Gérer ses investissements de façon rationnelle

Dans ma chronique de la semaine dernière, j’ai tenté de vous outiller afin de comprendre le cycle des émotions et les raisons pour lesquelles certains investisseurs ont de la difficulté à demeurer disciplinés en période de volatilité. Je poursuis cette semaine en vous livrant les secrets de l’investisseur rationnel.

Restez calmes. L’analyse historique permet de constater que les périodes de volatilité sont non seulement temporaires, mais également normales. Par ailleurs, elles sont parfois avantageuses pour ceux qui conservent ou bonifient leurs placements en actifs risqués dans des périodes de tourmente. L’investisseur rationnel garde les yeux sur le moyen et le long terme, ce qui lui permet d’éviter les actions irrationnelles. Bien sûr, cela semble parfois plus facile à dire qu’à faire ! En vous basant sur les faits, vous pourriez par exemple garder en tête que, malgré des baisses moyennes annuelles de 13,9 % entre 1980 et 2018, le S & P 500 a terminé l’année avec un rendement positif sur 29 de ces 39 années.

Soyez patients. En cas de baisse des marchés, le mot d’ordre est « patience ». En Bourse, vous serez pratiquement toujours récompensés par une perspective à long terme des marchés. Ainsi, l’analyse d’un fonds ou d’un indice sur une longue période peut présenter un rendement annualisé intéressant. Toutefois, si vous soustrayez les 10, 20 ou 30 moins bonnes journées, le rendement à long terme de ce fonds diminue de façon importante et deviendra même négatif dans certains cas. En somme, puisqu’il ne peut ni se permettre de manquer les meilleurs jours ni deviner précisément quand les marchés amorceront leur remontée, l’investisseur doit faire preuve de patience et ne pas encaisser ses pertes.

Choisir le « bon moment » pour investir. Lorsque vous songez à tout vendre, dites-vous que c’est le temps d’acheter ; la volatilité ne signifie pas que les occasions de rendement ont disparu. Historiquement, chaque année a connu des événements qui ont entraîné de la volatilité et des baisses importantes sur les marchés (par exemple la crise du Golfe en 1990, la bulle techno en 2000, la récession de 2008-2009). La plupart de ces événements n’ont cependant eu qu’une incidence à court terme sur les marchés, et l’investisseur rationnel en a profité sur le long terme…

Demeurez investis. Si vous songez à remplacer vos placements par des liquidités, il est important de comprendre que vous soumettrez ainsi votre portefeuille à d’autres risques. Bien que cela puisse sembler sécuritaire, même à un taux modeste d’inflation de 2 %, l’investisseur rationnel comprend qu’il perdra 10 % de son pouvoir d’achat sur une période de cinq ans. L’inflation menace sérieusement votre plan à long terme, mais seulement de façon moins apparente. Avant de prendre une telle décision, demandez-vous plutôt ce que vous pouvez faire pour éviter d’avoir envie de vous retirer des marchés à l’avenir.

Cessez d’examiner constamment vos placements. Avez-vous l’habitude obsessionnelle de vérifier quotidiennement où en est votre portefeuille ? La volatilité du marché est généralement plus forte sur de courtes périodes. Par conséquent, les fluctuations de la valeur de vos placements vous paraîtront d’autant plus importantes si vous les suivez chaque jour. L’investisseur rationnel effectue une revue mensuelle, trimestrielle ou même annuelle, et est ainsi plus susceptible de déceler les tendances à long terme.

Privilégiez l’achat périodique. En période de volatilité, les écarts de marché constatés chaque jour influencent le coût d’acquisition moyen de vos titres. Si vous avez un montant important à investir, il serait probablement plus sage de privilégier les achats périodiques. Par exemple, si vous investissez 100 % de votre capital aujourd’hui dans un achat unique, vous aurez potentiellement moins de parts investies que si le coût moyen annuel de celles-ci est plus bas. L’investisseur rationnel comprend que cette stratégie est particulièrement importante quand l’horizon de placement est court.

Déconnectez-vous de temps en temps. Le cours des actions est accessible en temps réel et tout soubresaut de marché fait l’objet d’un fil de nouvelles en continu. Il est tout à fait naturel que les manchettes alarmistes et pessimistes augmentent votre nervosité… et le risque que vous réagissiez par des transactions émotives ! L’investisseur rationnel sait qu’il ne doit pas fonder ses décisions de placements sur les grands titres de journaux ou sur ce qui est publié par ses contacts sur les médias sociaux.

À voir en vidéo