Les blues de l’homme blanc

Voilà ce qui se passe dans ce pays dont la diversité est devenue la marque de commerce quand un homme blanc s’interroge sur le bien-fondé d’une initiative gouvernementale visant à combattre le racisme et la discrimination envers des populations traditionnellement marginalisées. Une guerre de gazouillis s’ensuit et les opinions politiques se durcissent.

Le député conservateur Maxime Bernier a déclenché une avalanche de critiques en rabrouant le gouvernement Trudeau après que ce dernier eut alloué 23 millions de dollars dans son dernier budget à la promotion du multiculturalisme et à l’organisation de consultations en vue d’une « nouvelle approche nationale contre le racisme ». S’y ajouteront 19 millions pour les jeunes noirs dits à risque et 6 millions de plus pour que Statistique Canada recueille davantage de données sur les minorités. Dans un gazouillis, M. Bernier a dit : « Je pensais que lutter contre la discrimination avait pour but de traiter tout le monde de la même façon. Pas de catégoriser certains Canadians [sic] comme “racialisés”. C’est quoi ce jargon horrible ? Une autre façon pour les libéraux de créer des divisions qu’ils pourront exploiter ? »

M. Bernier a vite été rappelé à l’ordre par la députée libérale Celina Caesar-Chavannes, qui l’a sommé de mettre au rancart son privilège et de « se la fermer ». Elle s’est ensuite excusée du ton de sa réplique. Mais le mal — ou le bien, c’est selon — était fait.

Mme Caesar-Chavannes, qui est noire, s’est elle-même fait traiter de raciste sur les réseaux sociaux pour avoir évoqué le privilège blanc de M. Bernier. Des milliers de Canadiens se sont portés à la défense de la députée et le mot-clic #HereForCelina a vu le jour sur Twitter. La BBC au Royaume-Uni a même remarqué le phénomène et Mme Caesar-Chavannes, élue pour la première fois en 2015, s’est servie de l’incident de cette semaine pour solliciter des dons. Elle a gagné sa circonscription de Whitby en banlieue est de Toronto par moins de 2000 voix, et les conservateurs d’Andrew Scheer aimeraient bien reprendre cette circonscription en 2019.

Si on peut reprocher aux libéraux de Justin Trudeau de faire preuve de rectitude politique extrême à des fins électoralistes, cela semble faire l’affaire des conservateurs, qui exploitent la colère grandissante des hommes blancs qui sont fatigués de se faire accuser de tous les maux de la société. Ce n’est pas pour rien que les sondages démontrent que l’appui aux libéraux chez les hommes a chuté depuis l’élection de 2015. Les troupes de M. Trudeau visent à combler l’écart en misant sur les femmes, les progressistes et les minorités visibles afin de préserver le pouvoir en 2019, ce qui ne laisserait pas beaucoup de place pour le NPD.

« Nous devons chaque jour faire un effort délibéré pour reconnaître les préjugés que nous avons, en particulier ceux dont nous ne sommes pas conscients », a constaté M. Trudeau en soulignant la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, le 21 mars dernier.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a récemment annoncé que contrairement à ce que le gouvernement a laissé entendre dans les jours suivant le budget, les consultations sur le racisme systémique que son ministère mènera ne seront pas publiques — le risque d’un dérapage étant trop grand. Après tout, le racisme dit inconscient, le racisme systémique, l’islamophobie et l’intersectionnalité sont tous des phénomènes dont les définitions ne font pas l’unanimité.

Mais ces consultations seront néanmoins une occasion pour le gouvernement Trudeau de tâter le pouls en privé des groupes d’intérêts représentant des minorités afin d’incorporer leurs revendications dans l’élaboration d’une nouvelle politique de multiculturalisme et de lutte contre le racisme, politique dont il compte se vanter lors de la campagne de 2019.

Dans les années 1970, les souverainistes québécois accusaient Pierre Trudeau d’avoir fait instaurer le multiculturalisme officiel afin de réduire les Québécois à une minorité ethnique parmi les autres au Canada. Son fils y verrait plutôt l’incarnation du pays post-national que serait devenu le Canada du XXIe siècle dans le branding libéral. Si personne ne représente mieux le privilège dont ont bénéficié les hommes blancs que Justin Trudeau, le premier ministre a trouvé l’astuce parfaite pour éviter que l’on réclame aussi sa tête en vertu de son statut de privilégié. Il est devenu le champion incontesté de la lutte contre toute forme de racisme, conscient et inconscient.

