Bulletin ministériel

Après les années Barrette, la nomination de Danielle McCann à la Santé a été une bouffée de fraîcheur dans le réseau et laisse enfin espérer une réelle amélioration. Elle a réussi ce qui semblait impossible en orchestrant une entente entre le Collège...

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .

16 commentaires
  • Marie Nobert - Abonnée 15 juin 2019 01 h 45

    La seule bonne note...

    Le <<E>> au ministre Lamontagne. Quant à la vice, perso, je lui aurais collé un <<A plus>> (!) Mais bon! c’est vous le distributeur. Bonnes vacances!

    JHS Baril

  • Bernard LEIFFET - Abonné 15 juin 2019 07 h 21

    Voulez-vous valser G-M..?

    Doit-on déjà procéder aux déplacements de plusieurs boulets qui nuisent au nouveau gouvernement au pouvoir? Ainsi, Pierre Dufour, Nathalie Roy et André Lamontagne sont de piètres acteurs dans leur champ respectif. D'abord Nathalie Roy qui est peu pressée de relever le défi de donner priorité au français partout au Québec et de veiller à la protection du patrimoine québécois. Pierre Dufour semble vouloir prendre ses distances pour programmer des mesures nécessaires pour mettre la Forêt québécoise en ordre. Enfin, André Lamontagne qui par son langage vulgaire vis-à-vis les fonctionnaires doit apprendre à se contrôler avant de frapper un mur...

    • Gilles Théberge - Abonné 15 juin 2019 09 h 56

      D’accord avec votre diagnostique à tout point de vue.

      Je vous donne un.... A!

  • René LeSage - Abonné 15 juin 2019 08 h 01

    uébécois

    Votre cote de B- pour le ministre Jolin-Barette est une de complaisance. Vous appuyez sans réserve le projet de loi 21 sur la laïcité de l'état au point d'en oublier l'odieux de recourrir à une modification de la Charte quécoise sous le bâillon et à une clause dérogatoire pour échapper aux recours judiciaires pour contester le loi. Nous nageons dans l'une des périodes les plus sombres de notre histoire et Le Devoir se permet de faire le chantre de ce gouvernement populiste.

    Le Devoir et le Parti Québécois n'ont plus ma confiance. J'ai annulé mon abonnement à votre journal et je n'ai ps renouvellé ma carte du parti. Il serait temps que la direction du journal rajeunisse l'équipe éditoriale. Je vous donne la note de C-.

    • Gabriel Normandeau - Abonné 15 juin 2019 12 h 47

      Le bulletin est sur l'action politique et non sur son contenu.

    • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 15 juin 2019 17 h 25

      Pour votre «l'une des périodes les plus sombres de notre histoire», je vous donne un G-.

    • Claude Gélinas - Abonné 15 juin 2019 17 h 37

      Que d'aigreur dans ce commentaire qui attaque à la fois le Gouvernement de la CAQ, le Ministre de l'immigration, le projet de Loi 21, le Devoir, son chroniqueur et le PQ. Geste précipité que cette rupture avec le Devoir et le PQ. Pourquoi pas vous ressaisir et contribuez par vos observations au débat public.

      En démocratie, la fuite en avant est rarement une façon de l'améliorer.

      Quant au Devoir, contrairement à votre opinion, la variété des points de vue de ses chroniqueurs permet plûtot une absence de complaisance.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 15 juin 2019 22 h 44

      @ R. Lesage...je constate que vous avez échoué à la note de passage...vous êtes donc recalé. (loi non écrite)
      De plus, le jupon dépassant...assez pour vous enfarger dans les fleurs du tapis... il serait bien de ne pas (trop) mêler poires et prunes...Question d'éthiquette...!

  • Roger Gobeil - Inscrit 15 juin 2019 08 h 18

    Jolin-Barrette A+

    Globalement d'accord avec votre bulletin, sauf pour Simon Jolin-Barrette qui mérite rien de moins que A+,
    ne serait-ce que pour endurer surtout les bouffonnes du QLP lors des travaux des Commissions parlementaires.
    Sa patience est pleinement méritoire. À sa place, je les aurais envoyer promener assez sec.
    Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi la présidence des Commissions n'intervient pas de façon énergique
    pour ramener à l'ordre ces député-e-s sans gêne qui font preuve d'un ridicule absolu.

  • Marc Therrien - Abonné 15 juin 2019 08 h 34

    En s'excusant


    Les excuses sont en voie de devenir l’image de marque de la CAQ et de son chef, le bon François Legault. On se rappelle ce bon temps joyeux où lors de son entrée comme Premier ministre du Québec et de l’assermentation des députés de la CAQ, plusieurs commentateurs avaient apprécié cette qualité de François Legault, qu’on dit rare en politique, qui est celle de savoir s’excuser, ce qui le rend plus humble aux yeux des gens qui aiment sentir que «leurs» politiciens soient proches d’eux. On pouvait alors convenir que ce peut être une belle qualité que de reconnaître ses erreurs, mais en autant qu’elle ne serve pas à ce que l’erreur se répète trop souvent. Bien sûr que l’erreur est humaine, mais là on découvre que dans ce domaine il y en a qui sont plus humains que d’autres. Comme on dit souvent en gestion, vous obtiendrez ce que vous reconnaîtrez.

    Marc Therrien