Un test pour les spécialistes

L’image du médecin, longtemps glorifié dans la société québécoise, s’est grandement détériorée au cours des dernières années. Aux yeux d’une grande partie de la population, le bon Dr Jérôme des Belles histoires des pays d’en haut s’est transformé en entrepreneur rapace, certes compétent, mais plus soucieux de son portefeuille que de la santé de ses patients.

Cette perception est particulièrement forte dans le cas des spécialistes qui, d’une négociation à l’autre, ont réussi à arracher des hausses de leur rémunération sans commune mesure avec ce que vit le commun des mortels. François Legault, qui avait déjà dû les affronter à l’époque où il était ministre de la Santé, les a lui-même pointés quand il s’est retrouvé dans l’opposition.

À entendre le chef de la CAQ, ils gagnaient un milliard de trop par année, qu’il se faisait fort de récupérer une fois au pouvoir. Si son gouvernement a finalement dû se contenter de la moitié, la population n’en a pas conclu qu’il avait exagéré, mais plutôt que la Fédération des médecins spécialistes (FMSQ), dont Gaétan Barrette a longtemps incarné l’arrogance, était trop puissante pour que l’État soit capable de lui imposer sa volonté, en raison de l’espèce de chantage exercé par ces enfants gâtés du système qui détenaient un droit de vie ou de mort.

Les médecins se sont désolés de la triste réputation qu’on leur a faite. Certes, rares étaient ceux qui se plaignaient d’être trop bien payés, mais la grande majorité se préoccupaient avait tout du bien-être de leurs patients. Les négociations avec le gouvernement étaient l’affaire de leur syndicat.


 

Le SOS que le premier ministre a lancé aux spécialistes pour qu’ils prennent la relève des infirmières et des préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD va constituer un test important aux yeux de la population. Il leur offre aussi une bonne occasion de refaire leur image. « Vous avez la compétence. Le choix qu’on a, c’est d’envoyer du monde qui ne sont pas du tout qualifiés », leur a dit M. Legault.

La ministre de la Santé, Danielle McCann, a parlé d’une « mission humanitaire » comparable à celle que de nombreux médecins québécois accomplissent en Afrique ou dans d’autres parties du monde. « Ce que je veux leur dire aujourd’hui, c’est que la mission humanitaire, là, elle est au Québec, elle est en CHSLD, et on veut que nos médecins viennent en mission humanitaire dans les CHSLD pour nos aînés, ceux qui ont bâti le Québec. »

Le ton suppliant utilisé par M. Legault et sa ministre était presque gênant. S’il est peut-être moins glorieux pour un spécialiste de laver des patients, on ne leur demande pas de faire du bénévolat. Un forfait de 211 $ l’heure a été négocié avec la FMSQ, pour un maximum de 12 heures, soit environ 2500 $ par jour. Les préposés qu’ils remplaceront gagnent 17 $ l’heure, grâce à la prime spéciale de 4 $ qui leur a été accordée pour le temps de la pandémie.


 

La présidente de la FMSQ, Diane Francœur, s’est étonnée de la sortie de M. Legault. « M. le Premier Ministre, depuis jeudi dernier que nous levons la main. J’ai personnellement dit oui trois fois à votre ministre de la Santé. Encore une fois il y a une heure. Nous serons là où il le faut. Je suis surprise de vos propos », a-t-elle écrit sur Twitter.

Bon prince, M. Legault a déclaré qu’il avait peut-être mal expliqué ses attentes envers les spécialistes, auxquels on ne demandera pas de laver des planchers. On a cependant appris à prendre avec un grain de sel les protestations de bonne volonté de la FMSQ, et Mme Francœur est allée à bonne école en matière de relations avec le gouvernement.

Elle aurait certainement été plus convaincante si elle s’était abstenue d’envoyer un autre tweet suintant l’orgueil blessé, qui invitait le directeur de la santé publique, Horacio Arruda, à mettre lui aussi la main à la pâte dans un CHSLD. Si bien des spécialistes sont présentement disponibles en raison du report de nombreuses chirurgies, on conviendra que le Dr Arruda n’a pas beaucoup de temps libre.

Au cours des dernières années, l’avidité des médecins a sans doute déçu de nombreux Québécois, qui les avaient peut-être trop idéalisés, mais on comprend que les négociations entre le gouvernement et les employés de l’État, auxquels on peut associer les médecins, dans la mesure où il est généralement leur seul employeur, sont une question de rapport de force qui se mesure en dollars.

L’urgence de la situation actuelle devrait cependant exclure toute considération de rapport de force ou de statut. Certes, les médecins ont donné, mais ils ont aussi beaucoup reçu de la société québécoise, qui est en droit d’attendre qu’ils répondent à ce SOS sans rechigner.

À voir en vidéo