Verrouillage libanais

Les profondes fractures politico-confessionnelles restent entières au Liban à l’issue des législatives de dimanche dernier, les premières à s’y tenir en neuf ans. Qu’une certaine dose de représentation proportionnelle ait été injectée pour la première fois dans le mode de scrutin permettait d’espérer — de rêver — que ces lignes de fracture allaient enfin se défaire un peu. Le mouvement éclaté de la société civile, né de la très politique crise du ramassage des déchets en 2015, crise qui fut un puant révélateur de la corruption et de l’incurie de l’État, aura bien réussi à montrer le bout de son nez en faisant élire une députée indépendante, la journaliste de télévision Paula Yacoubian. Une percée dont il ne faut pas sous-estimer la valeur, étant donné la faiblesse de la société civile libanaise.

Mais pour l’essentiel, ce scrutin a redessiné sensiblement les mêmes blocages, en plus de les exacerber, préfigurant à nouveau la formation d’un gouvernement bancal. Grand vainqueur du scrutin, le Hezbollah pro-iranien accroît nettement son influence au Parlement. Face à lui, le Courant du futur du premier ministre sortant, Saad Hariri, proche de l’Arabie saoudite, continue de constituer le principal représentant de la communauté sunnite, encore que de manière moins absolue, puisque l’instauration d’une forme de proportionnelle a donné lieu à un éparpillement relatif de son électorat — ce qui n’est pas sans signaler, du reste, une exaspération à l’égard de M. Hariri — qui devrait néanmoins devenir à nouveau premier ministre — pour les accommodements qu’il s’est montré prêt à faire avec le Hezbollah au nom de la stabilité du Liban.

Cette stabilité restera précaire. De fait, le Liban est le microcosme des clivages qui déchirent l’ensemble de la région. Entre influence iranienne et influence saoudienne, c’est un petit pays qui, au fond, ne s’appartient pas — ou, du moins, bien insuffisamment. Les Libanais n’en sont d’ailleurs pas dupes, qui sont allés voter dans une proportion d’à peine 50 %.

La décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien n’arrangera rien. Elle va nécessairement contribuer à aiguiser les tensions entre Riyad et Téhéran.

Elle risque aussi d’augmenter les risques d’affrontement militaire entre l’Iran et Israël. Les deux pays se sont défiés à plusieurs reprises, dernièrement, par tirs de missiles interposés en sol syrien. Qui dit que le Liban ne deviendra pas aussi le terrain de leur affrontement indirect ? « Liban égale Hezbollah », a écrit sur Twitter lundi Naftali Bennett, ministre israélien de l’Éducation et chef du parti d’extrême droite Le Foyer juif. Une menace que le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, qui tient M. Trump par le bout du nez, ne se privera sûrement pas de monter en épingle.

1 commentaire
  • Michel Lebel - Abonné 10 mai 2018 06 h 02

    Quel avenir?

    Pauvre Liban. Quand le beau pays des cèdres redeviendra-t-il une terre de paix et de fraternité? Son présent comme son avenir paraissent bien sombres. Avec des boute-feu comme Trump et Nétanyahou, tout est possible.

    M.L.