«Le Devoir» présente une nouvelle signature graphique

Chers lecteurs et lectrices, vous n’avez pas la berlue ! Le Devoir dévoile aujourd’hui une nouvelle signature graphique, résultat d’un travail d’équipe mené en coulisses depuis quelques mois. Toute l’équipe est fière de vous présenter ce matin votre bon vieux nouveau Devoir.

La nouvelle signature porte la marque de la designer de renommée internationale Lucie Lacava, celle-là même qui est à l’origine de la signature du D Magazine, lancé l’automne dernier.

La Society for News Design a d’ailleurs attribué deux prix d’excellence au Devoir pour la refonte graphique pilotée par Mme Lacava pour le D et son cahier Lire. Mme Lacava avait aussi conçu la grille « moderne » du Devoir en 1993, mais après 25 ans, il était temps de rafraîchir un peu le look du Devoir. Bref, vous êtes entre de bonnes mains.

L’oeil averti remarquera que la nouvelle signature des cahiers A et B, qui restent en grand format, s’arrime à celle du D Magazine. Nos contenus rédactionnels seront déclinés dans une unité visuelle constante, de la première à la dernière page du Devoir.

Ces efforts témoignent de l’attachement du Devoir à son édition imprimée, un produit de niche pour lequel les lecteurs et lectrices sont prêts à payer le juste prix. Le Devoir poursuit donc sa stratégie multiplateforme : nous conservons notre édition imprimée, tout en poursuivant le développement de notre offre numérique, notamment sur le mobile.

Le déploiement d’une nouvelle signature graphique nous offre l’occasion de revoir également nos façons de faire, comme cela est expliqué plus bas. Il y aura plus de nouvelles brèves, et le découpage de l’information ne sera pas nécessairement fait en fonction de sections préétablies (politique, économie, culture, monde, etc.), mais en fonction de l’actualité du moment.

Nous avons apporté des modifications mineures à notre logo de 1993, y ajoutant deux couleurs. Toutefois, l’inspiration de 1910 demeure, avec l’élégance et la sobriété des premiers jours. Pour notre édition du samedi, par contre, préparez-vous à une petite surprise, car le logo sera joué à la verticale. Ce changement ne résulte pas d’un caprice de graphiste, mais d’une réflexion élaborée afin de dégager de l’espace « au balcon » (le haut de la une) et de mettre en valeur des éléments visuels.

Sur le fond, Le Devoir ne changera pas. Il continuera d’évoluer afin d’offrir des contenus de qualité adaptés aux exigences et aux intérêts de ses lecteurs, mais il le fera en misant sur ses forces : le débat d’idées, la politique, la culture et les sujets comme l’environnement et l’éducation.

Nous espérons que notre enthousiasme sera contagieux et que vous prendrez autant de plaisir que nous à découvrir cette nouvelle signature.

19 commentaires
  • Gilles Bonin - Abonné 7 juin 2018 01 h 23

    Bravo!

    Plus que centenaire mais toujours jeune.
    Félicitations pour votre prestation à la commission parlementaire de mercredi.

  • Chantale Desjardins - Abonnée 7 juin 2018 06 h 50

    Vous manquez le bateau avec le format

    Je suis déçue quant au format. J'aurais cru que le format tabloid aurait été retenu. Lire un journal qui prend aussi de place est une tâche difficile et chose du passé. Quand vous êtes au resto, ce format prend trop de place. Peut-être que dans une prochaine étape, vous aurez compris et que le format s'adaptera à la société. Dommage que vous n'ayez pas compris car vous manquez le bateau... encore une fois.

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 7 juin 2018 14 h 55

      Mme Chantale Desjardins,

      Je suis en désaccord. Personnellement, je déteste le format tabloïd. Au resto ou dans le métro, je plie mon journal en quatre et le tour est joué. Essayez de faire cela avec un tabloïd épais.

  • André Codère - Abonné 7 juin 2018 07 h 07

    Cette nouvelle mise en page rajeunie si rafraichissante

    M.Miles,

    Quelle joie que de constater cette nouvelle mise en page si rajeunie et vous m'avez agréablement surpris. Je voyais un format papier genre Le Journal de Montréal mais non. Que cette nouvelle façon de nous présenter Le Devoir est des plus agréable et sa lecture en est encore plus facile.
    Lecteur assidu depuis nombre d'années, je me réjouis d'avoir toujours garder mon abonnement et contribuer à l'occasion par quelques contributions à sa parution continue.

  • François Beaulé - Abonné 7 juin 2018 07 h 18

    Moins de papier, moins d'espace, moins de texte

    Comme pour l'introduction du D Magazine, le directeur du Devoir présente les changements apportés au Devoir en omettant de révéler leur principal motif : réduire le coût du papier, de l'impression, de la production du journal. La nouvelle mouture du Devoir offre moins d'espace et donc moins de texte puisque la largeur des pages a été réduite.

    C'est comme pour les produits alimentaires, prétendument nouveaux et améliorés. Mais il y en a moins dans la boîte, pour le même prix !

    • André Codère - Abonné 7 juin 2018 09 h 58

      Cher monsieur,

      Vous ne vous êtes pas donné la peine de juxtaposé Le Devoir de mercredi à celui d'aujourd'hui : il n'y a pas de diminution de papier. Le même nombre de pages ,édition du jeudi. Mais une mise en page plus aérée donc plusinvitante à sa lecture. Sans rancune.....

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 7 juin 2018 14 h 48

      M. François Beaulé,

      Vous écrivez: « ...la largeur des pages a été réduite. »

      Je ne crois pas. J'ai comparé les deux formats et ils ont la même largeur.

  • Jean-François Laferté - Abonné 7 juin 2018 07 h 54

    Pdf nouvelle mouture?

    Bonjour,
    Bravo pour cette refonte:tout un renouveau!
    Graphisme et désign modernes,clair et concis.
    Pour les abonnés numériques,est-ce que le PDF sera de cette refonte aussi?
    Merci,
    Jean-François Laferté
    Fidèle abonné