On ne doit jamais minimiser le racisme qui existe dans notre société ni sous-estimer les défis auxquels font face les minorités visibles et autochtones. Mais en y mettant trop l’accent, le gouvernement Trudeau semble n’avoir qu’un objectif en tête : diviser pour mieux régner.


Participez au débat!

Pour ne rien manquer de nos textes d’opinion, dont plusieurs sont en exclusivité sur le Web, et aller plus loin dans le débat, suivez notre page Facebook Opinion.

4 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 31 mars 2018 02 h 53

    Monsieur Trudeau sait très bien...

    Monsieur Trudeau "Pit" sait très bien ce qu'il fait. Il est parfaitement bien endoctriné aux idées de Monsieur Trudeau "Pet" et ce, depuis toujours...
    Ce jeune, beau et tout neuf encore PM maîtrise parfaitement son action pour la mettre dans la droite ligne du travail de sape de son père contre la société québécoise.
    D'allouer 23 millions de dollars au multiculturalisme est tout simplement d'allouer 23 millions de dollars à l'achèvement de la destruxtion du fondement de l'idée que les Québécois et les autres peuples pré-britanniques ont le droit inaliénable de ne pas accepter de disparaître dans un grand tout qui n'est qu'un melting-pot en version sucré.
    Sucré artificiellement, sucré chimiquement pour ne pas faire grossir, être gros c'est si laid !, mais sucré au goût des consommateurs qui n'y voient que du feu.
    Alors, 23 millions de bon argent canadien de contribuables pour arriver à règler le problème historique de gens qui prétendent avoir des droits historiques dans ce pays qui ne se perçoit que comme le phare mondial de la modernité, qu'est-ce que c'est ?

    Vive le Québec libre !

  • Bernard Terreault - Abonné 31 mars 2018 08 h 56

    Pendant ce temps

    Le Canada dans son ensemble, Wasps, Francos, Amérindiens, Inuits, et 'ethniques' issus de tous les continents, nous nous assimilons tous à la culture états-unienne au point où nos médias parlent plus de Washington que d'Ottawa, et que le jeune 'canadien-français' n'écoute presque plus que de la musique made in USA.

    • Serge Lamarche - Abonné 31 mars 2018 15 h 55

      Les wasps commencent à être pas mal dilués. Comme les engles sont maintenant seulement engle-ish (english), les wasps deviennent wasp-ish.

  • Jean-François Trottier - Abonné 31 mars 2018 09 h 59

    L'art du délire

    "Dans les années 1970, les souverainistes québécois accusaient Pierre Trudeau d’avoir fait instaurer le multiculturalisme officiel afin de réduire les Québécois à une minorité ethnique parmi les autres au Canada. Son fils y verrait plutôt l’incarnation du pays post-national que serait devenu le Canada du XXIe siècle dans le branding libéral".

    C'est n'importe quoi!
    De un les accusations au sujet du multuiculturalisme ont débuté dans les années '80.
    De deux elle n'ont jamais cessé parce qu'en effet le multiculturalisme écrase toutes les cultures sans exceptions, dont la québécoise.

    Réalité : que P.E.T. était partisan du multiculturalisme en réaction CONTRE le biculturalisme de la commission Laurendeau-Dunton.
    Le multiculturalisme était au départ une coquille vide qui ne servait qu'à noyer dans la généralisation le biculturalisme, et c'est pourquoi il n'y avait aucune opposition au multiculturalisme. On ne savait même pas ce que ça signifiait!

    C'était une grande spécialité des Trois Colombes d'utiliser la généralisation indûe, l'air supérieur. La pensée jésuitique leur collait au corps.

    Le multiculturalisme est la prolongation directe de la pensée libérale du XIX siècle. Les libertés individuelles se confrontent à la reconnaissance des attachements sociaux. Ceux-ci ne sont reconnus que négativement,en ce sens qu'il est interdit de brimer une personne selon ses appartenances.

    Mais k'écouter en tant que membre,jamais. Ce qui isole chaque personne face aux grands pouvoirs d'argent et l'État.

    D'où l'état postnational, que Justin Trudeau croit avoir inventé. Allô!

    Il y a eu beaucoup d'états postnationaux dans l'histoire : Empires Babyloniens, Chinois, Romain, Byzantin, Russe, Allemand, Austro-Hongrois, Soviétique, Espagnol, Anglais, Inca, Aztèque...

    Leurs caractéristiques sont, pour tous, d'avoir bien servi le centre de l'Empire au détriment des autres, et de s'être écroulés avec fracas, entraînant des catastrophes.

    Et vive le multiculturalism