La voix du Québec

Des juges capables de comprendre le français oral et écrit, un processus clair, encadré par un comité indépendant dont la composition est connue, des critères et un questionnaire publics, des mises en candidature ouvertes… Le nouveau processus de nomination des juges à la Cour suprême annoncé au début du mois d’août par le premier ministre Justin Trudeau est une nette amélioration par rapport à ce qui existait auparavant. Il y manque toutefois des pièces maîtresses pour que le Québec y trouve son compte.

Le 1er septembre prochain, le juge Thomas Cromwell quittera son poste à la Cour suprême. Le choix de son successeur, qui n’aura pas lieu avant le milieu de l’automne, sera la première occasion de mettre à l’épreuve le processus « plus transparent » et moins partisan promis par les libéraux.

On peut dire que sur ces deux fronts, ils ont tenu parole. La liste de trois à cinq candidats soumise au premier ministre sera maintenant établie par un comité consultatif indépendant nommé par la ministre de la Justice et dont la composition est connue. Quatre de ses sept membres ont été proposés par des organisations de juristes et de magistrats.

Les juges et avocats admissibles peuvent soumettre eux-mêmes leur candidature. Le questionnaire à remplir est public, tout comme les critères guidant l’évaluation du comité. L’un d’eux est le bilinguisme fonctionnel, c’est-à-dire la capacité de comprendre le français oral et écrit. Il était plus que temps qu’on exige ce minimum.

Une fois la courte liste (non contraignante) établie, la ministre de la Justice consultera la juge en chef de la Cour suprême, les procureurs des provinces concernées, des députés et sénateurs. Et une fois le choix du premier ministre fait, l’heureux élu répondra aux questions de sénateurs et députés sous la présidence d’un professeur de droit.

 

Ce processus ressemble, à plusieurs égards, à celui mis sur pied au Québec, mais contrairement à ce dernier, aucun règlement ou, mieux, aucune loi n’en assure ou n’en assurera la pérennité. Par conséquent, le gouvernement pourrait changer d’avis dès la prochaine nomination.

Et alors que l’on consulte les représentants des magistrats, doyens, avocats, juristes pour former le comité, les provinces, elles, sont tenues à l’écart. On ne leur demandera leur avis qu’une fois établie la courte liste. Cela est inacceptable. Comme le rappelait le premier ministre québécois Philippe Couillard dans un texte paru dans nos pages, la Cour suprême « appartient également aux deux ordres de gouvernement » et est « l’ultime arbitre [de leurs] différends ».

Le gouvernement fédéral a indiqué que dans le cas des juges québécois, la composition du comité serait ajustée afin de tenir compte de sa tradition juridique. Mais on ne sait ni comment ni par qui. Il n’est nulle part mention d’associer le Québec à cette démarche.

Étant donné son caractère distinct, le Québec doit être associé non seulement à la sélection du comité, mais aux recommandations qu’il fera. La Constitution étant ce qu’elle est, il revient au gouverneur général (sur conseil du premier ministre) de nommer les juges aux cours supérieures et à la Cour suprême. Soit, Québec ne peut imposer ses candidats, mais rien n’interdit au gouvernement fédéral de lui donner voix au chapitre en lui accordant la majorité ou, au minimum, la parité des sièges sur le comité de sélection. Idéalement, il devrait en fait pouvoir soumettre sa propre courte liste établie en vertu de son propre processus. Après tout, M. Couillard n’en demandait pas moins durant la dernière campagne électorale fédérale.

Les autres provinces devraient aussi être sur leurs gardes, car à l’avenir, les juristes de tout le pays pourront soumettre leur candidature pour les six postes qui ne sont pas réservés au Québec. Rien ne garantit donc aux provinces atlantiques, représentées par le juge Cromwell, qu’elles auront un juge venant de leur région à la suite du processus actuel. Impossible de ne pas y voir un accroc à une convention établie de longue date.

Le gouvernement dit vouloir favoriser la représentation des femmes, des minorités et des autochtones au sein de la magistrature. C’est une bonne chose, les tribunaux devant être davantage le reflet de notre société, mais la diversité régionale a elle aussi son importance.

Le gouvernement peut encore corriger le tir, surtout dans le cas du Québec, puisque la retraite des juges québécois pourra attendre le début des années 2030. Qu’il en donne le signal.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

7 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 13 août 2016 07 h 31

    HMV

    HMV, His Master's Voice, ancien slogan publicitaire de la compagnie RCA Victor, ou l'on voyait un chien, un beagle surnommé Nipper, tendre l'oreille vers un le haut-parleur d'un ancien grammophone : il reconnaissait "La Voix de son Maître", anglophone, il va s'en dire.

  • Pierre Bernier - Abonné 13 août 2016 08 h 06

    Une des raisons ?

    Ne voilà-t-il pas là une des raisons pourquoi le « système fédéral à la canadienne » est inapproprié pour la Nation québécoise ?

    • Louise Collette - Abonnée 13 août 2016 10 h 37

      Oui tout à fait.

  • Claude Desjardins - Inscrit 13 août 2016 08 h 54

    Le caractère distinct du Québec

    Nous avons échoué à faire reconnaitre le caractère distinct du Québec qui aurait été enchâssé dans la constitution pour accoucher d'une motion à la Chambre des communes mi-figue mi-raisin plus acceptable pour la majorité anglophone. Le poids d'une motion ne semble pas suffire pour que le Québec puisse jouer légitiment son rôle dans la sélection des juges dans la bible canadienne de Justin Trudeau. Faut-il s'en étonner ?

  • Marc Tremblay - Abonné 13 août 2016 23 h 17

    Lire et comprendre le français écrit

    Comment quelqu'un qui sait lire le français et le comprendre lorsqu'il est parlé ne peut pas le parler?

  • Yves Côté - Abonné 14 août 2016 04 h 56

    C'est vrai...

    "Le nouveau processus de nomination des juges à la Cour suprême annoncé au début du mois d’août par le premier ministre Justin Trudeau est une nette amélioration par rapport à ce qui existait auparavant."
    Et c'est vrai.
    Mais de connaître le mépris national de notre peuple par l'abstention de mesure concrète canadienne ne vaut pas plus pour notre avenir, que de subir le mépris par l'action...

    Vive le Québec libre !
    Seule entité politique digne de nous et garantissant à nos descendants un avenir à leur mesure culturelle...