L’enjeu africain

Depuis le début de cette chronique, j’ai souvent écrit que l’avenir du français comme langue internationale se jouerait en Afrique. Et les dernières données émanant de l’Observatoire de la langue française l’illustrent. Sur 300 millions de francophones dans le monde, plus de la moitié sont sur le continent africain, et cette proportion augmentera encore d’ici 2050, quand le nombre de francophones aura grimpé dans une fourchette variant entre 450 et 700 millions (le nombre réel dépendra d’une foule de facteurs économiques, sociaux et politiques).

Le sociologue Richard Marcoux, directeur de l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone à l’Université Laval, a fait une analyse très fine de ce qui se passe en Afrique. Considérons la démographie brute, pour commencer. La population des huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo et Guinée-Bissau) sera passée de 25 à 270 millions entre 1960 et 2050 — elle est actuellement de 125 millions. Sur la même période, la population de la France, du Québec et du Canada n’aura même pas doublé.

L’éducation, qui se fait principalement en français, a un effet puissant. Au Bénin, entre 1992 et 2013, la proportion de la population sachant lire et écrire le français a doublé à 47 %, une augmentation plus qu’honorable. Mais quand on reporte ce taux sur les chiffres de population, le nombre de francophones est passé de 800 000 à 3,9 millions, soit cinq fois plus en 20 ans. Sur 50 ans, l’augmentation est encore plus foudroyante. En 1961, 2 % des Béninois (52 000) parlaient le français. En 2013, ils étaient 3,9 millions — 75 fois plus. Richard Marcoux cite d’autres cas. Au Niger, les 2,1 millions de locuteurs francophones sont 300 fois plus nombreux qu’en 1961. Au Mali, ils sont seulement 30 fois plus nombreux !

Question de disparité entre les systèmes éducatifs, mais aussi affaire de niveau de vie. Alexandre Wolff, directeur de l’Observatoire de la langue française, souligne que le taux de scolarisation, s’il a augmenté partout, dépasse 90 % au Bénin, mais touche à peine les 62 % au Niger. Dans une dizaine de pays, les niveaux en lecture en deuxième année sont jugés insuffisants pour 71 % des enfants. C’est un vrai problème, mais il faut garder en perspective que les choses ont progressé de façon très nette dans la vingtaine d’autres pays de l’Afrique francophone.

Compter les francophones n’est pas une mince tâche. Les données sont cependant solides. Quand on vous dit qu’il y a 300 millions de francophones, c’est parce que 93 % de ce chiffre se fonde sur des données probantes émanant de recensements officiels ou de sondages sérieux. Contrairement au vieux préjugé, les 7 % de données « molles » émanent de la trentaine de pays « observateurs » de la Francophonie, pas de l’Afrique.

La position du français comme langue internationale se renforce donc, même si l’anglicisation en diplomatie, en sciences et dans les affaires appelle à la vigilance. Tout de même, la montée africaine commence à faire sentir son effet sur le Web, mais aussi dans l’enseignement du français dans les pays africains non francophones (au Nigeria, par exemple). Et ailleurs : l’enseignement du français progresse en Chine du fait de la politique africaine de la Chine. Et il en va également de même sur les grands réseaux d’information comme BBC News, Euronews, RT (Russie) et CGTN (Chine), qui offrent tous des canaux de diffusion en français.

Ottawa, réveille-toi !

Quant à l’Afrique, les Québécois devraient se préoccuper du déphasage quasi total du gouvernement fédéral. Plusieurs économistes font valoir que l’Afrique, après des années tragiques, est au stade où se trouvait la Chine dans les 1980. Le Canada a reculé aux années 1940.

Pendant 20 ans, Ottawa a fermé des ambassades et des consulats partout sur le continent, alors même que l’Afrique montait en force. Certes, depuis 2014, Québec a ouvert une délégation générale à Dakar et deux bureaux, à Rabat et à Abidjan, alors qu’il était absent avant 2013. Bravo. Mais il faudrait quand même que le gouvernement du Québec fasse pression pour que le gouvernement fédéral se mette à l’heure africaine.

Le gouvernement canadien a tout fait pour compliquer la tâche des Africains qui déposent une demande de visa au Canada. Cela nuit à la tenue de nombreux congrès internationaux francophones, mais également à la conduite des affaires. Quand on sait qu’il faut des années de démarchage pour créer des relations durables dans les affaires comme dans le monde de la recherche, la négligence du gouvernement canadien coûtera très cher en occasions ratées.

Le Québec est la principale province canadienne active sur le continent africain. L’absence de politique africaine d’Ottawa est donc extrêmement dommageable aux intérêts du Québec. Plusieurs ambassadeurs africains n’ont jamais été reçus par le premier ministre Trudeau, alors que le gouvernement du Québec se fait une obligation de tous les rencontrer plusieurs fois. C’est exactement le genre de négligence qui peut faire mourir la francophonie à petit feu, malgré les gains substantiels du français comme langue internationale.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Paul Gagnon - Inscrit 29 avril 2019 09 h 01

    Que sont donc devenues

    les langues africaines ?

    Disparues, envolées ??
    Quele est la langue parlée à la maison dans ces pays ???

    • Yves Mercure - Inscrit 30 avril 2019 15 h 27

      Les africains que j'ai connu, sauf dans les coins reculés, parlaient deux langues minimalement (maternelle et swahilie), la plupart parlaient français (centre et Afrique de l'Est) et se débrouillaient en anglais, en plus de rencontrer une langue supplémentaire systématiquement (variant du kirundi-rwanda, ingala, etc. ).
      Sont-elles appelées à disparaître? Je crois que le français s'amenuisera plus vite au Canada que ne le feront ces langues africaines, car leurs habitudes séculaires de traditions orales supportent des capacités mnésiques que je n'ai pas rencontrées avec mes étudiants au Québec.

  • Gilles Théberge - Abonné 29 avril 2019 12 h 21

    « Mais il faudrait quand même que le gouvernement du Québec fasse pression pour que le gouvernement fédéral se mette à l’heure africaine ».

    Ha ha ha ha ha ha ha ha ! Vous prenez votre café avec ou sans beigne monsieur Nadeau ?