Mentors et tuteurs

Il semble bien que les rentrées collégiale et universitaire se feront essentiellement en ligne dans un très grand nombre d’établissements. C’est là quelque chose d’énorme et d’inédit, qui ne manquera pas de soulever de grands défis et d’énormes problèmes, pour certains impossibles à prévoir aujourd’hui. Pire, je le crains, personne ne peut se prononcer avec assurance ni sur la durée de cette crise, ni sur celle des mesures provisoires qui seront mises en place, ni sur les effets à long terme de tout cela.

Une telle situation devrait en tout cas nous inciter tous et toutes à faire preuve de beaucoup d’indulgence et de bonne volonté. D’autant que la situation n’est rien de moins que tragique. Entre autres choses, selon un récent sondage commandé par l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU), près du tiers des étudiants au pays envisagent de ne pas retourner aux études en raison de la pandémie. Outre des problèmes financiers, on invoque pour justifier cette décision la piètre qualité des apprentissages en ligne.

Je sais que les directions, les professeurs et les équipes de spécialistes de tous les établissements concernés sont à pied d’œuvre pour imaginer des formules qui, on l’espère, permettront de faire au mieux dans les terribles circonstances qui nous attendent. Je sais aussi que la TELUQ s’active pour aider les professeurs à apprivoiser ce nouvel univers : l’enseignement à distance.

Je voudrais aujourd’hui, très modestement, suggérer deux petites idées qui pourraient — qui sait ? — se révéler utiles et bienvenues lors de notre inédite rentrée d’automne. Elles me sont inspirées de mon expérience d’étudiant et de mon expérience de professeur.

Mentorat

On le sait : il y a bien plus que la salle de classe (que le télé-enseignement ne parvient d’ailleurs pas à remplacer totalement) dans la vie du cégépien ou de l’universitaire. Il y a aussi tout ce qui se passe avant et après la classe — et parfois même pendant.

Si on exclut les activités qui ne peuvent se faire qu’en présentiel (laboratoires et évaluations, notamment), tout ce riche réseau de relations humaines sera à peu près absent à la session d’automne. Il ne sera pas possible de le reconstituer entièrement, même si des relations, certaines même en contact réel, vont se nouer et, pour certaines, se poursuivre.

Mais je veux attirer l’attention sur ces étudiants qui vivent un passage d’un niveau (le secondaire ou le collégial) à un autre (le collégial ou l’universitaire). Ces passages sont qualitativement importants et, par plusieurs de leurs dimensions, sont un saut dans l’inconnu. Pour aider à apprivoiser ces changements, en temps normal, on discute avec ses collègues nouveaux venus comme nous, mais aussi avec les anciens. On recueille ainsi de l’information très précieuse pour s’acclimater au nouveau monde dans lequel on vient de pénétrer.

En plus de mille détails pratiques, on apprend des choses comme les suivantes, pour en rester sur le plan pédagogique.

Tel cours est finalement plus facile qu’il en a l’air et, si le professeur est sévère, il est juste et compréhensif ; j’ai enfin compris telle idée dans cette nouvelle discipline (le calcul différentiel et intégral, disons…) en lisant tel texte : je te le recommande ; ce concept d’amortissement, en comptabilité, que tu trouves si obscur, tel autre prof l’explique par l’éclairante analogie que voici. Et ainsi de suite.

Pour ces étudiants de première année, dont certains se connaissent, mais qui risquent de ne pas connaître des étudiants de deuxième ou de troisième année, je pense que ce serait une bonne idée de créer une sorte de banque de mentors, jumelant vétérans et novices. Tout cela demande de la planification et une soigneuse préparation. Je vous laisse réfléchir aux détails. Mais je pense qu’une telle initiative pourrait jouer un rôle dans la persévérance des études.

Si ces mentors sont bien sûr d’une certaine utilité sur le plan pédagogique, il faut, en ce qui me concerne, en faire plus.

Des tuteurs seront, selon moi, nécessaires.

Tutorat

Je veux suggérer que cégeps et universités constituent et préparent pour septembre une armée de tuteurs. J’entends par là des experts recrutés partout où il s’en trouve (et donc dans les établissements, mais aussi à l’extérieur de ceux-ci) qu’on préparera pour leur importante tâche d’appui aux cours en ligne.

J’imagine aussi que tel psychologue en pratique privée ou publique a accepté d’être tuteur ou tutrice pour tel cours et aidera la personne qui le donne en répondant aux questions qui lui seront posées par les étudiants. Que tel écrivain fera de même pour tel cours de littérature. Qu’une ingénieure se rendra disponible pour telles activités. Que tel journaliste viendra en appui à l’enseignant qui donne le cours sur le journalisme d’enquête. Que tel professeur retraité… Et ainsi de suite.

Ici encore, tout cela demande une importante planification, en plus de devoir décider comment, le cas échéant, rémunérer ces tuteurs. Mais il me semble que, bien préparés et motivés, ceux-ci joueraient un rôle très important en septembre.

Ils témoigneraient aussi de l’importance que collectivement nous accordons, comme il se doit, à l’éducation, à laquelle tous ces tuteurs doivent beaucoup.

En attendant, je vous suggère de visiter ce site pour vous préparer aux défis de l’enseignement à distance : www.teluq.ca/site/etudes/clom/enseigne-a-distance.php

À voir en vidéo