L’argent du beurre

Le gouvernement Couillard versera un milliard de plus aux médecins spécialistes, dont 480 millions pour les sommes dues en vertu d’un indécent rattrapage salarial même si, comme l’a évoqué Gaétan Barrette, leur rémunération serait de 10 à 15 % supérieure à la moyenne canadienne. C’est impardonnable : le pont d’or consenti aux médecins depuis 2008, auquel s’ajoute ce milliard, aurait pu servir à financer une véritable réforme du système de santé.

Lors de la période de questions à l’Assemblée nationale, Philippe Couillard l’a candidement admis. « Pour la première fois, le gouvernement du Québec se liait à un phénomène d’équité externe, ce que jamais jusqu’à maintenant les gouvernements successifs n’avaient accepté. Alors, c’est l’engrenage qui a commencé. C’est le bras des contribuables du Québec dans le tordeur. »

Le premier ministre visait le gouvernement du Parti québécois, dont le ministre de la Santé d’alors, François Legault, avait signé, en 2003, une entente avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) dans le but d’évaluer objectivement les écarts de rémunération entre ces médecins et leurs pendants du reste du Canada pour ensuite corriger « les écarts reconnus par les parties ».

Ce que Philippe Couillard n’a pas eu la franchise de dire, c’est que cette entente n’obligeait aucunement le gouvernement, surtout pas le gouvernement suivant dont il était le ministre de la Santé, à corriger des écarts qu’il ne voulait pas reconnaître. C’était avant tout un engagement moral.

Si tordeur il y a, c’est Philippe Couillard et la présidente du Conseil du trésor d’alors, Monique Jérôme-Forget, qui ont tourné la manivelle. Rien ne pouvait forcer l’État à déstabiliser les finances publiques pour satisfaire l’appétit des médecins selon la fallacieuse exigence d’une équité pancanadienne entre disciples d’Hippocrate.

Ce principe d’équité n’existe ni pour les infirmières, ni pour les enseignants, ni pour les fonctionnaires. Notre État paie ses employés en suivant ses propres critères et ses propres analyses et en fonction de la capacité de payer des contribuables québécois. Dans le cas des 10 000 médecins spécialistes, dont les revenus les plaçaient déjà parmi les privilégiés des privilégiés, des principes de justice sociale auraient même pu être invoqués puisque ces augmentations faramineuses creusent les inégalités de revenus.

En 2003, on évaluait à quelque 40 % l’écart de rémunération. En accordant aux médecins spécialistes une hausse de rémunération de 117 % à compter de 2008 — ou de 95 %, si on tient compte de l’accroissement des effectifs depuis — qu’est-ce qu’on voulait endiguer ? L’exode des médecins vers les autres provinces ou les États-Unis ? C’est un phénomène qui n’existait tout simplement pas.

Les médecins spécialistes sont des êtres à part. Ce sont des travailleurs autonomes qui n’ont qu’un seul client, la Régie d’assurance maladie du Québec, des électrons libres qui échappent à l’autorité des directions des établissements de santé et dont on tente d’influer la trajectoire par des ententes de rémunération négociées avec un syndicat. Des ententes détaillées et complexes qui récompensent jusqu’à l’assiduité et le port de la jaquette.

Philippe Couillard a évoqué l’impuissance de l’État, mais c’est son manque de courage qui est en cause. Il a acheté la paix, il a cherché à éviter de mécontenter sa confrérie en cette année électorale en contournant les pénalités prévues par la loi 130 du ministre Barrette. Les médecins spécialistes s’en tirent avec le beurre et, surtout, avec l’argent du beurre.

À voir en vidéo