Le plan mort

En 1541, alors qu’ils remontent la rivière de Canada que nous appelons, après lui, fleuve Saint-Laurent, Jacques Cartier s’arrête, avec son équipage, à l’embouchure de la rivière du Cap Rouge. Ils y trouvent une pierre dure et translucide devant laquelle ils s’agenouillent, tout de suite, pour tâcher de mieux la voir. L’idée qu’il s’agisse de diamants fait briller d’étoiles leurs yeux de marins. Mais leur rêve finira rapidement à fond de cale : les diamants espérés ne sont que des cristaux de quartz.

« Faux comme les diamants du Canada » est une expression qui a fait son chemin. Le grand Jos Montferrand, Gilles Vigneault l’a imaginé, aux fins de sa chanson, le cul posé sur le bord du cap Diamant, les pieds trempant dans l’eau du Saint-Laurent. De diamants à Québec, on n’en trouvera pas, sinon celui qu’inaugure, ces jours-ci, sous forme de théâtre, Robert Lepage. Le Diamant de Lepage est bien entendu métaphorique : on le sait, c’est sur le rêve créé et porté dans les consciences que la richesse du théâtre repose — Lepage le sachant mieux que quiconque.

Il y aura bien d’autres rêves de richesse crucifiés sur l’autel de la réalité, des rêves fantasmés par d’autres aventuriers, semblables en quelque sorte à l’équipage de Jacques Cartier. En route pour l’Angleterre, un navire chargé de pyrite de fer resta convaincu, tout au long de sa traversée, d’être lesté de pépites d’or. Une fois la cargaison analysée, ce sont des rires qui constitueront le seul profit de l’équipage. Si je me souviens bien, c’est avec ces pierres, surnommées « l’or des fous », qu’on construisit un mur banal, édifié le long d’une route anglaise, qui continue depuis de baliser les chemins ordinaires de la vie, toujours moins dorée qu’on la souhaiterait.

En 2011, dans le cadre de l’énoncé de son Plan Nord, le gouvernement de Jean Charest donna des voiles aux entreprises minières qui souhaitaient réclamer, au nom d’un souffle politique projeté dans l’aridité de la toundra, une contribution financière substantielle de l’État québécois. Au nombre de ceux qui furent portés par ce vent, on trouve la mine Stornoway, devenue un symbole de cette nouvelle quête coloniale du Nord.

Une entente fut signée cette année-là pour construire une route de 240 km, destinée en exclusivité à la minière. Le projet devait coûter au départ 332 millions de dollars, dont seulement 44 millions étaient payés par la compagnie, le reste étant à la charge de l’État québécois. Dès l’année suivante, des dépassements de coûts étaient constatés pour cette route, tout cela étant facturé aux Québécois. La facture totale risquait alors d’atteindre 428 millions de dollars.

Ce rêve de diamants gît désormais crevé, comme plusieurs s’y attendaient depuis le début. La compagnie s’est mise sous la loi de la protection de la faillite, ne continuant à souffler, au cours des derniers mois, que parce qu’elle était sous perfusion et respiration artificielle, aux frais des pouvoirs publics.

Cela me fait songer à l’Australie. Ces jours-ci, on y discute d’un projet de loi, en vigueur déjà dans certains États américains, qui vise à contraindre les bénéficiaires de l’aide sociale à passer des tests de dépistage de drogue, afin de savoir s’ils vivent au-dessus de leurs moyens. Ici, en tout cas, nul besoin de pareils tests pour comprendre que nos plus gros assistés sociaux, au nombre desquels se trouvent les compagnies minières, peuvent se doper à fond d’argent public sans que personne y trouve rien à redire.

Le Plan Nord fut lancé comme on lance de la poudre aux yeux. Jacques Parizeau sera parmi les premiers à déplorer ce voyage vers la Lune, en signalant que toute aide publique devrait au moins être assujettie à un mécanisme de réciprocité rigoureux qui obligerait les entreprises à céder à Québec une participation équivalente de leur actionnariat, au bénéfice direct des citoyens. On voit, par exemple, ce que cela aurait pu donner de différent dans le cas du renflouement récent de Bombardier

« Je ne vous dirai pas que ça fait “bar ouvert”, disait Parizeau, mais les compagnies qui ont des projets dans le Nord ont compris immédiatement ce qu’elles pouvaient en tirer. Le Plan Nord laisse plusieurs portes ouvertes. » Les portes de la mine Stornoway viennent en fait de se refermer sur les doigts de toute une société qui les a tenues grandes ouvertes, sans suffisamment craindre de se faire un jour écraser les doigts.

Le gouvernement du Québec a déjà perdu plus de 300 millions de dollars dans cette opération. Des milliers de petits actionnaires ont, eux aussi, tout perdu. Investissement Québec et la Caisse de dépôt ont vu couler, à eux deux, des centaines de millions.

