Un gouvernement pour quoi faire?

Tous les grands partis ont finalement mis cartes sur table en dévoilant les plans financiers censés démontrer la crédibilité de leur programme. Aucun n’est parfait et le réalisme n’est pas toujours au rendez-vous. Les chiffres traduisent toutefois leur vision du rôle d’un gouvernement et du gouvernement fédéral en particulier.

Le Parti conservateur se distingue, fidèle au modèle d’État amaigri mis en avant par Stephen Harper. Oui, il allégera le fardeau fiscal des citoyens en diminuant le taux du premier palier d’imposition, ce qui coûtera 6 milliards par année à terme, soit la moitié du coût de ses promesses, mais il entend aussi équilibrer le budget d’ici cinq ans. Il faudra donc qu’il trouve quelque part l’argent nécessaire pour financer ce congé fiscal et d’autres engagements.

Le chef conservateur, Andrew Scheer, disait pouvoir y arriver en éliminant en particulier les subventions aux entreprises et en réduisant l’aide étrangère de 25 %, ce qui ne totalise que 3 milliards par année. Et ce sont des économies qui, soit dit en passant, ne sont pas assurées, selon l’Institut des finances publiques et de la démocratie (IFPD) dirigé par l’ancien directeur parlementaire du budget, Kevin Page.

Le dévoilement du plan financier conservateur, le lendemain du dernier débat et à la veille d’un long congé, a levé le voile sur les autres sources d’économies, dont une réduction des dépenses de fonctionnement du gouvernement. Avec, bien sûr, la prétention que ni les fonctionnaires ni les services n’en subiraient les contrecoups.

On parle pourtant de 25,6 milliards d’économies d’ici la fin de 2024-2025. Pour y arriver, on prévoit gel de l’embauche, réduction des espaces de travail, nouvelle politique d’achat, recours limité aux consultants, et ainsi de suite. Bref, on mettra à contribution les fonctionnaires, qui se débattent toujours avec leurs problèmes de paie attribuables au système Phénix, lancé par les conservateurs pour… réduire les dépenses. « Étant donné l’ampleur de la réduction des dépenses, on peut s’attendre à des répercussions négatives sur la qualité des services gouvernementaux offerts aux Canadiens et/ou à des pertes d’emplois dans la fonction publique », écrit l’IFPD dans son évaluation de la plateforme conservatrice.

Comme sous le gouvernement Harper, qui avait multiplié les examens des dépenses et qui, en 2012, avait à nouveau serré la vis pour effacer le déficit. Environ 19 000 emplois étaient en jeu et les services avaient écopé. Mais à cette époque comme maintenant, l’objectif ultime des conservateurs n’était pas l’élimination du déficit, mais la réduction de la taille de l’État. Sinon, le gouvernement n’aurait pas renoncé aux revenus nécessaires pour éponger la facture, ce qu’il a fait en réduisant, entre autres, la TPS de deux points et l’impôt des entreprises pour que leur taux soit le plus bas des pays du G7. M. Scheer use de la même recette : abandonner des revenus en présentant cela comme de l’argent dans la poche des citoyens, pour afficher ensuite une marge de manoeuvre réduite qui servira à justifier la réduction des dépenses.


 
 

Les autres grands partis fédéraux partagent une vision fort différente. Pour eux, un gouvernement peut être une force bénéfique pour les citoyens en assurant un meilleur partage de la richesse, une offre de services publics généreux et efficaces, un entretien des infrastructures publiques et ainsi de suite. Le Parti libéral, le Nouveau Parti démocratique, le Parti vert et le Bloc québécois vont dans le même sens à cet égard, bien qu’avec plus ou moins d’ambition et d’audace selon le parti.

Et dans le cas des trois premiers, un bémol s’impose. Ils ne se contentent pas d’un gouvernement fédéral activiste, ils le veulent aussi les deux pieds dans les platebandes des provinces. Avec des nuances, il faut le dire, mais quand on parle de santé, de garderies, de droits de scolarité et de logement social comme ils le font tous les trois, on parle de compétences provinciales. Ce qui est loin d’irriter la majorité des Canadiens à l’extérieur du Québec, avouons-le.

Mais si on a les milliards pour intervenir de la sorte, que ce soit directement, au moyen de programmes à frais partagés ou en prévoyant une clause d’asymétrie pour le Québec, c’est qu’on prévoit d’occuper l’espace fiscal nécessaire au lieu de le céder aux provinces pour qu’elles assument elles-mêmes leurs responsabilités. Cela laisse à ses dernières deux options : céder aux volontés d’Ottawa, avec négociations vigoureuses à la clé, ou récolter elles-mêmes les fonds nécessaires, ce qui veut dire occuper un espace fiscal supplémentaire et donc alourdir le fardeau de leurs contribuables.

Le déséquilibre fiscal, c’est ça, un gouvernement qui récolte des taxes pour des programmes qui ne relèvent pas de lui alors que la viabilité financière à long terme de ceux qui doivent les fournir est fragile et même précaire. Comme c’est le cas des provinces qui sont confrontées aux pressions associées au vieillissement de la population, selon le directeur parlementaire du budget.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

5 commentaires
  • Bernard LEIFFET - Abonné 16 octobre 2019 07 h 25

    Où trouver l'argent avec un déficit encore plus grand avec les Libéraux?

