Coup de coeur et coup de gueule sur la Croisette

Cette drôle d’édition cannoise a célébré le 14 juillet comme ailleurs.
Photo: John MacDougall Archives Agence France-Presse Cette drôle d’édition cannoise a célébré le 14 juillet comme ailleurs.

Coup de cœur: le 14 juillet à Cannes

Il y avait une pure beauté dans ces jets de lumière et ces feux d’artifice qui se miraient dans la baie, avec le massif de l’Estérel découpé derrière. Cette drôle d’édition cannoise a célébré le 14 juillet comme ailleurs. On n’était pas certain que le festival aurait lieu cette année ; c’était sa fête ici, comme celle du pays.

Coup de gueule: voit-on les mêmes films ?

C’est assez inouï de constater à quel point les avis demeurent partagés jour après jour parmi les critiques à Cannes. On sort d’une projection tout emballée pour découvrir le lendemain que le pool du Film français lui met tout plein de babounes et d’uniques étoiles flottant au milieu du naufrage. Ça doit être le port du masque, qui ne laisse pas les ondes passer entre nous : chacun est seul dans sa bulle et le cinéma n’est presque plus une expérience collective.

À voir en vidéo