Ajouter l’horloge sur un micro-ondes

L’automne a à peine débuté que les fabricants de produits électroniques préparent déjà leur catalogue des Fêtes… Apple, Google, Microsoft… Les géants informatiques ajoutent cette année une horloge au four à micro-ondes, peut-on illustrer, avec leurs nouveaux produits de fin d’année… pour le meilleur et pour le pire.

Apple a lancé le bal cet automne. Qu’on le veuille ou non, le créateur de l’iPhone donne en quelque sorte le ton dans le marché de la mobilité ces jours-ci. La marque californienne a lentement mais sûrement grugé des parts de marché aux téléphones Android, si bien que ses produits mobiles représentent un peu plus de la moitié de ce qui se vend dans ce créneau partout en Amérique du Nord.

C’est pourquoi ses nouveautés sont scrutées de très près par un peu tout le monde, des consommateurs aux analystes en passant par les investisseurs, à la recherche de la tendance qui définira les trois prochains mois, sinon la prochaine année tout entière. Et cet automne, la tendance est simple : la recette qui a si bien fonctionné durant la pandémie ne change pas. Ce sera probablement le cas l’automne prochain, l’Europe obligeant tout le monde à migrer vers le port USB-C pour la recharge.

Samsung, qui essaie chaque année de tirer le tapis sous les pieds d’Apple, comme Google et Microsoft, dont les nouveautés automnales seront présentées au cours du prochain mois, ne font pas les choses différemment.

Cette année, ces quatre-là reproduisent ce que les fabricants de fours à micro-ondes ont fait au début des années 1980 en ajoutant une horloge à leurs électroménagers : on innove par petits pas. Cela dit, souvent, une nouveauté en apparence banale en dit long sur la stratégie future d’un fabricant.

Dynamic island

 

L’iPhone 14 en fait la preuve de façon éloquente. L’appareil est vendu en quatre variantes, mais deux de celles-là, les Pro et Pro Max, ont droit à plus d’égards. Apple a abaissé l’encoche noire de la caméra frontale pour créer ce qu’elle appelle un dynamic island, une bande noire au haut de l’écran et dont la taille change selon le contexte. L’effet est frappant : on sent qu’on a en main quelque chose d’inédit, même si c’est purement esthétique comme changement.

Les versions Pro de l’iPhone 14 ont aussi une mécanique revampée et de meilleures caméras. Les clichés qu’elles prennent sont nets et colorés, mais on attend toujours un téléobjectif plus puissant que les 3X offerts cette année.

Il faut allonger 300 dollars de plus que ce que coûte le modèle de base pour un iPhone 14 Pro. Est-ce justifié ? Le site canadien HelloSafe rappelait plus tôt cette semaine que le prix de l’iPhone avait triplé au Canada depuis son lancement initial en 2007. Des analystes croient que ça demeure une aubaine, vu le rôle central du sans-fil dans la vie des consommateurs en 2022.

Les chiffres semblent appuyer ces propos : les commandes de l’iPhone 14 Pro seraient 25 % plus élevées que celles de l’iPhone 13 Pro lancé l’automne dernier, deux semaines après leur lancement respectif.

Pour les oreilles d’un « Pro »

On ne sait pas encore si les écouteurs AirPods Pro de deuxième génération qui sont mis en vente ces jours-ci seront aussi bien reçus par les consommateurs nord-américains. Malgré un format identique à celui de leurs prédécesseurs, ces écouteurs boutons entièrement sans fil améliorent nettement leur traitement du son et des bruits ambiants. Ils coûtent 329 dollars.

Quand Apple a lancé ses premiers AirPods en septembre 2017, l’entreprise californienne les avait présentés comme un simple accessoire allant avec le nouvel iPhone de l’époque. Personne ne se doutait qu’ils deviendraient aussi importants pour ce créneau du marché de l’électronique.

On ne se doutait pas à l’époque que cet accessoire serait aujourd’hui aussi populaire : selon la firme Statista, ils comptent pour 34 % de tous les écouteurs vendus en Amérique du Nord. À eux seuls, ils représentaient une valeur de 175 milliards de dollars américains pour Apple à la fin 2019. Le nouveau modèle pourrait bien renforcer cette position.

Ultramarathonienne

 

Une stratégie souvent adoptée par les fabricants de produits électroniques pour faire passer une nouveauté est de la rendre plus difficile d’accès. L’Apple Watch Ultra vendue 1100 $ entre dans cette catégorie. Apple a créé un produit « aspirationnel » qui s’adresse aux férus d’activités de plein air extrêmes, qu’elles se fassent en montagne, en forêt ou même carrément sous l’eau. L’appareil est une élégante et très performante mise à niveau d’un produit dont la forme commence à prendre de l’âge. Ce modèle jette assurément les bases pour les générations à venir de l’Apple Watch.

Étant donné son prix, c’est probablement un coup de sonde pour voir si son design ne devrait pas inspirer celui des versions ultérieures de l’Apple Watch, celles qui seront vendues à bien meilleur prix l’automne prochain.

Ce ne serait pas la première fois qu’un géant techno ferait le coup. Samsung l’a fait avec son téléphone pliable, le Galaxy Z Fold 4. Microsoft le fait avec ses tablettes Surface les plus équipées. Et bien des fabricants de fours à micro-ondes font la même chose depuis au moins quarante ans…

À voir en vidéo