Long-courrier

Un bateau de croisière sur le fleuve Mersey à Liverpool, dans le nord-ouest de l’Angleterre.
Photo: Paul Ellis Agence France-Presse Un bateau de croisière sur le fleuve Mersey à Liverpool, dans le nord-ouest de l’Angleterre.

Voyager avec une personne handicapée

« J’ai beaucoup voyagé dans ma vie, mais cette fois-ci, je pense à quelque chose de vraiment différent. J’aimerais partir avec ma soeur handicapée, atteinte de sclérose en plaques et qui est en fauteuil roulant motorisé, donc aucunement autonome. Je pense à une croisière en Europe ou encore aller voir les glaciers. Est-ce de l’angélisme ?

« Pour nous, les prix ne sont pas un problème. Je pense à une croisière car on n’aurait pas le problème de trouver des installations adaptées à chaque étape du séjour, comme lorsque nous faisons de courts voyages au Québec. Y a-t-il un voyagiste qui s’intéresse à ce genre de défi logistique ? »


-Colette Baribeau

Toute agence peut faire des recherches pour trouver des moyens de vous faire voyager. La croisière est certainement un bon choix pour vous. Et des croisières en Alaska ou en Norvège peuvent donner un accès visuel aux glaciers.

Au Québec, Kéroul est une organisation qui s’occupe des activités et voyages de personnes à mobilité réduite. Elle a également des contacts dans le monde entier. 514 252-3104. Voyager avec une personne handicapée peut paraître difficile et parfois insurmontable. Pourtant, tous les intervenants du secteur touristique ont aujourd’hui des niches pour répondre aux besoins spécifiques des gens à mobilité réduite.

Aujourd’hui, on peut aller au Machu Picchu ou au Mont-Saint-Michel en fauteuil roulant. Par contre, pour Venise, par exemple, ce serait un véritable parcours du combattant.

Dans certains cas, le plus difficile est l’avion : changer de fauteuil roulant pour s’infiltrer entre les sièges. Pour ce qui est de la nourriture, on doit toujours avoir de l’aide d’une tierce personne.

Les personnes à capacité réduite voyageant seules doivent être averties… Un ami atteint de la paralysie cérébrale, qui se déplace en fauteuil roulant, a voulu se reposer à l’aéroport Roissy. Il s’est fait déménager à coups de pied par des gens pensant qu’il était ivre. Pour les réservations de croisière, précisez que vous accompagnez une personne en fauteuil roulant.

Un site environnemental
 

« Il y a quelque temps, vous suggériez un site environnemental pour les plages du Sud : est-il possible d’avoir les coordonnées de ce site ? Je vous lis toutes les semaines et j’apprécie vos conseils et suggestions. »

-Luce Pelletier

Il s’agit sûrement du site du Beso del Viento, situé en dessous de Parrita, au Costa Rica. Des plages immenses, une végétation toujours luxuriante, à quelques pas du parc Manuel Antonio et de la zone biologique de Carara.

Près de la maison, il y a de nombreux singes sauteux et une kyrielle d’oiseaux de toutes les couleurs. Elle abrite des chambres simples mais bien décorées et propose un service de restauration au-dessus de tout soupçon, offert par les propriétaires.

Il y a aussi une petite piscine pour les enfants et un chemin direct de quelque 100 mètres vers les plages. Palo Seco Beach Road, Costa Rica,  + 506 2779 9674.

Paris actuellement

J’ai reçu beaucoup de courriels me demandant si le fait de partir à Paris ou ailleurs en France est actuellement synonyme de danger. Depuis la semaine dernière, de nombreux avions s’y sont posés et en sont repartis.

Un avion d’Air France a été fouillé à Amsterdam, un groupe de Japonais a annulé son séjour parisien et quelques annulations ont été acheminées dans les hôtels et pour des voyages organisés.

C’est le même type de réactions qu’en janvier dernier, après l’attentat à Charlie Hebdo. Le tourisme peut en souffrir dans une période de temps assez courte.

Depuis les attentats de la semaine dernière, Paris s’est refermée sur elle-même. Les gens se croisent, et parlent. Certains essaient de trouver du réconfort près de la place de la République, parmi les fleurs et les lampions. Les rues limitrophes aux Xe et XIe arrondissements, non loin de Charlie Hebdo, sont peut-être à éviter.

Quant au Bataclan, je n’ai pas d’explication. J’y ai passé de nombreuses heures. Édulcoré à souhait, c’était un cabaret pour de vrai. J’y suivais chaque semaine la Ligue d’impro française et des artistes venus du Québec et de la France.

Mais, malgré les attentats, il n’y a pas eu de départs massifs de Paris ou de la France. Les touristes sont venus, ou sont restés. Il faudra attendre quelques semaines pour voir si la tendance se maintient pour les Fêtes ou si des annulations en masse se profilent.

Paris et Bruxelles sont sous haute surveillance : apport massif de policiers, surveillance des frontières. Certes, des concerts et des événements artistiques ont été annulés. Mais les grands magasins, musées, sites touristiques, marchés, écoles et parcs reprennent graduellement leurs activités.

Il est certain que l’imposante présence policière et militaire peut déranger les visiteurs. Mais, pour beaucoup, ne pas y aller favorise la démarche des terroristes.

Bien sûr, la prudence est à l’avant-scène des conseils prodigués aux touristes. Certains choisissent pour un temps de visiter les campagnes et petits villages, rendant le voyage moins imprévisible.

À lire

Une énorme brique que le guide de Lonely Planet sur la Chine, à consulter avant de partir ou pendant le voyage. On y trouve des plans en 3D de la Cité interdite et des passages intéressants sur le pays en train.

La cuisine chinoise y est présentée, ainsi que des sections sur la Chine d’hier et d’aujourd’hui. Jardins feng shui et palais impériaux font aussi partie de l’ouvrage de quelque 1000 pages.

Vos suggestions, bonnes adresses, découvertes, souvenirs de voyage : lkiefer@ledevoir.com.