    Oublions le travail à la sueur du front des libéraux, Justin Trudeau, en tête, qui parle sans cesse de travail, pendant que Radio-Canada nous le montre tous les jours en tête d'affiche, en train d'arraguer ses admirateurs! Mais c'est ça la démocratie au Canada! Évidemment, n'importe quel individu ne peinera pas beaucoup pour distribuer l'argent des autres et en récolter les fruits! Ce qui correspond à la déclaration du chef du NPD qui résume l'essentiel du travail de J' Trudeau, c'est-à-dire parler des deux côtés de la bouche en même temps! Il est un peu trop tard pour se répantir du manque d'action comme vient de faire M. Joly!| Mais faire de la politique comporte des hauts et des bas, à l'image des fonds publics dont on sait qu'une partie est encore dans des coffres!
    Les Conservateurs, cible principale de R.C., semblent déterminés à foncer, faire comme si tout était dans le sac! Mais leur chef devra lui-aussi constater l'humeur des citoyens qui ne les place pas dans la majorité anticipée. Ils pourront couper dans leurs dépenses, comme les Libéraux, dans le bon vieux temps!
    Les partisans du NPD et son chef si coloré, pas seulement par son turban, mais bien par ses paroles, seront déçus de ne pas pouvoir puiser dans la caverne d'Ali Baba, les coffres ayant été en partie vidés par l'ancien locataire qui a dû trop faire la fête! Bref, le programme des médicaments et les autres seront repoussés à plus tard!
    Enfin, le Bloc québécois, celui que le ROC avait sous-estimé le rôle dans cette élection, joue ses cartes sans faire de déclarartions dont on perçoit la haine chez les deux partis issus du colonialisme britannique! Ainsi, cette prise de vue devant le chantier maritime de la Davie est un véritable pied-de-nez aux libéraux pour qui le Québec passe après Halifax, Vancouver,... Devra-t-on un jour s'étonner que le Québec, exaspéré par le ROC, désire voguer seul de ses propres ailes, sans faire l'aumone et s'écraser en retour?

  • Raymond Labelle - Abonné 16 octobre 2019 07 h 31

    Droit de retrait avec compensation financière.

    Le programme du NPD a un programme universel de garderies et d'assurances-médicaments, il est vrai que l'on est dans la juriction provinciale - mais ce programme prévoit pour les provinces un droit de retrait avec compensation financière.

  • Raymond Labelle - Abonné 16 octobre 2019 07 h 32

    Assurance-médicaments.

    Un pool fédéral permet une machine plus grosse pour l'achat de médicaments permettant davantage d'économiser à l'achat.

  • Pierre Rousseau - Abonné 16 octobre 2019 08 h 19

    Réductions de taxes = réduction des services

    Il ne faut pas se faire d'illusions et être conséquents avec soi-même : si on vote pour une réduction de taxes, ce qui est très attirant, on vote aussi pour une réduction des services gouvernementaux, y compris les subventions. Ces services peuvent aller de l'inspection des aliments et des drogues, inspections qui ont été émasculées par l'administration Harper, au contrôle des armes à feu par la GRC en passant par la déivrance des passeports (faudra pas attendre à la dernière minute !) etc. Il y a aussi les transferts aux provinces en santé ou l'encouragement aux recherches scientifiques. Au moins les conservateurs ne s'en cachent pas, ils vont couper substantiellement dans l'aide internationale comme le disait M. Scheer, il veut s'occuper des gens d'ici avant ceux des autres pays (il a oublié que les conservateurs, tout comme les libéraux, ont laissé les collectivités autochtones sans eau potable pendant des décennies et ça dure encore...). Or, c'est une obligation morale des pays développés d'aider les pays moins chanceux et couper l'aide aux plus pauvres serait déplorable.

    Alors, il ne faut pas se laisser leurrer par le chant des sirènes sur les réductions de taxes; il y aura des conséquences et nous devons en être conscients et ne pas se lamenter si ça arrive.

  • Clermont Domingue - Abonné 16 octobre 2019 17 h 37

    Pour un gouvernement utile.

    Madame Cornellier, voici six recommendations qui rendraient le gouvernement utile et permettraient de réaliser la société juste dont parlait jadis PierreTrudeau.

    Pour une plus juste répartition de la richesse dans un monde où les robots ont remplacé les travailleurs, IL FAUT
    1- Faire payer plus d'impôts aux plus riches.
    2- Faire payer plus de taxes aux consommateurs.
    3- Ne pas avoir peur des déficits budgétaires.
    4- Comprendre que la dette publique permet aux gouvernements de maintenir les services et de lutter contre la pauvreté.
    5- Donner au Gouvernement fédéral le contrôle des taux d'intérêt.
    6- Mettre en prison ceux et celles qui pratiquent l'évasion fiscale.