —, la « gestion du réseau » et une meilleure couverture des soins de base, notamment en région. Derrière la première réaction de la FMSQ, on voit déjà poindre la menace d’une réduction de services quand le gel se matérialisera. Espérons que ces privilégiés parmi les privilégiés ne pousseront pas l’odieux jusqu’à faire pâtir les patients.

Il est vrai cependant qu’imposer un tel gel est plus simple à dire qu’à faire. Il faut rappeler que c’est le syndicat de médecins qui, à la faveur d’une aberration historique, délie les cordons de la bourse : elle reçoit une enveloppe de rémunération globale qu’elle redistribue à ses membres en appliquant des règles byzantines.

Avant tout, il faut voir dans l’annonce de ce gel une nécessaire déclaration politique. Nous savons maintenant que c’est le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, qui se chargera de l’opération et que le gouvernement caquiste place la révision à la baisse de la rémunération des médecins spécialistes en haut de sa liste de priorités.

C’est tout à l’honneur de François Legault de vouloir rapidement passer de la parole aux actes au regard d’une situation qui ne se résume pas à un simple débordement budgétaire. Il s’agit plutôt d’un enjeu d’équité et de justice sociale. Et du respect que l’on doit aux contribuables.

À voir en vidéo