Après avoir comblé un trou financier, qu’il a laissé se créer en rêvant devant pareils miroirs aux alouettes, l’État se retrouve aujourd’hui coactionnaire de Stornoway, main dans la main avec une société enregistrée dans un paradis fiscal : Triple Flag Mining Finance Bermuda Ltd. Et Québec pourrait continuer d’offrir environ la moitié de l’argent nécessaire sur les 20 à 25 millions de dollars qui risquent de devoir être dépensés encore au cours des prochains mois, ne serait-ce que pour maintenir la mine en activité. Tout un plan mort, en somme.

Les conditions offertes aux compagnies minières continuent de défier l’entendement. Sur les 25 mines en exploitation au Québec, rappelait à raison dans nos pages Jean-Robert Sansfaçon, les redevances touchées par l’État n’ont été que de 220 millions en 2017. L’année précédente, c’était la moitié moins ! Ce qui correspond, au mieux, à 1,5 % de la valeur du minerai prélevé du sol de ce demi-pays. Une honte.

Des centaines de sites miniers abandonnés posent désormais de sérieux problèmes écologiques à l’État. Mais on continue de se contenter, de la part des mines en activité, de redevances qui s’apparentent aux cacahouètes offertes au temps de Maurice Duplessis.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

29 commentaires
  • Marie Nobert - Abonnée 16 septembre 2019 02 h 09

    Toundra???!!!

    C'est loin un max la «toundra». Misère! En tout respect (!)

    JHS Baril

    Ps. Ce commentaire sera «mon dernier».

    • Nadia Alexan - Abonnée 16 septembre 2019 10 h 52

      Le bar ouvert aux compagnies minières c'est du vol légal. Robin des bois à l'envers. Honte à nos gouvernements qui pratiquent la doctrine du «laissez-faire» pour les entreprises privées, pendant qu'ils imposent l'austérité au bon peuple. Ils gaspillent l'argent des contribuables sur des entreprises qui ne payent même pas leur juste part d'impôt ou de redevances. Ces compagnies ne pourront pas survivre sans le soutien de l'état, malgré que c'est l'envers de la doctrine capitaliste de «la main invisible du marché» qu'ils prêchent ad infinitum. Selon l'idéologie néolibérale, l'état ne doit pas intervenir dans les affaires des entreprises, sauf, qu'elles n'arrêtent pas de quémander l'aide gratuite sans ni restrictions ni condition.
      À quand un gouvernement avec le courage de se tenir debout face à ces «barons voleurs» sans conscience pour leur dire «NON»!

  • Claude Bariteau - Abonné 16 septembre 2019 05 h 57

    Du plan nord au « plan mort » dit tout sur un tel détournement de fonds publics.

    Avec ce plan, les gouvernements Charest et Couillard ont épivardé de l'argent qui ne leur appartient pas et enfirouapé le peuple québécois.

    Puis voilà le gouvernement Legault qui tataouinerpour sauver des restes de table plutôt que d'attaquer les vautours et les loups qui ont déjà ravagé la bergerie.

    • Claude Bariteau - Abonné 16 septembre 2019 06 h 43

      Il faut lire « qui tataouine pour ». Le r est de trop. Mes excuses.

  • François Laforest - Abonné 16 septembre 2019 05 h 58

    Le ''Plan nord'' n'a jamais existé

    Le Plan nord de Jean Charest n'était qu'une expression collée à un ensemble de développements disparates et spéculatifs dans une région donnée.

    • Claude Bariteau - Abonné 16 septembre 2019 09 h 13

      Pour un seul projet, près d'un demi-milliard de perte. Pour d'autres, des dépenses de l'État la plupart sans résultat.

      Le Plan nord fut plus que des développements disparates.

      Ce fut une gestion financière à haut risque dont les montants investis furent en grande partie tirés des coupures dans les programmes sociaux.

      Il ne faut pas avoir peur de mettre les points sur les « i ».

  • Benoit Gaboury - Abonné 16 septembre 2019 07 h 02

    Le Plan Nord, au départ c'était au total 40 milliards de fonds public, si je me souviens bien. On l'a échappé belle.

  • Simon Grenier - Abonné 16 septembre 2019 07 h 23

    Il faut bien reconnaître que personne n'a jamais bandé à l'idée du Plan Nord, ni même ressenti un peu d'enthousiasme. Quelques copains et moi rions encore du titre de "Grand bâtisseur" que ce projet apportait supposément à M. Charest. Dévierger des forêts intouchées à grands frais (publics) pour que des multinationales s'enrichissent en transformant outre-mer nos ressources naturelles, ça n'a jamais été très prometteur, à mon avis. Tant mieux s'il finit par mourir et s'enterrer de lui-même.

    • Ginette Cartier - Abonnée 16 septembre 2019 11 h 44

      J'ajoute: Jean Charet n'a jamais rien bâti d'autre que sa propre carrière.