Les années de surplomb

À intervalle plus ou moins régulier, depuis des années, revient l’idée qu’on pourrait faire payer l’eau aux citoyens. Au-delà de ce système de mise en commun qui s’appelle la taxe foncière, il s’agirait d’établir une taxe spécifique associée à la consommation d’eau.

À l’exemple de pays qui ont cédé à cette tentation néolibérale, il suffirait d’installer des compteurs capables de mesurer partout la fluctuation des flots. Dans un deuxième temps, on pourrait considérer de faire payer l’air. Mais n’allons pas trop vite en affaire. Restons-en à l’eau.

À Montréal, au temps de l’administration du maire Tremblay, quelques pas avaient été faits vers la facturation de l’eau, sous prétexte d’un engagement authentique à l’amélioration de notre vie publique. Évidemment, personne n’était dupe. Faire payer l’écoulement du Saint-Laurent n’aurait permis qu’à quelques-uns de conquérir une richesse commune, en renforçant chez eux l’idée que posséder davantage conduit à exister davantage.

Devant le barrage érigé par une opposition très remontée, la Ville dut se résoudre à noyer le projet. Une compagnie qui s’était avancée à pas de loup, en pensant bien se nourrir de cette nouvelle imposition, se retrouva le cul à l’eau. Elle exigea tout de même d’être dédommagée à coup de millions pour des compteurs qu’elle n’avait pourtant jamais installés. J’ai toujours trouvé pour ma part ahurissant le fait d’être payé pour quelque chose qu’on n’a jamais réalisé. Mais passons.

La présence de plomb dans l’eau, révélée par les enquêtes du Devoir, remet à l’ordre du jour bien des questions sur la façon dont nous envisageons cette ressource essentielle. Les rapports sont incontestablement accablants. Ils s’ajoutent aux cas de municipalités du Québec où, depuis des années, l’eau est carrément impropre à la consommation, sans même parler de l’effroyable qualité de l’eau dans plusieurs villages autochtones.

Mais le premier ministre du Québec se contente d’affirmer — peut-être parce qu’il se satisfait, sur ce coup-ci aussi, des seules appréciations diffusées sur son fil Facebook — qu’il n’y a pas à s’inquiéter de la qualité de l’eau, que l’eau est bonne au Québec. Sauf quand elle ne l’est pas, pourrait-on rétorquer.

Dans les années 1970, l’expression « années de plomb » décrivait la violence et la répression politique consécutive à l’action de groupes qui menaient, sans jamais transiger, un combat contre les injustices sociales, par l’entremise d’actions extrêmes.

L’expression « années de surplomb » pourrait très bien servir désormais à décrire la superficialité de notre époque, boueuse, lourde et brunâtre, où les énoncés extrascientifiques, malgré les évidences contraires, continuent d’être lancés à tout venant par des figures politiques pétries d’une vision étriquée de la société.


 

La semaine dernière, j’ai dit quelques mots, suivant ma lecture d’un livre du géographe Luc Bureau, de ce curieux pays qu’est la Beauce. Il n’en fallait pas plus pour qu’un monsieur de Saint-Georges m’appelle. Indigné, il a confié un long message à mon répondeur.

Je devrais aller à Saint-Georges de Beauce, m’a-t-il enjoint. Il était impératif que j’y aille, a-t-il répété. Et vite. « Parce qu’il n’y a pas, voyez-vous, Monsieur Nadeau, que de vilaines choses à Saint-Georges. » Et je me demandais, tout en l’écoutant, où j’avais pu affirmer le contraire…

Jamais il n’est venu à l’idée de ce monsieur que je connaissais plutôt bien sa ville adorée…

Dans les choses très bien à Saint-Georges de Beauce, répétait-il, il y a le Symposium international de la sculpture. Pourquoi est-ce si bien ? Parce qu’on y trouve représentés, disait-il, les quatre-vingt-trois pays de l’organisation de la francophonie. Un regroupement linguistique pour déterminer une valeur artistique, peut-on trouver meilleure preuve de la valeur d’une oeuvre ? J’ai regardé en tout cas sur Internet. L’été dernier, l’édition de l’événement avait pour thème « Dérives et délices grandeur nature ». Elle était notamment soutenue par Tim Hortons.

Au diable les inondations, le plomb dans l’eau potable ou l’éducation réduite à une vision tordue de l’immigration. Pour certains, le temps du monde où nous sommes arrivés ne doit pas être celui du doute. Au doute, ils préfèrent tout, y compris la fuite en avant, quitte à glisser sur le versant joyeux d’un cynisme qui fait semblant de s’ignorer. Il s’agit là, peut-être, d’une façon zen, en surplomb si on veut, d’échapper à l’étouffement qui nous gagne, en se refusant à prendre la juste mesure de ce que la société doit désormais affronter de toute urgence. Dans cette perspective commode, force est de constater qu’ils sont nombreux à se placer dans cette curieuse position du joyeux repli sur soi.

On nous répète qu’un être raisonnable sait toujours s’adapter à son environnement en changement. Il faut donc parler de belles choses, rester positifs. Sourire et rire. Bref, restons en surplomb et concentrons-nous sur le peu qui ne fait pas encore défaut à l’essentiel du monde. Sinon, ma foi, on pourrait bien finir par croire que tout ne va pas si bien. Et ce serait terrible. Inacceptable. Vous ne trouvez pas ?

À voir en vidéo