Politique de mobilité durable: la barre est haute

La nouvelle politique de mobilité durable (PMD) du gouvernement Couillard pourrait changer la donne en matière d’organisation des transports au Québec. Son succès dépendra de notre capacité collective à repenser l’aménagement du territoire et la fiscalité municipale.

On peut bien s’arrêter aux détails de cette politique de mobilité durable, mais ce serait pour produire une fausse note inaudible dans un concert d’éloges.

Tour à tour, l’Union des municipalités du Québec, la Fédération québécoise des municipalités, la Ville de Montréal, le Conseil du patronat du Québec, le CN, l’Association du camionnage et d’autres organismes, pour la plupart impliqués dans le comité consultatif qui a jeté les esquisses de la PMD, ont salué la cohérence d’ensemble du gouvernement. Ce plan de 9,7 milliards de dollars, dont 2,9 milliards de nouveaux investissements, prend en considération l’ensemble des modes de transport, le but étant de permettre à tous les citoyens, peu importe leur condition et leur localisation, de se déplacer rapidement, à coût raisonnable et en toute sécurité.

Si elle est placée entre les mains d’hommes et de femmes de bonne volonté, la PMD permettra de mettre un terme à cette habitude malsaine qui consiste à construire ou à élargir toujours plus de voies rapides afin de régler les problèmes de congestion et de mobilité. À l’heure où le parc automobile augmente plus vite que la population dans les grands centres urbains, cette stratégie de fuite par en avant mène à un cul-de-sac. La lutte contre les changements climatiques, l’amélioration de la qualité de vie et de la mobilité nécessitent des solutions plus complexes que l’addition des couches d’asphalte.

La PMD propose donc un changement de paradigme. Elle est assortie d’objectifs ambitieux, entre autres pour réduire de 20 % l’usage de l’automobile en solo, pour augmenter de 30 % la fréquentation des transports collectifs et pour réduire de 37,5 % les émissions de gaz à effet de serre sous le niveau de 1990. Seule ombre au tableau, ces objectifs seront difficiles à atteindre faute de mesures contraignantes, notamment l’instauration d’un péage urbain dans la région métropolitaine.

Mais il y a un problème plus large. Afin que cette « Baie-James de notre époque » ne devienne pas un nouveau Plan Nord tragicomique, il faudra modifier de manière substantielle l’aménagement du territoire, et juguler l’étalement urbain. Les choix faits jusqu’ici conditionnent la dépendance à l’automobile, estime Christian Savard, directeur général de Vivre en ville.

La nouvelle politique reconnaît l’importance de l’aménagement du territoire pour atteindre les objectifs, puisqu’il permet de réduire les distances à parcourir et les besoins en déplacements motorisés. Il s’agit en somme de densifier le territoire, alors que le réflexe des promoteurs, des développeurs, des élus municipaux est de repousser toujours plus loin les frontières de la banlieue.

Cette exigence de densification est indissociable d’une réforme de la fiscalité des municipalités. En dépit de toutes les études, commissions d’enquête et livres blancs, celles-ci dépendent toujours des impôts fonciers pour boucler leurs budgets. L’augmentation des taxes, la réduction des services et l’expansion du territoire bâti pour accroître l’assiette fiscale demeurent donc les trois ingrédients de base de la recette des maires. Québec a reconnu récemment les villes comme des gouvernements de proximité à part entière. Ce statut passe par un accès à de nouvelles sources de revenus.

L’atteinte des cibles du PMD dépend d’un changement des politiques d’aménagement du territoire et d’une réforme de la fiscalité municipale. Pour ces raisons, la barre est haute.

L’atteinte des cibles du PMD sera complexe, car elle dépend d’une petite révolution dans l’aménagement du territoire et la fiscalité municipale.

2 commentaires
  • Daniel Grant - Abonné 19 avril 2018 07 h 55

    Maintenant il faut surveiller les mains de Couillard

    La barre n’est jamais trop haute quand un projet est basé sur la valeur des choses et entre les mains de "gens de bonne volonté" qui ont une vision saine du bien commun.

    Avant de conclure à la “cohérence d’ensemble du gouvernement” j’attend de voir les détails dans la mise en application que Couillard a en tête.

    Ayant été habitué au pire du néolibéralisme à la PLQ ; comme
    - le rapport de Transition Énergétique du QB basé les même platitudes que l’IEA (farcie de pétroleux) et colporté par Lanoue/Mousseau
    - les lobbyistes libéraux oeuvrant en coulisse pour siphonner le fond vert avec l’Arnaque de la voiture à hydrogen ne visant qu'à retarder la transition vers la mobilité électrique. Bush&Cheney nous ont déjà fait le coup dans le passé, allons-nous se faire prendre encore
    - la majorité des petits média de régions qui nous disent comment penser hydrocarbure, bourré d’annonces de bagnoles à pollution, entre les mains d’un ex-ministre libéral,
    - le PLQ qui se range derrière les chasseurs d’indemnité (Pétrolia/Junex/Gastem/GazMétro) qui détruisent tout sur leur passage, au lieu de jouer son rôle de protecteur du bien commun …

    J’arrête ça pue le pétrole et gaz “naturel” à plein nez.

    Ce ne sont pas les paroles de Couillard qu’il faut surveiller mais ses mains.

    Ça nous prend des visionnaires et des FAISEURS comme Musk et Wang de Tesla et BYD qui font des choses aujourd’hui que les Marchands de doute disent impossibles avant longtemps.

    https://cleantechnica.com/2018/04/16/byd-chairman-wang-chuanfu-is-leading-a-clean-energy-revolution-in-china-and-beyond/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+IM-cleantechnica+%28CleanTechnica%29

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 19 avril 2018 17 h 22

    le 1er octobre

    sera farci de plans magiques et mielleux du PLQ avec le bien commun en vue mais surtout pour attirer les mouches
    dans les isoloirs et les boites de scrutin .L'hiver sera long à moins que la CDPQ y voit une façon de faire une piastre.
    Ne vous fiez surtout pas à Couillard pour décider quelque chose.Votons Sabia.
    Philippe sera heureux à la pèche avec un guide.