Le mythe de l’assurance salaire

Lorsque je les sonde sur les sujets pouvant être abordés dans le cadre de cette chronique, mes collègues me suggèrent régulièrement de traiter du faux sentiment de sécurité apporté par les protections offertes dans le cadre d’un régime d’assurance collective fourni par l’employeur.

« Je suis bien protégé, j’ai déjà une assurance au travail » est une affirmation que nous entendons souvent, il est vrai.

Commençons par dire que, si vous bénéficiez d’un tel régime, vous êtes privilégiés ! En effet, celui-ci comprend certainement une couverture plus généreuse que l’assurance médicaments du gouvernement et rembourse sûrement les soins de plusieurs professionnels de la santé. De plus, des assurances voyage sont probablement incluses, ce qui vous évite d’en souscrire une lors de vos déplacements. Par contre, les protections dont vous bénéficiez en assurance vie et en assurance invalidité sont peut-être, quant à elles, limitées, voire non appropriées à vos besoins.

Une « longue durée » théorique

En réalisant une analyse de vos besoins, un conseiller en sécurité financière vous fera certainement des recommandations en assurance salaire. La capacité de générer du revenu est ce qu’il y a de plus important à assurer tant que l’indépendance financière n’est pas acquise. En effet, l’atteinte de vos objectifs financiers à long terme est basée sur des projections de revenus maintenus à long terme. De plus, si vous avez des personnes dites « à charge », vous compromettrez également leur qualité de vie en plus de potentiellement devenir un « boulet financier » pour votre entourage si vous tombez gravement malade sans assurance adéquate.


« Je suis déjà bien protégé, j’ai une assurance invalidité longue durée dans le régime de mon employeur », direz-vous. Vrai, et faux ! Bien que pratiquement tous les régimes collectifs d’assurance comprennent une protection en assurance salaire de courte et de longue durée, il s’agit en réalité d’un mythe important, entretenu parce que peu s’intéressent au choix des mots qui dépassent le titre de cette garantie.
 

Le mot même « invalidité », mais surtout le fait que vous n’avez probablement jamais lu sa définition en détail dans votre assurance, explique ce faux sentiment que vous avez d’être bien protégés. Mais si vous vous y attardez un peu, vous constaterez que, bien que l’assurance prévoie que vous receviez une rente d’invalidité jusqu’à 65 ans, il est en réalité peu probable que vous en profitiez jusqu’à cet âge.

Si l’invalidité est généralement définie comme l’incapacité d’exercer les tâches habituelles de votre emploi, malheureusement, après les 12 ou 24 premiers mois, sa définition devient beaucoup plus restrictive. Vous devrez, dans la plupart des cas, faire la preuve que vous ne pouvez plus exercer « aucune tâche de votre emploi habituel ni exercer aucun autre emploi rémunérateur selon votre âge, formation et expérience ». Bonne chance…

En somme, il s’agit rarement d’une véritable protection de longue durée, et c’est l’unique raison pour laquelle les primes sont plus basses que le produit que vous a peut-être déjà présenté un conseiller. L’emploi de remplacement que vous pourrez exercer aux yeux de l’assureur ne vous permettra probablement pas d’atteindre vos objectifs financiers.

L’assurance salaire individuelle permet d’avoir un produit répondant à vos besoins, avec une définition de l’invalidité et des garanties plus avantageuses. De plus, elle vous appartient et vous serez protégés même si vous changez d’employeur.

L’assurance vie facultative

L’assurance vie dans ce type de plan consiste généralement en un montant forfaitaire basé sur un multiple de votre salaire, offrant la possibilité de souscrire une assurance supplémentaire, avec ou sans processus de tarification.

Un second mythe, assez répandu, est que couvrir ses besoins en assurance vie de cette façon est moins dispendieux et plus simple. Toutefois, un processus de tarification reste un processus de tarification. Et, surtout, le fait de combler vos besoins en assurance vie par votre régime d’employeur vous obligera à recommencer si vous changez d’emploi. Ce moment venu, vous risquez d’être plus difficile à assurer et vous paierez de nouvelles primes selon votre âge.

Enfin, je tiens à être bien comprise. En tant qu’employeur, vous faites un merveilleux cadeau à votre équipe en lui offrant un tel régime d’assurance collective. Et en tant qu’employés, vous faites partie des privilégiés si vous possédez un tel régime ! Retenez simplement de cette chronique que ce régime n’est pas une panacée couvrant automatiquement et complètement vos risques.

Quelques conseils

Lire Allez chercher le tableau sommaire de vos protections et le livret des garanties, le document résumant l’ensemble de vos couvertures, et lisez les définitions importantes.

 

Consulter Prenez rendez-vous avec un professionnel afin d’effectuer une analyse de vos besoins en assurance vie, en assurance invalidité et en assurance contre les maladies graves.

 

Comparer En couple, comparez les régimes pour leurs assurances maladie et pour leurs assurances médicaments et basez votre choix sur la qualité de ces protections, et non sur celles des assurances vie et invalidité.

 

Se renseigner Informez-vous sur la possibilité de conserver uniquement l’assurance invalidité courte durée. Si vous devez maintenir l’invalidité longue durée, sachez que vous pouvez tout de même la compléter avec une assurance salaire individuelle, qui sera coordonnée, et bénéficier ainsi d’un rabais.



À voir en vidéo